Mots-clés

De l’eau saine pour des milliers d’écoliers de Kinshasa

La plupart des écoles en République démocratique du Congo ne disposent pas de points d’eau potable ni de latrines hygiéniques. Avec le programme WaSH de l’UNICEF, la situation change.

Améliorer la santé des élèves

En République démocratique du Congo, seulement une école sur quatre dispose d’infrastructures sanitaires adéquates. Souvent, il n’y a pas de points d’eau, ni de latrines hygiéniques. Avec le soutien financier de la région de Bruxelles-Capitale, le Programme Ecole Assainie a été mis en place pour remédier à ce problème.

Le programme WaSH prévoit une approche intégrée basée sur l’accès à l’eau potable (Water), l’assainissement et l’accès à des installations sanitaires (Sanitation), mais aussi sur la promotion de l’hygiène (Hygiene). Dans les écoles, il prévoit l’installation:

  • de points d’eau pour donner accès à l’eau potable
  • d’un système de lavage des mains

Installation de latrines séparées pour les filles et les garçons

Le programme tient compte également de l’importance de toilettes séparées pour les filles

Sans ces installations, de nombreuses adolescentes abandonnent l’école à la puberté. Une attention particulière est donc apportée à l’hygiène féminine, en particulier à l’hygiène menstruelle.

L’école primaire Marie-Madeleine située dans la commune de la Nsele à 40 kilometres du centre-ville de Kinshasa a été certifiée ‘Ecole Assainie’. Grâce au programme, l’école a enregistré des progrès remarquables et a vu son taux d’inscription fortement augmenter. L’école compte actuellement plus de 400 élèves alors qu’elle n’en avait que 200 auparavant.

Eveil à l’importance de l’hygiène

Pour ce qui est de la pratique du lavage des mains, les autorités de l’école ont créé une équipe composée de 10 élèves (enfants reporters) chargés de veiller à ce que les lave-mains ne manquent jamais d’eau et à ce que les autres élèves se lavent les mains en respectant les cinq moments critiques: avant de manger, avant de préparer à manger, avant d’allaiter, après avoir changé les couches du bébé et après avoir utilisé les latrines.

Satisfaction des élèves d’étudier dans une école assainie

Les élèves pour leur part se réjouissent de la réalisation de ce projet qui contribue à leur bien-être. Le programme a largement contribué à la réduction de la propagation des maladies dans leur environnement immédiat grâce aux installations sanitaires construites:

« Nous sommes satisfaits du Programme Ecole Assainie parce qu’auparavant plusieurs élèves tombaient malades mais depuis que notre école est devenue assainie, il n’y a plus d’absences liés  des maladies et cela nous a permis d’améliorer notre rendement scolaire », a indiqué Emmanuela Mbuyi, élève de sixième année primaire. »

Soutien de la Région bruxelloise au programme WaSH de l’UNICEF

La Région bruxelloise soutient depuis 2010 le programme WaSH de l’UNICEF, dans la banlieue de Lubumbashi (Katanga) ainsi que dans la Ville-Province de Kinshasa. WasH a notamment pour objectif de réduire la mortalité et la malnutrition infantiles. En sept ans, plus de 55.000 élèves et plus de 1.150 enseignants de 94 écoles primaires ont pu bénéficier du programme grâce aux subsides de la Région. Les écoles sélectionnées sont situées dans des quartiers périurbains, vulnérables aux épidémies de choléra.

Via ce soutien au programme WaSH de l’UNICEF, la Secrétaire d’État bruxelloise à la Coopération au développement Bianca Debaets fait en sorte que la Région bruxelloise participe à la réalisation des objectifs de développement durable – notamment d’atteindre l’accès universel et équitable à l’eau pour tous d’ici à 2030.

Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde