Javascript must be enabled, and FlashPlayer 10 required.
Download the Flash Player on http://www.adobe.com/

Skip to Content

Le bien-être des enfants : des progrès en péril ?

Date de publication: 09/04/2013
Dernière modification: 10/04/2013
Le bien-être des enfants : des progrès en péril ?

Le Centre de recherche de l’UNICEF publie ce 10 avril 2013 une étude intitulée « Le bien-être des enfants dans les pays riches. Vue d’ensemble comparative ». Ce Bilan 11 compare les résultats de 29 économies avancées du monde dans leurs efforts pour garantir le bien-être de leurs enfants au cours de la première décennie du siècle actuel.

Les Pays-Bas et quatre pays nordiques (la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède) arrivent une fois de plus en tête du classement du bien-être des enfants, tandis que quatre pays d’Europe du Sud (l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal) se positionnent dans la moitié inférieure du tableau. Sur les 29 pays, la Belgique occupe, elle, la 9ème position.

L’influence des politiques menées

 Egalité des chances à l'école
Téléchargez le rapport
« Pour chaque nouvelle mesure politique envisagée ou adoptée, les gouvernements doivent explicitement étudier son impact et ses effets sur les enfants, les familles avec enfants, les adolescents et les jeunes adultes », explique le directeur du Centre de recherche de l’UNICEF, Gordon Alexander.

Le Bilan 11 reflète les résultats des décisions gouvernementales pour la période précédant la crise. Le rapport souligne que les trois années de difficultés économiques qui ont suivi n’augurent rien de bon pour le présent ou l’avenir proche.

Néanmoins, dans l’ensemble, ces données suivent les tendances à long terme et reflètent les résultats des investissements durables effectués dans la vie des enfants. 

Le bien-être des enfants

Malgré le recul de certains pays sur des indicateurs spécifiques, de nombreux domaines du bien-être des enfants enregistrent une amélioration continue au cours de la première décennie des années 2000 dans le monde industrialisé. Ainsi, le rapport mesure les progrès accomplis dans cinq dimensions de la vie des enfants : le bien-être matériel, la santé et la sécurité, l’éducation, les comportements et risques, et enfin le logement et l’environnement.

Le Bilan 11 inclut également les opinions des enfants sur leur propre satisfaction à l’égard de la vie. « Nous devons savoir ce qui est important pour eux, et nous devons le faire de façon plus systématique. La voix d’un enfant, même de très jeune âge, est vitale », précise Gordon Alexander.

Selon l’étude, il n’existe pas de rapport direct entre le niveau global de bien-être de l’enfant et le PIB par habitant. De plus, l’écart entre les pays d’Europe centrale et de l’Est et les économies industrielles plus établies commence à se réduire.

Qu’en est-il de la Belgique ?

Précédée par le Luxembourg et la Suisse, la Belgique se situe en 9ème position sur un total de 29 pays industrialisés. Nous occupons la 6ème place si nous tenons compte de l’avis des enfants.

Fait inquiétant : la pauvreté concerne également les enfants dans notre pays. Avec 10,3 % des enfants vivant dans des ménages dont le revenu disponible est inférieur à 50% du revenu médian national, la Belgique détient le triste record du plus haut taux de pauvreté relative des enfants de tous les pays d'Europe occidentale. Nous nous positionnons en 13ème place en matière de bien-être matériel.

Dans le domaine de l’enseignement, notre pays obtient un très bon score et se positionne en 2ème place après les Pays-Bas. Malgré tout, nous sommes confrontés à d’immenses inégalités en matière d’éducation (voir notre dernier rapport WDYT : « Egalité des chances à l’école ? Voilà ce qu’ils en pensent »). Pour de nombreux jeunes issus d’un milieu pauvre, l’école est un parcours d’obstacles qui blesse et exclut. Il démontre ainsi que nos politiques restent inégalitaires et ne parviennent pas à combler la fracture sociale.

Notons également que la Belgique est le pays d’Europe occidentale avec le taux le plus élevé d’enfants impliqués dans des bagarres. On occupe la 23ème place.

De manière générale, la Belgique ne se positionne pas trop mal et nous pouvons nous réjouir de certains de ces classements. En temps de crise, le défi est au minimum d’essayer de maintenir ces résultats en veillant à regarder plus loin que la moyenne afin de lutter contre les inégalités.

Photos: All Rights Reserved © Rudolf Vlček