Calais: les enfants de la ‘Jungle’

Dans le camp de réfugiés et migrants situé dans le Nord-Pas-de-Calais, surnommé ‘la Jungle’, des enfants vivent dans des conditions indignes. Parmi eux se trouvent des adolescents non-accompagnés en situation de danger. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a dénoncé les conditions alarmantes et très insalubres qui règnent dans ce camp. UNICEF France, Médecins du Monde et Caritas France tirent également la sonnette d’alarme et rappellent à l’état ses devoirs.

Calais, janvier 2016 © UNICEF France / Huyghe
Calais, janvier 2016 © UNICEF France / Huyghe

L’UNHCR dénonce des conditions alarmantes
Quelque 4000 réfugiés et migrants s’entassent aujourd’hui dans la ‘Jungle’ de Calais, et près de 2500 personnes vivent à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Ils vivent dans des conditions épouvantables, en espérant pouvoir passer en Grande-Bretagne. La situation s’est encore aggravée à cause des conditions hivernales. L’UNHCR s’inquiète aussi de la situation sanitaire très préoccupante dans laquelle se retrouvent les enfants non-accompagnés ou qui se sont perdus. Ils sont exposés à des violences régulières et aux trafiquants qui ont été signalés sur le site. L’UNHCR plaide pour les mesures suivantes:

  • Des centres d’accueil d’urgence supplémentaires, tel que la Maison du Jeune Réfugié à St Omer, ou d’autres structures qui répondent davantage aux besoins de protection des enfants en dessous de 15 ans.
  • Des mesures pour simplifier les procédures de protection de l’enfance, notamment pour les enfants ayant de la famille dans un autre état membre de l’Union Européenne, doivent être explorées en urgence.
  • L’UNHCR souligne aussi que les réfugiés et les migrants de Calais et de Dunkerque ont besoin de plus d’informations et de conseils juridiques. Aujourd’hui, ils obtiennent parfois des conseils contradictoires et erronés émanant de différentes sources.
Calais, janvier 2016 © UNICEF France / Huyghe
Calais, janvier 2016 © UNICEF France / Huyghe

Que fait l’UNICEF?
Très préoccupés par cette situation, UNICEF France, Médecins du Monde et Caritas France rappellent à l’Etat ses devoirs en matière d’accueil et demandent des mesures de protection claires à destination des enfants et adolescents non-accompagnés.

Ils exigent au minimum une couverture vaccinale de routine, notamment contre la rougeole, une maladie potentiellement grave pour des personnes vivant dans la précarité.

UNICEF France a également lancé un diagnostic sociologique sur les MENA (Mineurs Etrangers Non Accompagnés) présents à Calais et aux alentours afin d’obtenir une meilleure évaluation de leur situation. L’objectif étant de proposer des recommandations opérationnelles pour les faire bénéficier de mesures de protection adaptées.
Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde