Mots-clés

Les résultats de l’UNICEF au cours des 8 premiers mois de 2019

2019 fut une année difficile pour les enfants. 1 enfant sur 4 vit actuellement dans un pays touché par un conflit ou une catastrophe naturelle. Dans certaines régions, l’aide humanitaire est rendue particulièrement complexe en raison du manque de fonds, de la difficulté d’accéder à certaines régions et de l’insécurité.

En dépit des défis qui se sont posés à nous l’année dernière, nous avons pu, avec nos partenaires et grâce à l’aide généreuse de nos donateurs, réaliser des interventions efficaces en termes de qualité et de prix et des progrès sensibles basés pour certains sur des méthodes très innovantes. Nous sommes intervenus dans 61 pays frappés par des urgences. Au cours des 8 premiers mois, nous avons pu aider 51 millions de personnes dont 29 millions d’enfants.

Voici les enfants que l’UNICEF a pu aider en 2019 grâce à votre soutien

Ahok Deng a 20 mois. Elle souffrait de malnutrition aiguë sévère et se fait soigner dans un centre de santé soutenu par l’UNICEF à Tharkueng, au Soudan du Sud. Après deux mois de traitement, elle a repris des forces mais son poids n’arrive pas encore à se stabiliser parce qu’elle se rétablit tout juste de la rougeole.

Elle fait partie des 2,1 millions d’enfants traités pour malnutrition aiguë sévère.

Le 23 octobre 2019, Narin, 7 ans, s’est fait vacciner contre la rougeole dans le camp de Bardarash en Iraq, où sont arrivés plus de 9.000 réfugiés syriens. Des équipes mobiles de vaccination ont sillonné tout le territoire iraquiens dans le cadre d’une énorme campagne de vaccination visant à immuniser tous les enfants de moins de 15 ans contre la rougeole et la polio.

Au cours des premiers mois de 2019, près de 29 millions d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole.

25 juillet 2019. Des familles rassemblent des seaux près d’un camion-citerne à Petare, un quartier de Caracas, au Venezuela. L’eau, les toilettes et l’hygiène sont essentiels dans les situations d’urgence pour garantir la santé et la survie des enfants. Dans les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables du Venezuela, l’accès à de l’eau potable reste un énorme défi. Cette situation s’est aggravée avec les coupures de courant des derniers mois.

Pour les autorités nationales et locales et pour l’UNICEF, l’accès à de l’eau potable pour les enfants et leurs familles constitue une préoccupation et une priorité essentielle. Nous travaillons à la remise en état des sources d’eau, des stations d’épuration, des réseaux de distribution et des canalisations, principalement dans des endroits stratégiques où se situent des hôpitaux, par exemple.

32,2 millions de personnes ont eu accès à de l’eau potable pour boire, cuisiner et assurer leur hygiène personnelle

Ence, 7 ans, réalise un joli dessin un an après le séisme qui a frappé Palu, en Indonésie. Elle a été séparée de son frère et de son papa lors de la catastrophe mais heureusement, elle a pu retrouver sa maman deux jours après la catastrophe. Ence a reçu un soutien psychologique dans un espace « ami des enfants » de l’UNICEF. Ses dessins illustrent comment elle a pu récupérer et retrouver la joe de vivre propre aux enfants : l’arc-en-ciel qu’elle vient de dessiner en témoigne.

2,6 millions d’enfants et d’éducateurs ont reçu une assistance au niveau de la santé mentale ainsi qu’une aide psychologique

5 novembre 2019 – Ces enfants déplacés sont assis dans une classe de l’école primaire de Qansahley à Dollow, en Somalie.

Après plus de 2 décennies de conflit, une génération entière d’enfants somaliens n’a pas eu la possibilité de suivre un enseignement formel ou de profiter d’une enfance heureuse et tranquille. Mais les enfants issus des communautés nomades sont constamment sur les routes ce qui fait qu’ils manquent souvent l’école. Pour cette raison, la Somalie est l’un des pays avec le taux d’inscription scolaire le plus bas du monde dans le cycle primaire : 70% des enfants ne sont pas scolarisés ! L’éducation dans les situations d’urgence constitue une intervention humanitaire essentielle : elle apporte un soutien immédiat aux enfants mais elle construit aussi leur avenir et leur fait oublier dans une mesure importante la situation critique à laquelle ils sont confrontés.

3,9 millions d’enfants ont eu accès à une éducation formelle ou non-formelle, en ce compris une éducation pré-primaire

Yahya El Asker a 13 ans. Il vit avec sa maman Semira El Hazzuri et son papa Juma El Asker, en Turquie. Il fréquente une école locale pour enfants syriens et est en classe de 4e. Son père est victime d’un handicap et ne peut plus travailler. Sa maman fait des ménages. Yahya a deux sœurs, Hanan et Kevser et un frère, Ahmed. Ils ont tous plus de 18 ans.

Etant donné les faibles revenus dont disposent la famille, Ahmed travaille comme tailleur et vit chez Hanan, sa sœur qui est mariée. Il gagne 200 lires turques par semaine et donne tout son argent à ses parents. Grâce à un programme d’aide financière de l’UNICEF et de l’UE qui donne de l’argent cash aux familles à condition qu’elles envoient leurs enfants à l’école, la famille d’Yahya reçoit 35 lires turques par mois. Ce soutien permet à Yahya d’aller à l’école. Le programme vise à envoyer le plus d’enfants réfugiés possible sur les bancs de l’école en Turquie. La Turquie accueille environ 3 millions de réfugiés syriens. 1,3 million sont des enfants et un demi-million d’entre eux vont à l’école.

850.000 personnes ont bénéficié d’un programme d’aide financière en espèces.

Découvrez le rapport 2020 d’Action Humanitaire pour les Enfants

Faites un don. Offrez un HappyPack.