Enfants réfugiés et migrants: un agenda pour passer à l’action

Des millions d’enfants franchissent les frontières internationales – fuyant la violence, les conflits, les désastres ou la pauvreté, à la recherche d’une vie meilleure.

Le nombre d’enfants réfugiés et migrants voyageant seul a atteint un nombres record. Au moins 300.000 enfants non-accompagnés ou séparés ont été enregistrés dans près de 80 pays en 2015-2016, comparé à 66.000 en 2010-2011.

Des centaines de milliers d’enfants se déplacent seuls. S’ils n’ont pas l’opportunité de voyager de manière légale, les enfants empruntent des itinéraires toujours plus dangereux et paient des trafiquants pour traverser les frontières.

Des failles dans les lois, les politiques et les services qui sont censés protéger les enfants, laissent les enfants réfugiés et migrants sans protection ni soins.

Dépourvus de toutes ressources, sans protection et souvent seuls, les enfants migrants sont des proies faciles pour les trafiquants et d’autres individus qui les maltraitent, les exploitent.

Le système actuel abandonne les enfants réfugiés et migrants. Les gouvernements ont la responsabilité de défendre les droits des enfants et de protéger tous les enfants qui se trouvent à l’intérieur de leurs frontières, sans exception.

Un enfant est un enfant. Il est temps d’agir maintenant.

Lisez le rapport A Child is a Child

Protégez les enfants déracinés de l’exploitation et la violence

Les enfants réfugiés et migrants sont particulièrement exposés à la violence et aux abus. Ce sont des proies faciles pour les passeurs et ils risquent même d’être réduits en esclavage par des trafiquants.  L’UNICEF lance un appel pour augmenter les filières de migration sûres et légales pour les enfants qui cherchent un refuge. Réprimer le trafic d’êtres humains, renforcer les systèmes de protection des enfants et élargir l’accès à l’information et à l’assistance peuvent contribuer à protéger les enfants. Les enfants et les familles ne devraient jamais être renvoyés vers une situation qui les expose à des persécutions ou qui menace leur vie dans leur pays d’origine.

 

Mettre fin à la détention des enfants réfugiés et migrants en mettant en place une série d’alternatives pratiques

La détention nuit à la santé et au bien-être des enfants – et peut miner leur développement.

L’UNICEF demande de mettre en place des alternatives à la détention pour tous les enfants. Les enfants non-accompagnés et séparés doivent être placés en famille d’accueil, vivre indépendamment mais supervisés ou dans d’autres conditions de logement familiales ou communautaires. Les enfants ne devraient jamais être détenus dans des infrastructures pour adultes.

Ne pas séparer les familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique.

Ne pas séparer les familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique.

Les enfants qui voyagent seuls ou qui ont été séparés de leur famille courent plus de risque d’être une proie des trafiquants et sont plus exposés à la violence at à l’abus.  

L’UNICEF demande des politiques plus fermes pour empêcher que les enfants soient séparés de leurs parents ou d’autres membres de leur famille durant le transit ; des procédures plus rapides pour réunir les enfants avec leurs familles, aussi dans les pays de destination. Tous les enfants ont besoin d’une identité légale et devraient être enregistrés à la naissance.

Permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et d’avoir accès aux services de santé et à d’autres services de qualité.

Beaucoup d’enfants réfugiés et migrants sont privés d’éducation – et beaucoup d’entre eux n’ont plus accès aux services de santé et à d’autres services essentiels.

L’UNICEF demande un effort collectif accru des gouvernements, des communautés et du secteur privé pour donner accès aux enfants déracinés aux services de santé, à la nutrition, à l’eau, à l’assainissement de base, à l’éducation et enfin à un abri décent.

 

Insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des déplacements à grande échelle de réfugiés et de migrants.

Des conflits prolongés, la violence persistante, la pauvreté et l’inégalité extrême poussent des millions d’enfants sur la route de l’exil.
L’UNICEF demande de plus grands efforts pour protéger les enfants des conflits et pour s’attaquer aux causes plus profondes de la violence et de la pauvreté, notamment en améliorant l’accès à l’éducation, en renforçant les systèmes de santé et de protection des enfants, ainsi que  le filet de protection sociale, en élargissant les possibilités de revenus familiales et d’emploi pour les jeunes, et en facilitant le règlement pacifique des conflits et la tolérance.

Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation.

Les enfants déracinés sont souvent victimes de discrimination, de xénophobie et de stigmatisation – à la fois durant leur voyage et dans les pays de destination.

Tout le monde a son rôle à jouer dans l’accueil des enfants déracinés dans nos villes et dans nos communautés. L’UNICEF fait appel au dirigeants locaux, aux groupes religieux, aux ONG’s, aux médias et au secteur privé pour aider à faciliter une meilleure compréhension entre les enfants et les familles déracinés et les communauté hôtes. Les gouvernements devraient installer des mesures plus solides pour combattre la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.