Back to Learning: Donner la chance à un demi-million d’enfants au Soudan du Sud de retourner à l’école

Au Soudan du Sud, le Ministère de l’Education, des Sciences et de la Technologie, a lancé, avec le soutien de l’UNICEF, une initiative destinée à remettre un demi-million d’enfants sur les bancs de l’école.

© UNICEF/UN010064/Rich
© UNICEF/UN010064/Rich

Les frères Nydeng Khot Gatkwoth (gauche), 10 ans  et Chuol Khot Gatkwoth, 12 ans, avec un de leurs amis au site de Protection civile à Bor, où l’UNICEF soutient des espaces d’apprentissage temporaires pour des enfants déplacés. De la sorte, ces jeunes peuvent poursuivre leur parcours scolaire.

Le pays, encore très jeune, possède l’un des pires indicateurs relatifs à l’éducation au monde, avec seulement 1 enfant sur 10 qui termine son cycle primaire. La situation s’est empirée avec le conflit qui a éclaté en 2013. Plus de 900.000 enfants ont été déplacés ;  400.000 d’entre eux ont dû quitter l’école. Le taux d’inscription à l’école primaire a diminué de manière considérable.

« Un enfant qui ne va pas à l’école, est un enfant qu’on a privé de ses droits et de son futur, » déclare Jonathan Veitch, le représentant de l’UNICEF au Soudan du Sud. « Une société ne peut pas fonctionner, si elle n’éduque pas ses enfants. »

L’initiative ‘Back to Learning ’, lancée en 2015, cible les communautés vulnérables du pays en offrant des opportunités d’apprentissage aux enfants qui ne vont pas à l’école, soit en raison du conflit soit à cause d’autres obstacles tels que la distance ou les finances familiales. L’initiative a permis à 360.000 enfants d’accéder à l’éducation en 2015.

« Nous avons fait d’énormes progrès, mais il y a toujours trop d’enfants privés d’éducation, » explique Dr. John Gai Yoah, du Ministère de l’Education et de la Technologie. « Ce sont surtout les filles et les enfants déracinés par le conflit qui sont touchés par la problématique. »

© UNICEF/UN09920/Ohanesia
© UNICEF/UN09920/Ohanesia

Nyaturo Diew, 11 ans, école primaire Dawa à Bentiu – « Je ne suis pas allée à l’école à cause des combats. Je ne faisais rien du tout et l’école me manquait. Je voulais y retourner, mais le bâtiment était détruit. J’aime beaucoup apprendre l’anglais. J’aimerais travailler dans un hôpital quand je serai grande. Je veux que ma vie redevienne comme avant, quand les enfants allaient à l’école et quand nous vivions en paix. »

Un des objectifs de la campagne Back to Learning est d’augmenter la participation des filles à l’éducation. En effet, un enfant dont la mère sait lire a 50% de chances en plus de survivre à son 5e  anniversaire. L’éducation peut donc carrément sauver des vies.

© UNICEF/UN010059/Holt
© UNICEF/UN010059/Holt

Kizza Brain lors d’un cours sous un arbre dans l’ancienne école à Ayii. Grâce au soutien de l’UNICEF, une nouvelle école est en construction juste à côté, avec dix classes et des toilettes. « Je n’ai jamais vu un tel bâtiment de ma vie. Je suis très enthousiaste. Nous n’aimions pas les cours donnés sous l’arbre car nos leçons étaient souvent interrompues. Quand il pleuvait, le professeur nous disait de rentrer à la maison. », explique Kizza.

Pour donner accès à l’éducation à plus d’un demi-million d’enfants et d’adolescents vulnérables entre 3 et 18 ans, l’UNICEF et ses partenaires ont besoin de 75 millions de $. Les fonds seront utilisés pour construire des infrastructures scolaires et pour fournir du matériel éducatif aux enfants inscrits à l’école et pour assurer la continuité des services d’éducation pour les enfants qui vivent dans des régions touchées par le conflit.
Faites un don pour les enfants en détresse