Témoignages

Témoignage 1 : « Sans ma maman, je n’aurais jamais osé. »

Lisez l’histoire émouvante de Nathalie :

« J’avais neuf ans quand j’ai été prise de fascination pour les fleurs. Je tiens ça de ma mère. »

Tous les week-ends, ma maman travaillait chez un fleuriste très connu de Lierre et elle m’autorisait souvent à l’accompagner chez le grossiste. Quelle fête ! Toutes ces couleurs, ces formes et ces senteurs délicieuses ! Je pouvais même participer au choix des fleurs…
Et ma mère, elle trouvait fantastique que je sois tellement intriguée par sa passion. Elle me faisait toujours l’éloge de mes choix et m’encourageait énormément. Un jour, alors que j’arrangeais ses fleurs dans le magasin, elle m’a dit : « Ma petite cuillère à café – c’est comme ça qu’elle m’appelait – tu es une véritable enfant prodige. Je suis certaine que tu auras un jour ton propre magasin de fleurs ! » Ces mots ont tracé mon avenir, même si à l’époque, je ne le savais pas encore.

Le lendemain, ma maman est rentrée du travail et elle ne m’a pas trouvée tout de suite. Inquiète, elle s’est rendue à l’écurie à l’arrière de notre jardin. J’étais là. J’avais installé un magasin de fleurs complet… Il avait même un nom : La Provence. J’en avais peint une aquarelle pour la mettre sur la porte d’entrée. Ma mère a trouvé ça formidable.

J’ai tenu ce petit magasin pendant des années. Dans cette écurie. Les autres allaient au mouvement de jeunesse, moi j’avais mon magasin et je vendais des fleurs aux enfants du quartier. Et ma maman regardait tout cela avec fierté.

J’ai maintenant 34 ans et voici quelques années, j’ai dû faire un choix professionnel. Garder mon emploi fixe ou me lancer… À ce moment-là, j’ai repensé aux gentilles paroles de ma mère. Je suis allée lui parler pour lui demander conseil. Elle m’a rappelé combien j’avais toujours été passionnée par les fleurs et combien j’étais heureuse dans mon petit magasin. Ce sentiment de joie m’est revenu et tous mes doutes ont disparu. Elle a raison, me suis-je dit, c’est ce que je veux faire ! J’étais sûre de mon choix et je me suis lancée.

J’ai mon propre magasin depuis déjà cinq ans maintenant. Il s’appelle Pain & Fleurs. Et tout cela grâce au soutien de ma mère. C’est incroyable comme quelqu’un peut, sans s’en rendre compte, avoir autant d’influence sur votre vie. Merci, maman. Tu mérites des milliers de bouquets de fleurs.

Vous aussi, vous comptez bien plus pour les autres que vous ne le pensez. Et vous pouvez continuer à être aussi indispensable après votre décès. Reprenez l’UNICEF dans votre testament et donnez un avenir à un enfant d’Afrique. Tout comme la maman de Nathalie qui, par de petites choses, a bouleversé la vie de sa fille.

Découvrez la nouvelle réglementation sur les droits successoraux

Témoignage 2 : « Hilde a redonné des couleurs à ma vie. »

Lisez l’histoire touchante de Carla :

Cette histoire remonte à 42 ans. J’avais 18 ans et j’étais sortie avec des amis. Tard dans la nuit, nous rentrions à la maison dans un vieux tacot, jusqu’à ce que soudain… La voiture a quitté la route et je suis passée à travers le toit. J’ai atterri le dos contre un arbre.
Je me suis réveillée à l’hôpital et je n’ai pas tout de suite réalisé à quel point mon état était grave. Je ne voulais pas le savoir. J’avais une vertèbre dorsale brisée. J’ai longtemps espéré que tout rentrerait dans l’ordre. Mais après quelques mois, la réalité m’a durement rattrapée : je ne pourrais plus jamais marcher.

J’ai passé un an à l’hôpital. En revalidation. Quand je suis sortie, ma vie était sens dessus dessous. Rien n’était plus pareil. J’étais dans une école secondaire sportive mais en fauteuil roulant, je ne pouvais plus y retourner. Il était également devenu difficile de sortir. J’avais l’impression d’être un boulet pour tout le monde. Mon avenir n’était plus qu’une tache sombre… Je n’avais plus envie de rien.

Heureusement, Hilde, une super amie, était là. Elle m’a sauvé la vie. Mais je ne m’en suis rendu compte que par après. Car au moment où elle est venue me voir, j’étais moins enthousiaste. Hilde m’a dit : « Je pars bientôt en vacances avec ma famille et tu viens avec nous. On va faire du camping en France… »

Je n’en croyais pas mes oreilles. Je pensais que je n’y arriverais jamais, aller camper en fauteuil roulant. Hilde m’a parlé jusqu’à ce que j’accepte de l’accompagner. Elle m’a encouragée, m’a rassurée et m’a dit que je pouvais le faire. Grâce à elle, j’ai finalement osé. Mais j’avais peur.
J’ai passé des vacances fantastiques. Hilde et sa famille m’ont formidablement bien entourée. Incroyable !

Ce fut un grand tournant dans ma vie. J’ai retrouvé le sentiment que je pouvais entreprendre des choses. Grâce à l’initiative de Hilde, j’avais à nouveau repris goût à la vie. J’ai osé remettre le nez dehors, sortir avec des copines, rencontrer de nouvelles personnes. Je ne saurais trop insister sur l’importance que ça a eu dans mon existence. Hilde fut pour moi la bonne fée qui m’est apparue quand j’étais au fond du trou. Un phare dans ma vie. Elle a peut-être eu l’impression que ce qu’elle faisait n’était pas grand-chose, mais pour moi, ça a changé toute ma vie. Et je lui en serai éternellement reconnaissante.

Découvrez la nouvelle réglementation sur les droits successoraux

Pour plus d’informations

N’hésitez pas à demander conseil à votre notaire ou à notre responsable chargé de la gestion des legs Michel LORGE, mlorge@unicef.be, Directeur général adjoint. Vous pouvez également nous téléphoner au 02/230 59 70.

Nous vous assurons que votre demande de renseignements sera gérée en toute confidentialité.

Association pour une Éthique dans les Récoltes de Fonds

UNICEF Belgique fait partie des membres fondateurs de l’Association pour une Éthique dans les Récoltes de Fonds (AERF).

Concrètement, cela signifie que tous les donateurs, collaborateurs et membres du personnel disposent d’un droit à l’information et peuvent connaître la destination des fonds récoltés au moins une fois par an.

Pour plus d’informations:

Consultez le site de l’AERF