Deux mois après le début de la violence qui a éclaté au Myanmar, les enfants réfugiés rohingyas sont toujours en danger

New York/Genève/Dhaka/Bruxelles – 23 octobre 2017 – Près de deux mois après les premiers flux migratoires rohingyas en direction du Bangladesh, des milliers de femmes et d’enfants sont toujours totalement privés des services les plus élémentaires, selon l’UNICEF.

Cet avertissement intervient au moment où les représentants des pays donateurs et des organisations humanitaires sont réunis en conférence à Genève pour adopter une position commune face à cette crise humanitaire qui, jusqu’à présent, reste sous-financée.

« La crise des réfugiés rohingyas ne faiblit pas », nous apprend Edouard Beigbeder, représentant de l’UNICEF au Bangladesh. « Les besoins des réfugiés et des communautés qui les prennent en charge augmentent dans des délais bien plus rapides que ceux dont nous disposons pour réagir. Nous avons besoin de plus de moyens. Et nous en avons besoin maintenant.

Près d’1,2 million de personnes – parmi lesquelles de nouveaux arrivants, des réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar dès les premières escalades de violence, et des communautés locales vulnérables – sont complètement livrées à l’aide humanitaire au Cox’s Bazaar. Il y a 720.00 enfants parmi eux.

Selon les estimations, 450.000 enfants rohingyas de 4 à 18 ans n’ont pas accès à l’école. 17.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère et nécessitent un traitement d’urgence. Il y a un besoin énorme en eau potable, installations sanitaires et services d’hygiène. On compte environ 100 personnes par latrine dans les camps.

Etant donné la densité de population actuelle et les mauvaises conditions d’hygiène, toute épidémie de choléra ou de diarrhée, peut s’avérer fatale pour des milliers d’enfants dans ces camps provisoires », prévient Beigbeder.

L’UNICEF souhaite accélérer son calendrier de vaccination de routine afin de protéger plus rapidement et de manière plus efficace les réfugiés nouvellement arrivés.

On recueille également de plus en plus de témoignages à propos d’enfants souffrant de graves problèmes émotionnels et psychologiques. Les parents sont eux aussi soumis au stress et sont parfois incapables de s’occuper de leurs propres enfants. De nombreux adolescents assument plusieurs rôles et apportent leur aide dans les soins, la collecte du bois à brûler, la prise en charge des aînés de la famille ou des frères et sœurs.

L’UNICEF et ses partenaires travaillent de concert pour apporter une aide et un soutien vitaux aux enfants vulnérables.

 

Depuis le 25 août :

– L’UNICEF et ses partenaires ont examiné 50.000 enfants afin de dépister ou de prévenir toute forme de malnutrition. Plus de 1.500 d’entre eux souffraient de malnutrition aiguë sévère et presque tous ont bénéficié d’un traitement adapté.
– 69.000 enfants de 6 à 59 mois ont reçu des capsules de vitamine A après leurs vaccins contre la rougeole, la rubéole et la polio.
– 7.500 jeunes mamans et femmes enceintes ont suivi une formation afin d’être en mesure de dépister les premiers signes de malnutrition chez leurs jeunes enfants.
– Plus de 700.000 personnes (dont 180.000 enfants de 1 à 5 ans) ont été vaccinés contre le choléra lors d’une campagne de vaccination organisée le 10 octobre dernier. Un second tour de vaccination commencera début novembre pour vacciner encore 180.000 enfants contre le choléra et 220.000 contre la polio, deux maladies particulièrement dangereuses dans les camps de réfugiés vu leur vitesse de propagation.
– 35.000 enfants ont bénéficié d’un encadrement psychosocial dans 106 espaces « amis des enfants ».
– L’UNICEF et ses partenaires ont permis à 128.000 personnes d’avoir de l’eau potable et à 190.000 d’avoir accès à des latrines. 37.000 familles ont reçu des jerrycans et des kits d’hygiène.
– Plus de 22.000 enfants ont bénéficié d’éducation dont 8.500 dès leur arrivée.

Les besoins sont énormes et augmentent de jour en jour alors que leur financement reste limité. L’UNICEF a reçu à peine 11 % des 76 millions nécessaires pour fournir une aide vitale décente aux femmes et aux enfants victimes de cette crise.

UNICEF Belgique a lancé un appel pour soutenir les enfants rohingyas qui ont fui le Myanmar. Les dons peuvent être effectués sur le compte BE31 0000 0000 5555 avec la mention « Rohingya » ou en ligne sur www.unicef.be/don

 


Matériel vidéo


Pour plus d’information :

Philippe Henon
Attaché de presse,
UNICEF Belgique
Tél: (+32) 2 477/55.50.23
phenon@unicef.be
@Philippehenon