Education dans les urgences – UNICEF Belgique lance une campagne qui interpelle

BRUXELLES 5 MARS 2018, Dès aujourd’hui, les abribus et le mobilier urbain de pas moins de 80 villes du pays afficheront un visuel qui traite d’un thème essentiel au cœur de la crise syrienne. Avec son slogan “Il a tout perdu, sauf son avenir” la campagne d’affichage d’UNICEF Belgique demande en effet une attention et un soutien renforcés pour les enfants touchés par la violence du conflit syrien.

La semaine prochaine, le conflit entre dans sa huitième année avec comme point d’orgue actuel les événements hallucinants qui se déroulent dans la Ghouta orientale. Les enfants sont trop souvent les premières et les plus importantes victimes de conflits qui ne les concernent en aucune manière.

“Le risque de produire une génération perdue n’a jamais été aussi grand. Plus de 9 millions d’enfants en Syrie et dans les pays voisins (Liban, Jordanie, Iraq et Turquie) sont immédiatement touchés dans leur chair et dans leur cœur par une exposition prolongée à la violence et au stress, par le déracinement, par la perte de proches et d’amis et par une grave détérioration de leurs conditions de vie. Le conflit est en train de marquer définitivement ces enfants. Ils font régulièrement des cauchemars, commettent des imprudences ou développent des comportements agressifs selon le témoignage de leurs parents. Ils restent silencieux et repliés sur eux-mêmes. Leurs dessins expriment souvent la violence ou la colère. On y voit du sang, des explosions et des scènes de chaos. L’éducation peut jouer un rôle essentiel dans la reconstruction psychologique de tous ces enfants”, explique Philippe Henon, porte-parole d’UNICEF Belgique.

Tant en Syrie que dans les camps de réfugiés et dans les communautés hôtes des pays environnants, l’UNICEF collabore avec des partenaires et des familles afin de procurer à nouveau un sentiment de sécurité aux enfants et de leur permettre de s’exprimer de manière constructive par rapport au conflit.

A cet effet, des espaces amis des enfants voient le jour un peu partout afin de leur permettre de jouer et de prendre part à des activités récréatives dans un environnement sain et sécurisé. Le personnel éducatif et les enseignants présents sont aussi formés pour pouvoir dépister les enfants nécessitant un encadrement spécifique ou des soins adaptés. Ce soutien est essentiel. Tout comme le retour à l’école quand cela est possible. Près de 37% des enfants réfugiés syriens n’ont pas accès à l’école pour le moment (43% en dehors de Syrie et 32% à l’intérieur du pays).

L’éducation dans les situations de crise est pourtant cruciale. Elle donne un cadre stable dans une situation de chaos et constitue un canal idéal pour véhiculer des informations vitales à propos de la nutrition, de l’hygiène, de la santé et de la protection contre la violence.
En outre, la matière apprise et l’école en tant que telle créent un environnement sûr où les enfants peuvent à nouveau se projeter dans le futur et avoir des rêves d’avenir. L’école sera aussi le lieu où il est possible d’identifier les enfants traumatisés pour leur fournir l’accompagnement dont ils ont besoin.

“L’éducation est un droit fondamental pour chaque enfant. Aucun enfant ne devrait attendre le retour de la paix ou la reconstruction de son pays pour reprendre sa scolarité”, déclare Henon.

L’UNICEF fait office de pionnier dans le domaine de l’éducation dans les situations d’urgence. Depuis 2005, notre organisation assure la coordination du secteur de l’éducation au sein de l’aide humanitaire au niveau mondial. Les fameuses “écoles en boîte” distribuées par l’UNICEF pour soutenir les écoles d’urgence et qui permettent aux enfants de reprendre les cours 72 heures seulement après le début d’une urgence constituent l’une des pierres angulaires de la stratégie développée par notre organisation dans le secteur de l’éducation et de l’aide humanitaire. 

Avec la campagne “Il a tout perdu, sauf son avenir” UNICEF Belgique demande dans les semaines à venir une attention et un soutien accrus pour les enfants syriens fuyant la violence.  

Plus concrètement, avec le soutien de la population belge, nous voulons envoyer 30.000 enfants réfugiés syriens à l’école et leur donner ainsi une vraie chance d’avenir.  

UNICEF Belgique lance un appel en faveur des enfants syriens. Les dons peuvent être effectués sur www.unicef.be/don ou via le numéro de compte BE 31 0000 0000 5555 avec la mention “Un avenir”. 

Plus d’information sur le site de notre campagne : www.unavenir.be

#DonnezUnAvenir #PourChaqueEnfant


Les vidéos et les photos sont disponibles au téléchargement ici.


Pour plus d’informations :

Philippe Henon
Attaché de presse
UNICEF Belgique
Tél : (+32)2 477/55.50.23
phenon@unicef.be
@philippehenon