L'aide d'urgence

L’UNICEF est né, en 1946, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, dans une énorme situation d'urgence comparable à celle de la Syrie aujourd'hui. Si l’UNICEF a acquis un statut permanent au sein des Nations Unies en 1953 afin de se consacrer davantage à des programmes de développement durable, l’organisation n’en a pas moins continué à travailler régulièrement dans des situations d’urgence. Tremblements de terre, inondations, sécheresse, changements climatiques, conflits armés, famines, depuis plus de 70 ans l’UNICEF intervient partout dans le monde afin de permettre aux enfants de dépasser les situations souvent terribles qu’ils ont vécues et de retrouver au plus vite une existence normale. Les urgences représentent actuellement 36 % du budget de l’UNICEF.

Que fait l’UNICEF en cas d’urgence ?

Lorsqu’une situation d’urgence se présente, l’UNICEF, qui est déjà présent sur place et va aider les autorités à déployer un plan catastrophe. Dans un premier temps, nous allons aider les habitants des zones touchées à survivre et à minimiser les dégâts. Nos équipes réalisent ce travail avec le matériel de l’UNICEF disponible sur place ou via notre chaîne mondiale d’approvisionnement capable d’envoyer des fournitures vitales en 48 heures  quasiment n’importe où dans le monde.

Notre objectif : réduire au minimum les effets d’une catastrophe dans la vie d’un enfant. Il s’agit de lui redonner rapidement accès à de l’eau potable, à des installations sanitaires et à un minimum d’hygiène, par exemple. C’est aussi vacciner les enfants pour prévenir les épidémies. Les protéger contre les abus et la violence et enfin leur permettre, le plus rapidement possible (dans les 72 heures qui suivent une catastrophe), de retourner à l’école, ce qui leur permettra de retrouver le sentiment d’une vie normale.

Une fois l’urgence stabilisée, commence une phase de reconstruction dans laquelle l’UNICEF est très présent. Notre objectif est de reconstruire en mieux, c’est ce que l’on appelle le principe « Building Back Better« . L’UNICEF et ses partenaires reconstruisent les infrastructures de base avec des matériaux plus solides, plus durables et plus écologiques que ne l’étaient ceux d’avant la catastrophe. Pour la reconstruction d’une école, par exemple, on construira une école « amie des enfants » avec des éléments résistants aux cyclones et aux tremblements de terre mais aussi en respectant des principes essentiels quant à l’environnement, l’hygiène, la sécurité, l’apprentissage, etc.
Après la catastrophe, l’UNICEF restera sur place et poursuivra son travail en fonction du programme élaboré. Nous savons que la manière de répondre aux situations de crise pose les bases du développement à long terme. En dehors de toute urgence, nous aidons les populations à résister aux chocs futurs et développons chez elles la capacité de résilience.

Dans un souci de bonne coordination des opérations sur le terrain entre les diverses agences et ONGs, des accords sont prévus entre organisations humanitaires, avec l’aval des autorités des pays concernés. Par exemple, certaines organisations sont responsables de la coordination générale de l’aide d’urgence dans certains secteurs précis. En situation d’urgence, l’UNICEF devient automatiquement responsable pour toutes les questions relatives à l’approvisionnement en eau potable, à l’assainissement, à l’hygiène, la nutrition, la protection des enfants et l’éducation.

L’année dernière, nous avons répondu à 344 urgences d’ordre humanitaire – des conflits aux catastrophes naturelles – dans 108 pays.

Trois avantages qui vont aider

L’UNICEF possède trois atouts majeurs pour faire face aux urgences. D’abord, son expérience depuis 1946. Le E (Emergency) de l’acronyme UNICEF montre à quel point les urgences font partie de l’ADN de l’organisation. Ensuite sa présence sur le terrain (dans 190 pays) : l’UNICEF est déjà sur place lorsqu’une urgence se produit. Cette présence lui permet d’avoir une bonne connaissance du terrain, du pays, de sa population et de sa culture. Enfin, grâce à notre centre logistique basé à Copenhague, nous sommes en mesure d’envoyer des secours dès les premières heures d’une catastrophe naturelle ou humaine dans tous les pays où nous sommes présents.

Un « catalogue » des urgences

Environ 535 millions. C’est le nombre d’enfants qui vivent dans des pays en situations d’urgence humanitaire à travers le monde soit un enfant sur quatre. Le rapport annuel Humanitarian Action for Children ou HAC (Action Humanitaire pour les Enfants) et le site qui lui est dédié regroupent les urgences existantes dans le monde et pour lesquelles l’UNICEF lance chaque année un appel de fonds auprès de la communauté internationale. Le HAC a pour mission d’attirer l’attention du public et des médias sur de nombreuses urgences dites « silencieuses » car totalement oubliées du public.  

 

Coup d’œil sur 2016 : l’impact de l’UNICEF dans cinq crises majeures

Les principales urgences en cours :

Famine en Afrique et au Moyen-Orient
Aidez les enfants qui souffrent de la famine
Crise des réfugiés
Urgence en Syrie
Aidez les enfants syriens
Urgence en Iraq
Aidez les enfants en Irak
Urgence au Soudan du Sud
Aidez les enfants du Soudan du sud
El Niño
Aidez les enfants touchés par El Niño
Conflit au Yémen
Nigéria et lac Tchad
Faites un don pour les enfants au Nigeria
Ouragan Matthew
Faites un don pour les enfants en Haïti

Faites un don pour les enfants en détresse