Mots-clés

L’impact de la crise sur les enfants dans les pays riches

Aujourd’hui, Innocenti – le centre de recherche de l’UNICEF basé à Florence – publie un rapport analysant l’impact de la crise économique sur le bien-être des enfants dans les 41 pays développés.

Téléchargez le rapport

Cinq ans après le début de la crise économique et financière mondiale, une génération entière d’enfants et de jeunes à travers l’Union européenne et les pays de l’OCDE  grandit dans des conditions de privations inconnues de leurs parents et grands-parents. Les enfants souffrent de la crise et vont en subir les conséquences pendant longtemps dans le pays les plus touchés.

A l’aube du 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, cette étude met en avant les reculs dans ces droits, engendrés par la crise.

La crise et les enfants

Depuis 2008, 2,8 millions d’enfants sont tombés dans la pauvreté dans les pays développés. Le nombre d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté est donc passé à 76,5 millions dans ces pays. Dans la moitié des pays, plus d’un enfant sur cinq vit désormais dans la pauvreté.

L’augmentation de la pauvreté infantile varie grandement en fonction des pays. Alors que la pauvreté infantile a diminué dans 18 pays, elle a augmenté dans 23 pays avec une augmentation de plus de 50% en Islande, en Grèce, en Lettonie, en Croatie et en Irlande.

La crise économique a également très sévèrement touché les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Dans l’Union européenne, environ 7,5 millions de jeunes sont sortis de l’enseignement et n’ont pas d’emploi. C’est presque la population de la Suisse !

Enfin, c’est l’ensemble de la famille qui est touchée. Le revenu moyen des ménages a diminué dans plus de la moitié des pays. Entre 2008 et 2012, les ménages grecs ont perdu l’équivalent de 14 années de progrès ; l’Irlande, le Luxembourg et l’Espagne ont quant à eux perdu une décennie. Dans 29 des 41 pays, les sondages révèlent que de plus en plus de familles n’ont pas assez d’argent pour nourrir leur famille.

Les enfants de la croissance

Les problèmes ne sont pas terminés pour ces enfants et leurs familles et il faudra peut-être des années pour réparer les dégâts causés par la récession. C’est le bien-être de l’ensemble de nos sociétés qui est en jeux !

Le rapport d’Innocenti suggère que les gouvernements adoptent des mesures fortes pour protéger les enfants. Ils doivent s’engager à mettre fin à la pauvreté infantile dans les pays développés. Ils doivent prévenir les risques de pauvreté en garantissant un revenu minimum par exemple. Finalement, les gouvernements doivent améliorer leurs collectes d’informations et de données relatives au bien-être des enfants afin d’adopter des mesures concrètes et efficaces.

<

Téléchargez le rapport