Enfants des pays industrialisés : les mêmes chances pour tous ?

UNICEF publie de nouveaux chiffres sur les inégalités croissantes chez les enfants dans 41 pays industrialisés. La Belgique aussi fait figure de mauvais élève.

Innocenti Report Card 13
Innocenti Report Card 13

Le Bilan « Equité pour les enfants : Tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches» fait le point sur les inégalités qui touchent aux quatre dimensions fondamentales du bien-être des enfants : le revenu, l’éducation, la santé et la satisfaction dans la vie. Non seulement les inégalités sont croissantes mais les cadres politiques des pays riches ne parviennent pas à réduire les inégalités qui touchent les 10% des enfants qui vivent dans l’extrémité inférieure de la distribution.

Le Danemark, où les inégalités entre les enfants sont les plus faibles, fait figure de bon élève dans ce classement. Israël et la Turquie en revanche, se placent dernière et avant-dernière du tableau global.

Plusieurs des pays les plus riches du monde se situent dans la partie inférieure du classement. C’est le cas du Canada (26e sur 41), de la France (28e), de l’Italie (32e)… mais aussi de la Belgique qui occupe une 29e place très peu enviable. L’augmentation des inégalités en Belgique touche les quatre domaines du bien-être des enfants mais ce sont surtout les mauvais résultats concernant l’éducation et le niveau de satisfaction dans la vie qui sont les plus préoccupants.

Inégalités de revenu

Les résultats du rapport montrent que l’inégalité des revenus a augmenté dans la majorité des pays riches depuis la crise économique. Dans la moitié de ces pays, plus de 10% des enfants grandissent dans des familles qui disposent de moins de 50% du revenu médian du pays. Ce sont justement ces enfants vulnérables qui sont trop souvent négligés par les politiques. En Belgique, qui occupe la 22e place au classement, l’écart de revenu se creuse entre les enfants les plus pauvres et les enfants qui grandissent dans une famille avec un revenu moyen. Près d’ 1 enfant sur 5 grandit dans une famille en dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire qui une famille qui dispose de moins de 60% du revenu moyen (chiffres UE-SILC 2014).

Inégalités scolairesInégalités scolaires

Très peu de pays sont parvenus à faire reculer les inégalités scolaires. Même la Finlande et la Suède n’ont pu éviter une augmentation des inégalités dans ce domaine. Dans la plupart des pays de l’OCDE, les enfants les plus vulnérables accumulent en moyenne un retard de 3 années scolaires par rapport aux élèves « moyens ».

La Belgique se positionne à la très mauvaise 36ème place, soit l’avant dernière du classement concernant les inégalités scolaires. Plus d’1 jeune sur 10 n’a pas  le niveau de compétence 2 en  mathématiques, en lecture et en sciences.

L’ascenseur social” que l’école doit représenter semble en panne, avec l’effet de cascade que l’on connaît, caractérisé par de nombreux redoublements et une relégation trop rapide vers l’enseignement spécialisé. L’écart entre les élèves qui obtiennent des résultats ‘moyens’ et les élèves qui obtiennent de ‘mauvais’ résultats  est extrêmement grand.  Ceci est non seulement préjudiciable pour les enfants concernés, mais c’est un énorme gaspillage de talents qui affaiblit également le ressort social et économique de notre société et nuit à sa cohésion sociale. Le recul des inégalités à l’école est l’un des plus gros défis que la Belgique doit assumer aujourd’hui et dans les années à venir.

Inégalités de santéInégalités de santé

L’inégalité de santé chez les enfants est basée sur une étude portant sur les élèves de 11, 13 et 15 ans qui ont été interrogés sur les problèmes de santé qu’ils ont eu ces derniers mois.  Cette enquête montre que l’inégalité a augmenté entre 2002 et 2014 dans la majorité des pays. Néanmoins, il y a une réduction significative des inégalités dans la pratique d’une activité physique et dans l’adoption de mauvaises habitudes alimentaires. Les adolescentes sont toujours plus susceptibles d’avoir un désavantage de santé dans tous les pays étudiés. La Belgique se situe à la 15e place du classement. Près d’un quart de tous les 11, 13 et 15 ans évoquent un ou plusieurs problèmes de santé par jour.

Inégalités de satisfactionInégalités de satisfaction

Lorsque l’on demande aux enfants d’évaluer leur niveau de satisfaction dans la vie sur une échelle de  1 à 10, ils donnent en moyenne la note de 8. Les enfants les plus vulnérables attribuent toutefois des notes moins joyeuses que leurs camarades, c’est le cas notamment des enfants issus de familles migrantes et des filles. Notre pays se situe à la 30e place de ce classement. Près de 10% des enfants belges de 11, 13 et 15 ans donnent la note de 4 sur 10, voire moins, lorsqu’on les interroge sur leur degré de satisfaction dans la vie.  Entre 2002 et 2014, le fossé séparant les enfants satisfaits et non satisfaits s’est encore plus creusé en Belgique que dans tous les autres pays de l’OCDE.

Lisez aussi: Augmentation alarmante des inégalités en Europe: les recommendations de l’UNICEF

À propos du Bilan Innocenti 13
La série des Bilan Innocenti, qui contient des données et des informations fiables,  est l’un des instruments les plus importants de l’UNICEF pour améliorer les politiques de l’enfance dans les pays industrialisés. Ce Bilan montre la situation actuelle du bien-être des enfants dans ces pays et donne une image claire des inégalités auxquelles font face les enfants vulnérables dans notre société. Avec des chiffres et des exemples concrets, ce Bilan pointe les lacunes.  La comparaison avec d’autres pays montre que les inégalités dans le bien-être des enfants ne sont pas que la conséquence de circonstances particulières de chaque pays ou du niveau de développement économique, mais qu’elles sont surtout liées à des choix politiques.

Téléchargez le rapport complet