Élections du 25 mai 2014, un scrutin crucial pour les enfants

Depuis de nombreuses années, UNICEF Belgique défend les droits des enfants en Belgique et dans le monde auprès des décideurs politiques belges. Lors des élections de 2003, 2007, 2009, 2010 et 2012, ces derniers ont été invités à placer les enfants à l’agenda politique.Cette année, nous avons voulu aller plus loin en donnant véritablement une voix aux enfants d’ici et d’ailleurs.

Dans le monde et en Belgique, les taux de pauvreté touchant les enfants sont alarmants, ce qui nous permet de dire que les responsables politiques ne leur accordent pas suffisamment d’attention. Compte tenu de l’impact de la crise économique mondiale sur les enfants, nous devons faire de leurs droits un enjeu politique prioritaire. C’est d’autant plus important que nous célébrerons en novembre de cette année le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant.

children
© Fotolia 10770340

Ce que nous avons demandé aux partis politiques en 2014

À ce jour, 57 millions d’enfants ne vont pas à l’école, près de 18 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour et des millions d’enfants, parmi les plus pauvres et les plus vulnérables, sont oubliés. C’est la raison pour laquelle nous demandons aux partis d’accorder une attention suffisante à la solidarité internationale et aux enfants dans la coopération au développement.

Nous appelons aussi les futurs élus à préserver les enfants de la crise, en renforçant les budgets en faveur des enfants et les services de base auxquels ils ont droit.

Enfin, nous leur demandons de dire ce qu’ils feront pour lutter contre la pauvreté des enfants en Belgique et pour donner à tous les enfants de notre pays une éducation de qualité.

Concrètement, nous avons envoyé en janvier 2014 notre « Manifeste pour les enfants » à tous les partis politiques actuellement représentés dans les différents parlements. Nous leur avons demandé de le soutenir et de répondre officiellement à 6 questions (voir plus bas).

Les futurs élus ont promis de défendre les droits des enfants

Tous les partis questionnés sauf un ont répondu qu’ils accorderaient une attention particulière aux enfants.

Il s’agit, pour les partis francophones, du président du CDH, Benoît Lutgen ; des présidents d’Ecolo, Olivier Deleuze et Emily Hoyos ; du président du FDF, Olivier Maingain ; du président du MR, Charles Michel et du président du PS, Paul Magnette.

Pour les partis néerlandophones, ont répondu Wouter Beke pour le CD&V, Wouter Van Besien pour Groen !, Bart de Wever pour la N-VA, Gwendolyn Rutten pour le Open VLD et Bruno Tobback pour SP.a. À notre regret, et malgré plusieurs rappels, nous n’avons pas eu de réponse de la part de Jean-Marie Dedecker, de la Lijst Dedecker.

Voici les réponses détaillées des partis :

1. Considérez-vous les droits des enfants comme une priorité et pourquoi ? Comment ferez-vous pour défendre les droits des enfants, y compris au-delà des compétences réservées à la petite enfance (par exemple en termes de la normalisation favorisant la responsabilité sociétale des entreprises) durant la campagne électorale et après les élections ?

Question 1, réponses des partis francophones
Question 1, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

2. Comment voyez-vous la mise en œuvre du thème prioritaire « droits de l’enfant » dans la Coopération belge au développement ? Comment pensez-vous donner une place aux enfants dans le nouvel agenda de développement post 2015 ?

Question 2, réponses des partis francophones
Question 2, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

3. Comment ferez-vous pour rendre visibles, maintenir et renforcer les investissements en faveur des enfants dans les budgets?

Question 3, réponses des partis francophones
Question 3, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

4. La solidarité internationale fait-elle partie de vos priorités ? Comment pensez-vous mettre en œuvre l’engagement pris par la Belgique de consacrer 0,7% du revenu national brut pour la coopération au développement ?

Question 4, réponses des partis francophones
Question 4, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

5. La lutte contre la pauvreté infantile fait-elle partie de vos priorités ? Comment lutterez-vous contre la pauvreté infantile et l’exclusion sociale?

Question 5, réponses des partis francophones
Question 5, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

6. Comment pensez-vous apporter une solution aux inégalités scolaires en Belgique ? Quelles actions concrètes comptez-vous mener afin de donner une éducation de qualité à chaque enfant dès le plus jeune âge ?

Question 6, réponses des partis francophones
Question 6, réponses des partis néerlandophones (en néerlandais)

Les enfants sont-ils une priorité des belges ?

En avril 2014, UNICEF Belgique réalisera un sondage en partenariat avec Insites auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 belges. Cette enquête révélera entre autres quel pourcentage de belges considère que les enfants doivent être au cœur des priorités politiques. Il révélera également quels enjeux liés aux enfants sont les plus importants pour eux. Nous publierons les résultats de ce sondage sur notre site au début du mois de mai.

En mai 2014, nous vous donnerons l’occasion de vous mobiliser à nos côtés pour défendre la cause des enfants. Nous vous proposerons plusieurs actions à mener pour demander aux futurs élus de s’engager de manière durable pour les enfants d’ici et d’ailleurs, au-delà des élections.

UNICEF Belgique rencontrera les partis politiques après les élections

En novembre 2014, pour le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, nous rencontrerons les partis politiques afin de voir comment ils traduisent leurs promesses en actes.

Restez au courant et participez au mouvement

► Restez au courant de nos activités via notre newsletter envoyée tous les deux mois, via Facebook et Twitter.