3 ambassadeurs, 4 représentants de terrain, 40 collaborateurs, 1.000 donateurs

BRUXELLES, 7 octobre 2018 – Nafissatou Thiam, Helmut Lotti, Thomas Van Hamme, Tom Waes, le Directeur général Olivier Marquet et 40 collaborateurs d’UNICEF Belgique ont accueilli aujourd’hui au Kanal Centre Pompidou à Bruxelles plus de 1.000 donateurs qui soutiennent l’UNICEF en Belgique lors d’une après-midi informative et ludique.

Le fait de voir plus de 1.000 donateurs venir à Bruxelles un dimanche après-midi pendant leur temps libre pour s’informer sur l’UNICEF a quelque chose d’unique et de réconfortant !”, déclare Olivier Marquet. “ Nos Parrains et nos Marraines soutiennent nos actions via des dons mensuels », poursuit-il. ”Cette formule nous garantit une source de revenus fixes et elle nous permet de mieux planifier nos actions sur le terrain. Un don est un extra. Pour nous, il est essentiel, que nos donateurs soient informés en toute transparence de ce que leur don nous permet de réaliser et de les rassurer quant à la bonne utilisation de celui-ci. L’événement d’aujourd’hui nous a donné la possibilité de réaliser cela à l’aide de témoignages uniques de quatre représentants de l’UNICEF sur le terrain”.

Cette après-midi de l’UNICEF était consacrée à l’éducation.  On sait que plus de 63 millions d’enfants ne vont pas à l’école à cause de conflits, de situations d’urgence, de la pauvreté, d’inégalités sociales, etc… Or l’éducation est essentielle. C’est elle qui permettra à un enfant de construire son avenir. Ce n’est pas un hasard si l’éducation se trouve au même rang de priorité que la santé, la nutrition et l’eau potable dans la crise humanitaire qui touche actuellement l’Indonésie.

Plusieurs représentants de l’UNICEF sur le terrain (venant du Tchad, de Madagascar, du Moyen-Orient et d’Egypte), pour la plupart de nationalité belge, sont venus aujourd’hui à Bruxelles souligner le caractère prioritaire de l’éducation dans notre travail.

Geert Cappelaere, le directeur du bureau de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord qui coordonne nos actions dans quelques-uns des points les plus chauds de la planète, confirme, lui aussi, ce souci permanent de l’UNICEF de ne jamais laisser s’interrompre l’éducation d’un enfant. Lors d’une visite récente au Yémen, où les enfants paient un lourd tribut à la guerre, il expliquait le pourquoi de cette préoccupation : “Chaque enfant a droit à une vraie enfance. A l’éducation, au jeu et à la protection. Quand nous pouvons garantir ceci à un enfant, il aura les atouts nécessaires pour devenir un adulte abouti qui contribuera à la reconstruction de son pays”.

Thomas Van Hamme qui a vu l’UNICEF sur le terrain déplore le manque de médiatisation de certains drames humains et incite le public à soutenir les populations qui sont victimes de catastrophes : « Le conflit syrien est une épouvantable tragédie qui se joue là-bas. On a l’impression qu’on n’en parle jamais et que l’on ne sait pas ce qui se passe en Syrie. Alors, s’il vous plaît, il faut faire un geste. Parce qu’il s’agit d’une guerre civile et que les premiers touchés sont les familles, les civiles et les enfants. Ils ont besoin qu’on les aide ! »

Il y a tout juste une semaine, notre ambassadrice bénévole et championne olympique, Nafissatou Thiam revenait d’une mission du Liban. C’était son tout premier contact avec le terrain et donc une expérience très forte : “J’ai pu voir sur place le travail impressionnant que réalise l’UNICEF avec ses partenaires. Les enfants syriens ont perdu tellement de choses, mais chose extraordinaire, leurs rêves sont demeurés intacts. Pour les réaliser, ils doivent pouvoir aller à l’école.”

Durant l’après-midi, les donateurs ont eu l’occasion de faire la connaissance du staff d’UNICEF Belgique et des volontaires qui nous soutiennent au quotidien. Des ateliers, ont également permis un échange dynamique entre des spécialistes du terrain et nos donateurs. Enfin, un exposition photo a parachevé l’image en plusieurs dimensions que nous avons donnée à toutes les personnes présentes du travail de notre organisation et des défis qui se posent à elle.

Différentes personnalités et artistes ont également contribué au succès de cette journée par l’organisation d’activités très diverses : Bai Kamara Jr, par exemple, a témoigné de sa visite des programmes de l’UNICEF en Sierra Leone et a donné un mini-concert, Teresa Sdralevich a organisé un workshop spécialement consacré aux enfants et Denis Meyers a réalisé une œuvre picturale en live.

Un programme varié donc qui alliait l’information au divertissement.

Pleinement satisfait, Olivier Marquet revient encore un instant sur le EduAction Day : “C’était émouvant de voir toutes ces personnes réunies, telle une famille nombreuse, rassemblées derrière un objectif commun, celui d’assurer les droits de tous les enfants et de leur offrir un réel avenir. Je suis reconnaissant à nos donateurs, à nos parrains et marraines, à nos volontaires, à nos ambassadeurs et à tous nos sympathisants de leur soutien et de leur engagement. Et d’avoir partagé cette belle journée avec nous.”