Mots-clés

Haïti : Quatre millions d’enfants touchés par les effets de l’ouragan Matthew

L’ouragan Matthew a frappé Haïti de plein fouet. Le Sud du pays est presque entièrement coupé du monde et 4 millions d’enfants sont potentiellement en danger. L’UNICEF fournit une aide d’urgence sur place.

© UNICEF/UN034437/Khodabande
© UNICEF/UN034437/Khodabande

« Il s’agit de la pire tempête qu’Haïti ait connue depuis des décennies et les dégâts sont énormes », a déclaré Marc Vincent, représentant de l’UNICEF en Haïti. « Les maladies transmises par l’eau constituent la première menace qui pèse sur les enfants dans ce genre de situation. Notre priorité absolue est de nous assurer que les enfants disposent de suffisamment d’eau potable. »

Des vents forts et des pluies torrentielles ont dévasté l’île et ont provoqué des inondations et des glissements de terrain. De très hautes vagues ont balayé les villages de pêcheurs, les violentes précipitations ont provoqué des coulées de boue et fait déborder des cours d’eau. Le pont principal qui relie la capitale de Port-au-Prince et le Sud du pays a été particulièrement touché par l’ouragan et s’est effondré. Cette région est donc presque entièrement coupée du monde.

Bien que l’ampleur des dommages soit difficile à mesurer, il est certain que d’innombrables maisons, écoles et infrastructures ont été partiellement ou entièrement détruites. L’UNICEF estime que plus de quatre millions d’enfants pourraient être touchés par les effets de l’ouragan Matthew.

Haïti se remet encore du tremblement de terre de 2010 et a laissé  55 000 personnes dans des abris de fortune. La côte méridionale, où l’ouragan a frappé le plus fort, est l’une des zones les plus pauvres et les plus densément peuplées du pays.

© UNICEF/UN034468/Abassi, UN-MINUSTAH  Port-au-Prince, le 4 octobre 2016
© UNICEF/UN034468/Abassi, UN-MINUSTAH Port-au-Prince, le 4 octobre 2016

Dans un pays où moins d’une personne sur cinq a accès à un assainissement de qualité en zone rurale et où 40% des personnes s’approvisionnent à des sources d’eau non sûres, l’ouragan ne fait qu’aggraver une situation déjà précaire.

Le choléra est endémique. Avec plus de 27 000 suspicions de cas déjà rapportées cette année, dont un tiers concernerait des enfants, conjugué à la destruction des points d’eau et d’assainissement ; les enfants et familles sont exposés à un risque de contamination supérieur.

L’aide de l’UNICEF

Quand une urgence se produit, une course contre la montre commence pour atteindre les enfants qui ont besoin d’aide. Nos équipes sont sur le terrain, prêtes à délivrer des secours de première nécessité.

L’approvisionnement en eau potable revêt une importance prioritaire. Comme les inondations et les glissements de terrain ont contaminé les eaux souterraines, des maladies diarrhéiques et des épidémies telles que le choléra constituent une menace. L’UNICEF distribue des jerricanes d’eau, des comprimés de chlore, des kits de produits d’hygiène et des moustiquaires pour protéger les enfants et leurs familles.

Grâce aux préparatifs constitués par l’UNICEF, du matériel était déjà prêt pour des milliers de familles quand l’ouragan a touché la côte. Mais pour une catastrophe naturelle d’une telle ampleur, ça ne peut être suffisant. En raison des infrastructures déficientes du pays, il s’agira bientôt de fournir des abris aux familles privées de toit, d’équiper les cliniques en médicaments et en matériel
d’aménager des salles de classe provisoires pour les enfants car de nombreuses écoles n’ont pas résisté à l’ouragan.

Vous pouvez aider, vous aussi!

Aidez-nous à protéger les enfants d’Haïti et à empêcher que leur situation ne s’aggrave.
Faites un don pour les enfants en Haïti