Mots-clés

La lutte contre la malnutrition au Soudan du Sud

Tandis que la crise humanitaire continue à se développer au Soudan du Sud, Nyajime Guet se remet de malnutrition aiguë sévère.

Vous souvenez-vous de Nyajime ?  Cette petite fille de 4 ans du Soudan du Sud souffrait de malnutrition aiguë sévère et de graves complications, lors de son admission, en octobre 2015, dans un hôpital de Juba, soutenu par l’UNICEF. Elle pesait à peine 9 kilos, au lieu des 19,5 kg que l’on est en droit d’attendre pour une fillette de son âge et de sa taille. Nyajime était au bord de l’épuisement et de l’inanition.

“Nous n’avions plus de nourriture à la maison. Nous pouvions à peine la nourrir” explique son père à propos de cette période difficile. “Son état empirait chaque jour. Lorsque nous l’avons emmenée à l’hôpital, elle ne bougeait plus.”

© UNICEF/UNI201742/Rich
© UNICEF/UNI201742/Rich

Nyajime, atteinte de malnutrition aiguë sévère, juste après son admission à l’hôpital, en octobre 2015

Grâce à l’intervention de l’UNICEF l’état de Nyajime s’est heureusement vite amélioré. Elle a reçu des aliments à haute teneur énergétique et dosé avec grande  précision. Elle a également reçu des médicaments pour combattre sa tuberculose.

Une année plus tard

En moins de deux semaines, Nyajime fut quasiment rétablie. Aujourd’hui, 12 mois plus tard, on a du mal à voir encore en elle la petite fille décharnée et maladive qui s’est présentée à l’hôpital. Les membres de l’équipe médicale lui font encore subir des contrôles réguliers afin de vérifier son poids et de traiter sa tuberculose. Ses progrès sont impressionnants et la jeune fille a suffisamment recouvré la  santé pour pouvoir aller à l’école.

© UNICEF/UN047612/Rich
© UNICEF/UN047612/Rich

Huit mois après son admission,  Nyajime a toutes les apparences d’une jeune fille en pleine santé. Elle n’a plus présenté aucune complication depuis octobre 2015. 

© UNICEF/UN047622/Rich
© UNICEF/UN047622/Rich

Nyajime aide sa mère dans le camp de réfugiés à Juba.

La situation au Soudan du Sud : de mal en pis

Le conflit qui s’est ravivé en juillet 2016 au Soudan du Sud n’a fait qu’aggraver la crise humanitaire. Les femmes et les enfants sont particulièrement exposés à la malnutrition, aux déplacements et à des maladies mortelles. Les enfants constituent le groupe le plus vulnérable et sont les premiers à souffrir des crises alimentaires. On estime à 31% la population confrontée à l’insécurité alimentaire.

Dans l’ensemble, la situation alimentaire au Soudan du Sud s’est aggravée avec une augmentation de 350% des cas de malnutrition aiguë sévère depuis 2013. L’UNICEF et ses partenaires confirment que 203.335 enfants gravement sous-alimentés ont été pris en charge et traités par des programmes d’alimentation thérapeutique entre janvier et novembre 2016. Il s’agit du nombre le plus important de cas jamais observés et d’une augmentation de 50 % par rapport à la même période en 2015.