© UNICEF/NYHQ2010-1152/Asselin

Les enfants soldats

Un enfant soldat, c’est quoi ?

Au terme “enfant soldat”, on préfère aujourd’hui le terme d’« enfant associé à une force ou un groupe armés ». En effet, l’utilisation abusive des enfants en cas de conflits ne se limite pas au port d’arme ni à la participation directe au conflit. Certains enfants, garçons et filles, sont utilisés comme messagers, espions, porteurs, cuisiniers, voire comme bouclier ou comme objet sexuel. C’est particulièrement le cas dans les groupes armés non-étatiques comme les rebelles, les guérillas, les groupes terroristes, etc.

Certains enfants sont kidnappés ou recrutés de force, tandis que d’autres rejoignent les groupes armés parce qu’ils pensent ne pas avoir d’autre choix ou qu’ils se laissent influencer par de fausses promesses . Ce sont souvent des enfants pauvres, discriminés, abusés et traumatisés à vie.

Pourquoi des enfants ?

D’un point de vue pragmatique, l’utilisation d’enfants apporte aux forces armées certains avantages :

  • Ils sont plus légers, plus petits, plus aptes à se faufiler à droite et à gauche (or, les armes sont aujourd’hui plus légères car les guerres sont souvent civiles)
  • Les enfants sont facilement manipulables, influençables, obéissants et impressionnables
  • Ils ont une plus grande capacité d’adaptation et un plus large éventail de ressources
  • Les enfants sont moins « chers à employer » que les adultes
  • Ceux qui vivent dans des conditions très difficiles (en situation de pauvreté extrême, déplacés, séparés de leur famille…) sont très vulnérables et donc faciles à recruter ou à enlever.

Quels pays sont concernés ?

Selon les Nations unies (2014), la problématique implique actuellement une vingtaine de pays, répartis sur trois des cinq continents :

 Office of the Special Representative of the Secretary-General for the Children in armed conflict

Office of the Special Representative of the Secretary-General for the Children in armed conflict

De gauche à droite et de haut en bas: La Colombie, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la Libye, le Tchad, le Soudan, le Soudan du Sud, la République centrafricaine,  la République démocratique du Congo, Israël, le Liban, la Syrie, l’Iraq, le Yémen, la Somalie, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, le Myanmar, la Thaïlande et les Philippines.

Cette liste donne une idée des pays actuellement en conflit et concernés par la problématique des enfants soldats, mais elle est à nuancer : elle n’est ni complète, ni définitive. Par exemple, elle ne tient pas compte de pays comme le Royaume-Uni, qui autorise son armée à recruter de manière volontaire des soldats de moins de 18 ans. De même, des conflits peuvent éclater ou recommencer dans d’autres pays susceptibles de recruter des enfants dans des forces armées ou rebelles. C’est notamment le cas de pays comme l’Ouganda, la Palestine ou la Jordanie.

Que fait l’UNICEF ? Trois mots : retrait, démobilisation et réinsertion.

Nous avons mis en place des programmes d’aide pour faciliter non seulement le retrait, mais aussi la démobilisation et la réinsertion des enfants soldats. Car au-delà du retrait des forces armées, la période de démobilisation (le retour à la vie civile) est considérée comme le moment où les enfants souffrent le plus des conséquences psychologiques de la guerre. Leurs traumatismes sont sévères et, malheureusement, durables. C’est pourquoi il est essentiel de leur fournir un soutien psychologique.

La réinsertion est également un moment clé qui consiste à trouver pour tous ces enfants, une alternative viable à la vie militaire. Cela signifie leur donner accès à l’enseignement, à une formation professionnelle, à un emploi, etc. Or, les difficultés sont nombreuses :

  • Parfois le pays ne peut assurer des nécessités de base telles que l’enseignement et l’emploi. La pauvreté, l’instabilité politique et les problèmes structurels des gouvernements concernés jouent un rôle important dans la réinsertion de ces enfants.
  • Un certain nombre d’enfants soldats ont été forcés de commettre des atrocités envers leur propre famille et/ou communauté, et sont donc rejetés par celle-ci, ou considérés comme des « âmes perdues ».

Nous insistons également fortement sur la prévention, car en venant en aide aux enfants vulnérables (orphelins, n’ayant pas accès à l’école, à la rue…), nous empêchons qu’ils croisent un jour la route d’une milice armée mal intentionnée. Par exemple, assurer la continuité de l’enseignement même en période de conflit, empêche les enfants d’y prendre part, de quelque manière que ce soit.

Pour aller plus loin

D’un point de vue juridique, cela fait des années que nous militons avec nos partenaires afin de sensibiliser la communauté internationale au recrutement des enfants dans les forces armées. En ce sens, nous avons participé à renforcer le droit international en faveur de la protection des enfants via plusieurs instruments internationaux et contraignants pour les États, notamment :

  • La Convention des droits de l’enfant (en particulier, l’article 38 sur la situation des enfants en cas de conflit armé)
  • Le protocole facultatif qui s’y rapporte, sur l’implication des enfants dans les conflits armés.
  • Les principes de Paris, lancés à l’initiative de l’UNICEF, et les engagements qui s’y rapportent. Ceux-ci se concentrent davantage sur la prévention du phénomène par les États.

Au sein des Nations unies, la situation de ces enfants a souvent capté l’attention et de nombreuses initiatives pour lutter contre le phénomène ont été prises : l’adoption de plusieurs résolutions, la création de la Cour internationale de justice, la nomination d’un(e) représentant(e) spécial(e) pour les enfants dans les conflits armés, en sont quelques exemples. Beaucoup de ces initiatives sont reprises sur le site web du bureau du représentant spécial, dont la plus récente est la campagne « Des enfants, pas des soldats ».

Parce qu’il est essentiel que nos actions de prévention et de réhabilitation de ces enfants s’inscrivent dans le long terme,

parce que les causes d’un tel problème sont plus larges…

C’est aussi à long terme que nous avons besoin de votre soutien !

Je deviens Marraine ou Parrain
Je fais un don pour les enfants
Découvrez notre fiche thématique sur les enfants soldats, spécialement destinée aux enseignants et à leurs élèves.

Enfants soldats

Télécharger
Découvrez nos autres fiches thématiques et outils gratuits pour les enseignants

Mots-clés
Partagez