Mots-clés

Crise syrienne : les enfants paient le prix fort de 9 années de conflit

La crise en Syrie, qui entame sa 10e année, constitue probablement la pire atrocité humanitaire du 21e siècle. Un tiers de la population syrienne manque de nourriture, 1 enfant sur 3 ne va pas à l’école, et plus de la moitié des infrastructures sanitaires du pays sont hors d’usage.

11 millions de personnes dans le pays, dont 5 millions d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire.

Dans le nord-ouest du pays, une dangereuse escalade des violences a rendu la situation des enfants et des familles encore plus critique. De nombreuses familles d’Idlib ont dû fuir à plusieurs reprises. Une grande partie des écoles ne sont plus opérationnelles parce qu’elles ont été détruites par les combats, ou parce qu’elles font office de lieu d’accueil pour les familles déplacées. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 120 pour cent depuis l’année dernière.

Actuellement, des dizaines de milliers d’enfants dépérissent dans des camps au nord-est du pays, où les infrastructures les plus élémentaires font défaut en dépit de l’investissement des partenaires humanitaires. Près de 28 000 enfants sont bloqués dans le camp d’Al-Hol. Oubliés et rejetés, ils sont aussi extrêmement vulnérables aux épidémies de maladies infectieuses en raison du manque d’hygiène, de services de santé surchargés et d’une couverture vaccinale insuffisante.

Quel est l’impact de la crise syrienne sur les enfants ?

Des familles contraintes de fuir les violences, dont 38 enfants, ont trouvé refuge dans une grotte souterraine à Taltouna, à 17 km au nord-ouest d’Idlib. « Nous n’avons plus rien », raconte Um Mohammad, « nous avons dépensé tout notre argent en médicaments pour nos enfants. » – © UNICEF/Syria 2020/ Ali Haj Suleiman

Aucun enfant syrien n’échappe aux conséquences de la violence. Le droit international humanitaire et les droits des enfants sont perpétuellement bafoués.

Les enfants en Syrie sont tués et blessés par l’utilisation d’explosifs dans des zones densément peuplées. Les hôpitaux, stations d’épuration et écoles sont détruits, les familles sont déchirées et les enfants sont recrutés par des groupes armés. Même dans les zones éloignées de la ligne de front, les familles ont du mal à nourrir leurs enfants et reconstruire leurs vies.

La crise syrienne en quelques chiffres

  • 11,7 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 4,7 millions d’enfants.
  • 2,5 millions d’enfants réfugiés syriens sont enregistrés hors de la Syrie.
  • Plus de 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans ont besoin d’une aide alimentaire.
  • 2,1 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans ne vont pas à l’école.
  • 1,3 million d’enfants risquent de devoir arrêter l’école à leur tour.
  • 15,5 millions de personnes ont besoin d’un accès à l’eau potable.

Que faisons-nous pour aider les enfants en Syrie ?

En dépit de conditions de travail extrêmement difficiles, l’UNICEF s’associe à ses partenaires en Syrie et dans le reste de la région pour protéger les enfants.

Notre action consiste à améliorer l’accès à l’éducation et à offrir un encadrement psychosocial afin d’aider les enfants et leurs familles à surmonter leurs traumatismes. Nous améliorons les infrastructures scolaires et dispensons des formations aux enseignants.

Au niveau de la survie, nous fournissons des vaccins et une aide alimentaire adaptée dans tout le pays, y compris dans les zones les plus difficiles à atteindre. Nous remettons aussi en état les points d’eau et les installations sanitaires.

L’UNICEF en action : quelques résultats en 2019

WaSH

© UNICEF/UNI217689/Hasan

En 2019, l’UNICEF a fait en sorte que plus de 4,7 millions de personnes – dont 2 millions d’enfants – puissent accéder à de l’eau potable. Pour ce faire, nous avons réparé des canalisations d’eau, installé des circuits d’eau et réalisé des entretiens de routine.

L’UNICEF a distribué des kits d’hygiène aux familles, contenant entre autres du savon et des tablettes de purification d’eau, et installé des citernes d’eau pour près d’1,4 million de personnes, dont près de 600 000 enfants, dans des camps et communautés d’accueil.

Nous avons également mené des campagnes pour promouvoir une hygiène de qualité auprès de 470.300 personnes.

Toutes ces interventions ont contribué à prévenir de grandes épidémies, et ce en dépit de conditions de vie toujours difficiles pour un nombre croissant de personnes contraintes de vivre dans des lieux surpeuplés.

Alimentation

Salih Al-Shiba, professionnel de santé de l’UNICEF, examine un enfant tout juste arrivé dans le camp d’Al-Hol pour voir s’il présente des symptômes de malnutrition. ©UNICEF/Syria/2019

En 2019, l’UNICEF a examiné 1,5 million d’enfants âgés de moins de 5 ans, femmes enceintes et mères allaitantes susceptibles de souffrir de malnutrition aiguë. Parmi eux, 8.200 enfants souffraient de malnutrition aiguë sévère et ont bénéficié d’un traitement qui leur a sauvé la vie.

Un million d’enfants âgés de moins de 5 ans, de femmes enceintes et de mères allaitantes ont reçu des micronutriments et de la vitamine A afin d’augmenter leurs capacités d’apprentissage et de prévenir des problèmes de vue.

Santé

© UNICEF/ Syria 2020/ Delil Souleiman

Plus de 2 millions de femmes et d’enfants ont bénéficié d’un examen sanitaire, dont 92.086 dans le camp d’Al-Hol au nord-est de la Syrie.

Malgré les hostilités persistantes et l’immense défi que représente l’accès à des zones difficilement accessibles, plus d’un demi-million d’enfants de moins d’un an ont également reçu le vaccin DTP3, qui protège de la diphtérie, du tétanos et de la polio. Plus de 3 millions d’enfants ont été vaccinés contre la polio.

Protection

© UNICEF/ Syria 2019/ Khudr Al-Issa

En 2019, l’UNICEF a pu fournir à près de 393.600 enfants des services psychosociaux par le biais d’espaces adaptés aux enfants et d’équipes mobiles afin de renforcer la résilience des enfants et de les aider à vivre avec les expériences traumatisantes qu’ils ont vécues.

L’UNICEF a également fait en sorte qu’1,1 million d’enfants suivent des cours sur les risques liés aux mines et munitions non explosées afin de leur fournir les connaissances nécessaires pour se protéger de ces dangers.

Education

©UNICEF/ Syria 2019/ Masoud Hasen
Nur Al-Huda, 12 ans, a dû fuir Deir-ez-Zor, au nord-est de la Syrie, avec sa famille. Nur a reçu de nouveaux vêtements d’hiver et suit également le programme d’éducation soutenu par l’UNICEF pour combler ses lacunes scolaires.

Au cours de l’année 2019, l’UNICEF est parvenu à donner à 1,5 million d’enfants en Syrie un accès aux services formels d’enseignement. Nous avons fait du porte-à-porte pour ramener les enfants sur les bancs de l’école et avons ainsi pu atteindre près de 215.000 personnes, dont 7.586 enfants au camp d’Al-Hol.

Pour aider les enfants à retourner à l’école, l’UNICEF a soutenu des ONG partenaires qui ont dispensé un enseignement informel à près de 357.600 enfants ainsi que la réparation d’écoles et la création de centres d’apprentissage pour près de 153.800 enfants. Nous avons en outre distribué des cartables et du matériel scolaire à plus de 109.900 enfants suivant des cours formels et informels.

Dans un souci d’améliorer la qualité de l’enseignement, nous avons participé à la formation de près de 42.800 enseignants.

Protection sociale

© UNICEF/Syria 2019/Khudr Al-Issa

Du fait de l’augmentation fréquente du prix des produits de base et de la diminution continuelle du revenu des familles durant l’année écoulée, de nombreux Syriens ne sont plus en mesure de pourvoir à leurs besoins élémentaires, surtout pendant les mois froids d’hiver. C’est pourquoi l’UNICEF a fourni des vêtements d’hiver à plus de 531.500 enfants. En outre, près de 65.700 enfants bénéficient du programme d’e-vouchers dans des zones urbaines, permettant à leurs familles d’acheter elles-mêmes le matériel nécessaire pour survivre à la rudesse hivernale.

Decouvrez également : UNICEF’s 2020 Humanitarian Action for Children Syrian appeal

Faites un don pour les enfants syriens