Le périlleux voyage vers l’Europe des enfants migrants et réfugiés

« Si vous essayez de vous enfuir, ils vous tirent dessus et vous êtes mort. Si vous arrêtez de travailler, ils vous battent. C’était exactement comme l’esclavage. Après le travail, ils vous enferment. Chaque soir, je pleurais et me rappelais chez moi ».

Amaimo et son frère jumeau, à peine âgés de 16 ans, ont pris tous les risques pour rejoindre l’Europe et espérer une vie meilleure. Fuyant la Gambie, ils ont voyagé seuls à travers le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso et le Niger avant d’atteindre la Lybie. Là-bas, ils ont été arrêtés, battus et enfermés. Libérés, ils ont ensuite été forcés de travailler pendant 2 mois dans une ferme afin de payer les passeurs. Finalement, ils ont entrepris la périlleuse traversée de la Méditerranée dans une de ces embarcations de fortune pour rejoindre l’Italie.

Amaimo et son frère jumeau Ibrahim, à peine âgés de 16 ans.
Amaimo et son frère jumeau Ibrahim, à peine âgés de 16 ans.© UNICEF/UN020005/Gilbertson VII Photo

9 enfants sur 10 arrivés par l’Italie ne sont pas accompagnés

Selon le rapport Des dangers à chaque pas de l’UNICEF, plus de 9 enfants sur 10 qui ont traversé la Méditerranée cette année par l’Italie sont, comme Aimamo et son frère, non accompagnés. Seuls, sans parent, ni adulte, ces enfants font face à chaque étape de leur voyage à d’énormes risques. Violence, détention, travail forcé, viol, ils constituent une cible privilégiée pour les abus et exploitations en tous genres.

Malgré ces dangers, le nombre d’enfants seuls prêts à tout risquer ne cesse d’augmenter. Au cours de ces 5 derniers mois, 7009 enfants non accompagnés sont arrivés en Europe par l’Italie. Soit le double de l’année passée à la même période. Ces enfants fuient la guerre, les persécutions ou encore la misère qui ravagent leur pays. Avec l’arrivée de l’été, ces chiffres ne vont certainement pas diminuer. Des dizaines de milliers d’enfants non accompagnés sont présents en Lybie en l’attente de traverser la Méditerranée.

Chaque enfant doit être protégé

Pour l’UNICEF, il est urgent de prendre des mesures pour protéger chacun de ces enfants, ceux qui sont en chemin mais aussi ceux qui sont arrivés. Déjà victimes de violences et de privations dans leur pays, ces enfants doivent bénéficier de l’intégralité des droits garantis par la Convention relative aux droits de l’enfant. Tous les pays – ceux qu’ils quittent, ceux qu’ils traversent et ceux où ils demandent le droit d’asile – ont le devoir de leur apporter protection pour qu’ils ne soient plus la proie de ceux qui profitent de leur exil pour exploiter leurs rêves.

© UNICEF/UN020011/Gilbertson VII Photo
© UNICEF/UN020011/Gilbertson VII Photo

La situation des enfants en quelques chiffres

  • Arrivées par mer en 2015 : 1 015 078, dont 265.388 enfants.
  • Arrivées par mer du 1er janvier au 9 juin 2016 : 206 985, dont 35% d’enfants. [1]
  • Demandes d’asile en 2015 en Europe : Total : 1 392 655. Enfants : 405 955, dont enfants non accompagnés : 95 970. [2]
  • Demandes d’asile en 2015 en Europe de janvier à avril 2016 : Total 348 580. Enfants : 95 080. [3]
  • Morts en mer en 2015 : 3 770 personnes. [4]
  • Morts en mer de janvier à mai 2016 : 2 443 personnes .[5]


[1] Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés/UNHCR
[2] Eurostat, données obtenues le 7 juin 2016
[3] Eurostat, données obtenues le 7 juin 2016
[4] Missing Migrant Project data of missing migrants, données obtenues le 27 May 2016
[5] OIM/IOM June 3, 2016

Europe Map with Response INFO 15_06_16

Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde