Mots-clés

Au milieu des décombres, les enfants d’Alep rentrent à l’école

A cause du conflit qui fait rage depuis 6 ans, beaucoup d’enfants syriens ont été forcés de quitter l’école. Aujourd’hui, avec l’aide de l’UNICEF, ils rentrent à l’école, avides d’apprendre.

A cause du conflit qui fait rage depuis 6 ans, beaucoup d’enfants syriens ont été forcés de quitter l’école. Aujourd’hui, avec l’aide de l’UNICEF, ils rentrent à l’école, avides d’apprendre.

© UNICEF/UN052194/Al-Issa
© UNICEF/UN052194/Al-Issa

Après six ans de guerre en Syrie, les rues d’Alep sont bordées de ruines. Pourtant, les Nations Unies estiment à 40.000 les Syriens, préalablement déplacés, qui sont retournés à la ville. Chaque jour, de plus en plus de gens les suivent. Dans cette ville ravagée par la guerre, des enfants rentrent à l’école avec leurs cartables UNICEF remplis de fournitures scolaires, désireux de s’installer dans une routine scolaire.

Avec l’aide de l’UNICEF, 23 écoles ont déjà rouvert. 6500 élèves pourront ainsi redevenir enfants

Près de 217 des 422 écoles dans la partie est d’Alep ont été démolies, endommagées ou sont devenues inaccessibles. Avec l’aide de l’UNICEF et ses partenaires, 23 écoles primaires ont rouvert leurs portes ces dernières semaines. Près de 6500 élèves pourront ainsi redevenir enfant. Dans les semaines à venir, plus d’écoles encore pourront rouvrir leurs portes.

©UNICEF/UN051527/Al-Issa
©UNICEF/UN051527/Al-Issa

Seedra (à gauche) et sa soeur Baraa, le premier jour du second semestre à l’école Kheir eddine Al-Asadi dans la partie est d’Alep.

En allant d’école en école, les équipes de l’UNICEF effectuent des évaluations rapides afin de déterminer quels bâtiments sont sûrs et utilisables. A l’école Kheir eddine Al-Asadi, le troisième étage était gravement abîmé. De ce fait, 600 enfants se retrouvent entassés dans les classes aux premier et deuxième étages.

© UNICEF/UN052195/Al-Issa
© UNICEF/UN052195/Al-Issa

Dix classes préfabriquées ont été installées pour accueillir les élèves des écoles dont la sécurité n’est pas encore assurée. Il fait froid dans les écoles délabrées, mais les enfants sont tellement contents de pouvoir à nouveau apprendre, qu’ils ne semblent pas le remarquer.

« Je veux améliorer mon orthographe », raconte Nagham, sept ans. « Je peux m’entraîner car j’ai reçu des manuels scolaires.»

Pour Nagham, c’est la première fois qu’elle va à l’école. Il y avait tant de combats dans le quartier où elle habite, que ses parents l’ont gardée à la maison l’année dernière.

© UNICEF/UN052195/Al-Issa
© UNICEF/UN052195/Al-Issa

Nagham, 7 ans, est toute excitée d’être à l’école pour la première fois de sa vie.

Certains enfants n’ont pas été à l’école depuis deux ans. Ils étaient enfermés à la maison à cause des combats acharnés. L’escalade de la violence a forcé la famille de Ghalia, sept ans, à fuir vers la ville côtière de  Lattakia, il y a deux ans, mais aujourd’hui, elle est heureuse d’être de retour à Alep.
« Ma maison et mes amis me manquaient terriblement, » se souvient-elle.

“L’une de nos priorités clés est de replacer les enfants dans un environnement scolaire, » déclare Hanaa Singer, représentante de l’UNICEF en Syrie. «L’école apporte aux enfants un sentiment de routine et leur offre un endroit où ils peuvent apprendre, jouer, guérir et reconnecter avec leur enfance. »

© UNICEF/UN052195/Al-Issa
© UNICEF/UN052195/Al-Issa

A Idlib et les agglomérations à l’ouest d’Alep, l’UNICEF a fourni des ‘écoles en boîte’ et des kits récréatifs pour 90.000 enfants. Un programme d’urgence de sensibilisation a permis à 50.000 enfants et leurs parents de s’informer sur les dangers des mines et des engins non explosés. Près de 280 enseignants ont eu accès à des cours de formation et de perfectionnement professionnel conçus pour aider les enfants à combler les mois et les années d’éducation qu’ils ont ratés. Des activités spéciales organisées par des consultants que l’UNICEF a formé ont aidé 35.000 enfants, qui se trouvent dans des abris et d’autres endroits, à faire face aux horreurs vécues de la guerre.

Toutefois, il reste beaucoup à faire. Nous estimons que 1.7 million d’enfants en Syrie ne vont pas à l’école actuellement.

Aidez les enfants syriens

©UNICEF
©UNICEF