Des jeunes réfugiés s’expriment sur l’avenir

UNICEF Belgique a organisé le 17 novembre 2016 un débat entre jeunes réfugiés à Bruxelles. Au centre des débats figurait une question cruciale : comment améliorer la situation des enfants dans leur pays d’origine ?

Cet événement s’inscrit dans le cadre du projet « What Do You Think ? » qui a pour but de donner la parole au plus haut niveau politique aux enfants vulnérables en Belgique. Pas moins de 32 jeunes réfugiés (âgés de 13 à 18 ans) et issus de 9 pays différents (Afghanistan, Erythrée, Guinée, Hongrie, Iraq, Mali, Mauritanie, R.D. Congo et Syrie) ont pris part à ces débats. Différentes organisations ont contribué à la réalisation de cette journée : Fedasil Poelkapelle, Fedasil Bevingen, Okan Diest, Mentor Escale et le Centre d’asile de Gembloux.

WDYT_WEB1

Lors d’un échange dynamique, les jeunes ont pu partager leurs idées sur des thèmes tels que la guerre, l’éducation et l’égalité des chances. Les frustrations qui sont apparues étaient à la mesure de la gravité des situations personnelles. « Lorsque vous décidez de quitter l’Afghanistan, vous savez que vous risquez votre vie », raconte J., un jeune de 14 ans séjournant en Belgique. « Les raisons qui motivent ces départs forcés sont souvent liées à la violence. Beaucoup d’enfants abandonnent leur pays à cause de la guerre », explique N. une jeune réfugiée de 13 ans.

IMG_5703

(AU DESSUS) Les enfants et les jeunes migrants s’expriment sur le respect de leurs droits dans leur pays d’origine

Une voix pour les enfants de l’exil

Les jeunes ont un avis clair quant à l’application de leurs droits. Il est important de les écouter afin d’améliorer la situation des enfants vulnérables en Belgique et dans le monde. L’UNICEF est convaincu que ce sont les jeunes qui sont les mieux placés pour parler de ce qu’ils ont subi dans leur pays d’origine, puis en le fuyant et enfin en arrivant en Belgique.

WDYT_WEB3

En donnant la parole à ces jeunes réfugiés, nous pourrons approcher les décideurs politiques avec des informations plus précises et leur montrer les problèmes et les défis auxquels ils sont confrontés. Ces jeunes nous apportent donc une meilleure compréhension de leur situation et de celle de millions d’autres dans notre pays et dans le monde.

Tous les témoignages des enfants seront recueillis dans un rapport que nous remettrons aux décideurs politiques de notre pays et au Comité des Droits de l’enfant de Genève. Cette précieuse contribution permettra à ce dernier de formuler des recommandations spécifiques au niveau des enfants migrants à l’état belge ainsi qu’aux pays dont sont originaires les jeunes.

Migration : l’un des défis majeurs de notre époque

La question des migrants et des réfugiés apparaît sans conteste comme l’un des défis majeurs de ce début de siècle. Les enfants représentent environ un tiers de la population mondiale. Mais ils constituent la moitié de tous les réfugiés. Aujourd’hui, on totalise quelque 50 millions d’enfants déracinés. 28 millions le sont du fait de la violence ou de conflits armés. De plus en plus d’enfants se retrouvent seuls sur les routes de l’exil, séparés de leur famille.

WDYT_WEB4

En 2015, plus de 100.000 enfants non-accompagnés ont demandé asile dans 78 pays, soit trois plus qu’en 2014. Outre les 28 millions d’enfants qui ont fui la violence, 20 millions d’enfants migrants ont dû quitter leur pays pour d’autres raisons. Tous sont particulièrement vulnérables. Et c’est à ce groupe d’enfants-là que l’UNICEF souhaite donner une voix.

DGOS_Logo3_FR (1)