Les droits de l’enfant dans la coopération au développement belge

UNICEF Belgique a activement plaidé pendant des années pour qu’il y ait une base structurelle pour les droits de l’enfant dans la coopération au développement belge. Nous avons organisé en 2004, en association avec Plan Belgique et ECPAT Belgique, une conférence internationale portant sur les droits de l’enfant et la coopération au développement. Le fait d’inscrire les droits de l’enfant dans la Loi de 1999 sur la Coopération internationale était une des recommandations les plus importantes résultant de la conférence. En 2005, le thème des droits de l’enfant a été inclu dans la loi comme quatrième thème transversal. Grâce à cet amendement, le respect des droits de l’enfant entre en jeu dans chaque politique et chaque action de la coopération au développement belge.

Pour chaque thème transversal, il y a une note stratégique où se trouvent des lignes directrices pour les politiques belges. La note stratégique Respect des Droits de l’Enfant (2008) détermine la façon dont la Belgique amènera dans la pratique le thème transversal des Droits de l’Enfant. UNICEF Belgique a joué un rôle actif dans la création de cette note et l’utilise en association avec la loi comme cadre de référence dans son travail politique.

Les années précédentes, les autorités belges ont fait un effort pour accorder plus d’attention aux droits de l’enfant dans leur politique de développement, mais il n’est pour le moment pas encore question d’une approche transversale. Cela n’a pas non plus échappé au Comité pour les Droits de l’Enfant des Nations Unies. Dans ses recommandations adressées à la Belgique suite au troisième rapport du gouvernement sur la situation des droits de l’enfant (juin 2010), le Comité détermine que les droits de l’enfant ne sont pas encore assez traités de façon transversale au sein de la coopération au développement.

En 2013, une nouvelle Loi concernant la Coopération au développement Belge est entrée en vigueur. Les droits de l’enfant n’y sont plus retenus comme un thème transversal, mais sont classés dans la division des droits de l’homme (‘les droits de l’homme, y compris les droits de l’enfant’) au sein de la nouvelle catégorie des thèmes prioritaires.

UNICEF Belgique a fait tous les efforts possibles pour conserver les droits des enfants comme thème transversal dans la nouvelle loi et nous sommes donc heureux que le thème des droits de l’enfant soit explicitement inclus dans celle-ci.

Mais nous avons encore  de questions au sujet de l’interprétation concrète de cette nouvelle catégorie que sont les thèmes prioritaires. Pour nous, une interprétation horizontale du thème des droits des enfants reste primordiale. Les droits des enfants ne peuvent pas devenir exclusivement un secteur vertical, où seulement quelques interventions seront entreprises pour eux. Les droits des enfants doivent faire l’objet d’une attention dans chaque thème et chaque secteur où la coopération au développement belge est active, et également dans les secteurs où le lien avec ces droits est à première vue moins évident.
Vers la Plate-forme