Crise des migrants et des réfugiés – état de la situation

La crise des migrants qui se déroule actuellement en Europe trouve elle-même son origine dans les déplacements massifs de réfugiés au Moyen-Orient et en Afrique. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants abandonnent tout ce qu’ils possèdent pour fuir la violence, dans l’espoir de pouvoir mener une vie meilleure ailleurs.

De combien de personnes s’agit-il ?

Nombre de réfugiés dans le monde

Le nombre de déplacés et de réfugiés à la suite des multiples conflits dans le monde se chiffrait à 60 millions de personnes en 2014, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Près de neuf réfugiés sur dix vivent dans des pays limitrophes aux leurs. Le Liban par exemple accueille plus d’un million de réfugiés Syriens.

En Syrie, plus de la moitié de la population a été déracinée et est en fuite : 7.6 millions de personnes sont déplacés à l’intérieur du pays et le nombre total de réfugiés syriens dans les pays voisins atteint désormais plus de 4 millions de personnes. Les 4 pays qui accueillent le plus de réfugiés syriens sont la Turquie, le Liban, la Jordanie, et l’Irak.

Nombre de réfugiés en Europe

En 2015, plus de 792.883 réfugiés et migrants ont franchi dans des conditions périlleuses la Méditerranée. Plus de 2.000 personnes, des hommes, des femmes et des enfants, ont perdu la vie ou sont portés disparus à la suite de leur tentative de franchir la Méditerranée.

52% des réfugiés arrivants en Europe cette année sont des réfugiés syriens. La crise des réfugiés et des migrants en Europe est une crise pour les enfants : 1 demandeur d’asile sur 4 en Europe est un enfant. De janvier à juillet 2015, plus de 133.000 enfants ont demandé l’asile en Europe.

Et en Belgique ?

D’après les derniers chiffres du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (chiffres d’août 2015), 27.076 demandes d’asile ont été introduites en Belgique en 2015. Parmi celles-ci on compte 1.725 mineurs étrangers non-accompagnés.

En 2015, 4090 personnes ont obtenu le statut de réfugié et 829 le statut de protection subsidiaire.

Quel engagement politique existe-t-il ?

Réponse européenne

La question de la Migration est en haut de l’agenda politique européen. Le 30 mai dernier, l’UE a adopté son Agenda Migration.

Suite à l’adoption de cet Agenda, les ministres de l’Asile et de la Migration des 28 Etats membres de l’Union européenne se sont mis d’accord pour réinstaller et relocaliser 54.760 réfugiés et migrants, un chiffre inférieur aux objectifs fixés par la Commission européenne mais encore susceptible d’évoluer.

Le 22 septembre 2015, les ministres européens se sont à nouveau réunis lors d’un Sommet extraordinaire. Lors de ce Sommet, l’UE a clairement reconnu que l’intérêt supérieur des enfants migrants et réfugiés ainsi que leurs besoins spécifiques devaient être un point d’attention prioritaire.

La Belgique

La Belgique connaît depuis plusieurs mois une hausse importante des demandes d’asile. Lors du Conseil de ministres du 18 septembre 2015, de nouveaux sites ont été désignés fin d’offrir rapidement des places d’accueil pour les demandeurs d’asile. En octobre 2015, la Belgique disposait de 27.289 places réparties dans les centres FEDASIL, les centres partenaires de FEDASIL, comme ceux de la Croix-Rouge et des logements de type individuels.

Toutes les semaines depuis juillet 2015, des nouvelles places s’ouvrent. La capacité d’accueil pourra donc passer de 16.200 places (début juillet) à près de 36.000 places fin 2015.

Position de l’UNICEF

Selon le mandat universel de l’UNICEF, nous travaillons avec les gouvernements et les partenaires dans les pays d’origine et de destination des enfants migrants et réfugiés.

L’UNICEF mène un travail de plaidoyer auprès de tous les gouvernements pour qu’ils mettent en œuvre la Convention relative aux droits de l’enfant. Cette Convention est valable pour tous les enfants, y compris les enfants migrants. L’UNICEF insiste pour que toutes les actions qui sont prises pour les enfants migrants et réfugiés soient basées sur leur intérêt supérieur. Peu importe le statut migratoire, qu’ils soient ou pas réfugiés.

Dans le cadre de l’Agenda Migration adopté par la Commission européenne, l’UNICEF a présenté un plan en 10 points en faveur d’une approche de la migration basée sur les droits des enfants.

« Il ne suffit pas d’être choqués. Notre indignation doit se traduire en actes », a déclaré Anthony Lake, le Directeur général de l’UNICEF.

L’UNICEF a une longue histoire de fournir une assistance humanitaire aux enfants dans les situations d’urgence dans le monde entier. Nous plaidons pour des actions dans 4 domaines précis. Ainsi, tous les enfants devraient toujours avoir accès aux principaux services de base – tels que les soins de santé, la nutrition et l’éducation. Ensuite, il faudrait mettre en place un réseau étendu d’experts afin de protéger les enfants et leur famille.

L’UNICEF souligne aussi que la crise des réfugiés ne pourra se résoudre que si l’on met un terme aux conflits, notamment celui en Syrie.
Nous sommes présents dans tous les pays dont sont originaires les réfugiés qui arrivent en Europe et dans tous les pays d’Europe centrale et de l’est. Dans ces pays, nous travaillons de manière intégrée avec des programmes de protection des droits des enfants vulnérables et marginalisés. Nous travaillons aussi intensivement dans les pays touchés par des conflits et des crises humanitaires.

Que fait l’UNICEF ?

L’UNICEF dans les pays d’origine

En Syrie et dans les pays limitrophes, l’UNICEF continue de fournir une aide humanitaire dans les domaines de la santé, la nutrition, l’eau et l’assainissement, l’éducation et la protection. La réponse de l’UNICEF en Syrie inclut une Campagne de ‘Retour à l’école» qui cible 3 millions d’enfants. En réponse à l’augmentation de la pénurie d’eau, l’UNICEF intensifie ses efforts pour fournir camionnage d’eau tous les jours et la distribution de produits d’hygiène essentiels à 1,2 million de personnes. UNICEF se prépare à fournir plus d’1 million d’enfants en Syrie des kits d’hiver et des couvertures thermiques ainsi que la fourniture de chauffage dans les écoles. L’UNICEF établira des cliniques mobiles pour surveiller la santé des enfants.

L’UNICEF en Europe

Etant donné les besoins urgents pour les enfants, l’UNICEF lance un appel de fonds de 12.6 millions d’euros pour les enfants réfugiés et migrants en Europe.

“Devant l’afflux d’enfants en migration et à l’approche de l’hiver, notre priorité est de venir au plus vite en aide à ces enfants» explique Marie-Pierre Poirier, la coordinatrice des opérations de l’UNICEF en faveur des réfugiés et des migrants en Europe. «Nous allons collaborer avec les gouvernements et d’autres partenaires, dans les régions européennes qui ont besoin de notre soutien. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que les enfants sont en sécurité, en bonne santé, et que leurs droits et leur dignité soient respectés. »

L’appel lancé par l’UNICEF devrait permettre de couvrir les activités suivantes dans les 12 prochains mois :

  • Installation d’espaces amis des enfants dans les centres d’accueil
  • Diffusion de conseils sur la santé et la nutrition des enfants aux familles migrantes
  • Soutien aux programmes d’éducation et d’apprentissage
  • Expertise technique et guidance pour les gouvernements et les autres partenaires dans les domaines tels que les droits de l’enfant, la protection, l’aide psychosociale, la prévention et la prise en charge des cas de violence, la protection des enfants contre la traite et le trafic…
  • Soutien et protection des enfants non-accompagnés.

L’UNICEF en Belgique

UNICEF Belgique travaille en étroite collaboration avec les plateformes d’ONG de défense des droits des enfants migrants. La Plate-forme mineurs en Exil, dont UNICEF Belgique est membre, mène un travail continu :

  • d’évaluation des alternatives à la détention des enfants,
  • d’évaluation de la situation des mineurs étrangers non-accompagnés,
  • de plaidoyer pour les familles en situation de séjour irrégulier

UNICEF Belgique travaille également en collaboration avec le gouvernement pour que la Belgique adapte ses politiques migratoires dans un meilleur respect de l’intérêt supérieur de l’enfant (dans les procédures d’asile notamment).Via le Projet Child Notice, nous fournissons à tous les acteurs gouvernementaux de l’Asile et de la migration des informations sur la situation des enfants dans les pays d’origine des enfants qui arrivent en Europe.

Via le projet « What Do You Think ? », UNICEF Belgique travaille aussi directement avec les enfants et les jeunes pour faire entendre la voix des enfants les plus vulnérables De 2014 à 2017, UNICEF Belgique lancera un projet participatif avec des enfants migrants/réfugiés qui vivent en Belgique. L’objectif est de rassembler leurs préoccupations et recommandations dans le rapport alternatif des enfants pour le Comité des droits de l’enfant.

UNICEF Belgique est toujours disposé à soutenir les autorités afin de trouver des solutions globales et durables pour les enfants.

Les préoccupations d’UNICEF Belgique

L’arrivée des réfugiés en Belgique n’est ni une surprise, ni une situation ingérable. UNICEF Belgique attire l’attention sur de plus grandes responsabilités envers les enfants afin que leur intérêt supérieur et leur besoins spécifiques soient respectés.

UNICEF Belgique est heureux de constater que les enfants non-accompagnés et les familles avec enfants soient accueillis de manière prioritaire. En Belgique, la capacité d’accueil est passée de 16.200 places (début juillet) à près de 36.000 places fin 2015. Nous plaidons pour une réponse globale et durable. Nous encourageons les autorités belges (en ce compris les villes et communes) à offrir à ces familles et à ces enfants des conditions d’accueil de qualité.

UNICEF Belgique est fortement préoccupé par le fait que la détention des migrants et des réfugiés soit à nouveau une priorité en Europe et en Belgique. La Belgique avait mis fin à la détention des familles avec enfants en centres fermés en 2008. Des alternatives à la détention avaient alors vu le jour. Nous plaidons pour que ces alternatives soient renforcées.

Pour l’UNICEF, la détention des enfants ne répond jamais à leur intérêt supérieur, une prison même dorée reste une prison.

Aide directe et questions sur le travail concret d’UNICEF Belgique

En Belgique, l’UNICEF mène surtout un travail de plaidoyer au niveau des droits des enfants migrants et réfugiés. Nous ne sommes pas impliqués dans l’aide directe déployée dans notre pays, ce qui signifie que nous ne récoltons pas et que nous ne distribuons pas de lits, de jouets ou autres articles de première nécessité. Vu les besoins humanitaires urgents en Syrie et dans les pays voisins, nous privilégions une aide financière en faveur des enfants réfugiés en Syrie et dans les pays limitrophes où l’UNICEF développe des programmes de santé, d’eau potable, d’éducation et de protection. Les dons sont les bienvenus sur le compte BE31 0000 0000 5555 avec la mention « Enfants de Syrie » ou en ligne sur www.unicef.be

Les propositions de donation en nature doivent être transférées au centre d’accueil de FEDASIL. Presque tous les centres d’accueil sont actuellement confrontés à un manque de vêtements et de chaussures. Des vêtements pour de jeunes hommes sont très recherchés. Avec la perspective de l’hiver, les châles, gants et écharpes seront également les bienvenus. Les centres d’accueil attendent aussi : des sacs à dos, des ceintures, des vêtements de sport, des vêtements pour enfant, des matelas pour bébés, des fournitures scolaires, etc. Tous ces dons peuvent être déposés 24h/24 7j/7 à la réception d’un centre d’accueil.

Certains centres d’accueil de FEDASIL sont à la recherche de volontaires pour ce qui est de l’encadrement des devoirs scolaires, pour des cours de langue, des animations ou d’autres petits travaux inhérents au bon fonctionnement des centres.

Que faire concrètement ?

En Belgique, l’UNICEF mène surtout un travail de plaidoyer au niveau des droits des enfants réfugiés. Nous ne sommes pas mandatées directement par l’aide accordée dans notre pays. Cela signifie que nous ne faisons pas de collecte ni de distribution de lits, de jouets ou autres articles de première nécessité. Nous privilégions une aide financière en faveur des enfants réfugiés en Syrie et dans les pays limitrophes où l’UNICEF développe des programmes de santé, d’eau potable, d’éducation et de protection.