Mots-clés

L’histoire de Juan Carlos, 27 ans, victime d’une mine antipersonnel

Juan Carlos est né lors de la guerre civile du Salvador. Même si lui et sa famille n’étaient pas touchés par la violence qui a déchiré le pays, il a été victime d’une mine terrestre à l’âge de 5 ans. Il a perdu ses quatre membres. L’UNICEF lui a offert du soutien et donné accès aux services de réhabilitation pour qu’il puisse grandir, obtenir un diplôme en droit, se marier et poursuivre sa passion pour la peinture.

A chaque fois que vous aidez un enfant à s’épanouir, il y a de l’espoir

Ce jour en mars 1994 a commencé comme d’habitude pour Juan Carlos Morán Menjivar. Il avait alors 5 ans et vivait à Chalatenango , dans la partie rurale d’El Salvador. Il s’est réveillé tôt, a fait son lit, s’est habillé et – pendant que sa mère préparait le petit déjeuner – est sorti pour jouer avec ses frères et sœurs. Mais ce jour-là, la vie de Juan Carlos a basculé quand il a marché sur une mine antipersonnel – cachée dans l’herbe et entre les cailloux derrière sa maison. La déflagration l’a projeté en l’air.

“Je me souviens d’une forte explosion. Après, tout est devenu noir.”

© UNICEF/UN036707/Torgovnik / Verbatim Photo Agency
© UNICEF/UN036707/Torgovnik / Verbatim Photo Agency

La guerre civile du Salvador a commencé en 1979 et a duré 12 ans. Durant cette guerre, des violences extrêmes ont été commises par le gouvernement militaire et par des groupes de guérilla opposés. Lors du conflit, il y a avait des escadrons de la mort, des enfants soldats ont été recrutés et les droits de l’homme ont été violés à maintes reprises. Les négociations de paix par les Nations Unies ont débauché sur les accords de Chapultepec en 1992. Malgré la fin du conflit, les mines non explosées représentaient toujours un risque pour des millions de personnes. 

« Quand j’ai ouvert mes yeux, je voyais que ma mère était en train de pleurer. Je lui ai dit de ne pas pleurer, que tout allait s’arranger. Mon corps était toujours engourdi. Je ne sentais ni mes mains, ni mes pieds. Je voulais bouger, mais je ne pouvais pas. »

© UNICEF/UN036696/Torgovnik / Verbatim Photo Agency
© UNICEF/UN036696/Torgovnik / Verbatim Photo Agency

Juan Carlos a été transporté à l’Hôpital des Enfants à San Salvador, où le médecin a opéré ses membres et amputé ses bras et ses jambes. Même s’il n’avait que cinq ans, il comprenait la gravité de la situation. « A ce moment-là, je voulais mourir. »

A l’hôpital, Karla de Varela, une représentante de l’UNICEF,  a été la première personne, à part l’équipe médicale, à rencontrer Juan Carlos. Elle était responsable de la coordination du programme de déminage et de la prévention des accidents dans le pays. L’UNICEF a couvert les frais médicaux et les frais de réhabilitation à El Salvador et au Mexique, où il a reçu des aides prothétiques qui lui ont permis de marcher à nouveau.

© UNICEF/UN036738/Torgovnik / Verbatim Photo Agency
© UNICEF/UN036738/Torgovnik / Verbatim Photo Agency

Mais d’autres défis attendaient Juan Carlos quand il est retourné à Chalatenango. Les voisins ne savaient pas comment réagir face à ce jeune enfant qui marchait difficilement avec ses  jambes artificielles. Soit les enfants le dévisageaient, soit ils lui posaient des centaines de questions. Il avait honte.

« Je regardais mes frères jouer, mais je ne pouvais pas participer. Je les voyais écrire, mais je ne pouvais pas le faire. » Quand ses parents ont voulu l’inscrire dans une école primaire, Juan Carlos ne voulait pas. Il se souvient que son père lui disait : « Mon fils, il faut que tu étudies car quand tu seras plus grand, tu devras faire face à  des situations difficiles. Rappelles-toi toujours que ton invalidité ne te rend pas inférieur. Tu as un cerveau. Tu as un rêve. »

© UNICEF/UN036721/Torgovnik / Verbatim Photo Agency
© UNICEF/UN036721/Torgovnik / Verbatim Photo Agency

Juan Carlos a terminé l’école primaire et secondaire, et en 2012, il a obtenu ce qu’il voulait le plus: un diplôme en droit de l’Universidad Monseñor Romero.

Juan Carlos  est reconnaissant à l’UNICEF pour son intervention immédiate en 1994 et le soutien continu qu’il a obtenu pour s’adapter à sa nouvelle vie.

« L’UNICEF m’a redonné espoir. J’étais capable de continuer ma vie, non pas comme une personne invalide, mais comme une personne normale. Grâce à eux, j’ai pu reconstruire ma vie, oublier mon handicap et poursuivre mes rêves. »

© UNICEF/UN036738/Torgovnik / Verbatim Photo Agency
© UNICEF/UN036738/Torgovnik / Verbatim Photo Agency

Pour les autres personnes qui affrontent des défis difficiles, que ce soit un handicap physique ou des difficultés apparemment insurmontables, Juan Carlos a un message : « Il y a toujours des obstacles dans la vie –des petits ou des grands – et les gens continueront de tomber. Mais les courageux se relèveront. Ayez confiance et persévérez. Et croyez en vos rêves.
Faites un don pour les enfants en détresse