L’UNICEF 1946 – 2016 : sept décennies d’espoir pour chaque enfant

« L’espoir du monde repose sur les générations à venir. » C’est par ces mots qu’en décembre 1946, au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Assemblée générale recommande la création du Fonds international d’urgence des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF. Le but est de mettre en place des programmes d’aide humanitaire afin de protéger la vie des enfants luttant pour leur survie et, ce faisant, d’aider à reconstruire des sociétés dévastées et à redonner espoir en un avenir meilleur.

© UNICEF/UNI41895/Unknown
© UNICEF/UNI41895/Unknown

Sur l’une des premières photos d’archives de l’UNICEF, un petit garçon tient une couverture fournie par l’UNICEF dans la ville de Castoria, dans le nord-ouest de la Grèce, reflet des efforts déployés pour aider les enfants en Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Fidèle à l’esprit des Nations Unies, l’UNICEF apporte son aide sans discrimination de race, de religion, de nationalité, de statut ou d’opinion politique. L’unique condition imposée par Maurice Pate lors de sa nomination comme premier Directeur général est « d’inclure tous les enfants », des pays alliés comme des « anciens ennemis ».

Septante ans plus tard, alors que l’Europe traverse une crise des réfugiés sans précédent depuis la création de l’UNICEF, l’organisation reste un défenseur omniprésent des droits des enfants.

L’action humanitaire en faveur des enfants en danger

© UNICEF/UN04123/OCKWELL
© UNICEF/UN04123/OCKWELL

Des habitants du Bangladesh regardent les membres de l’équipage d’un avion de transport décharger des couvertures fournies par l’UNICEF dans le cadre d’un programme de secours et de relèvement des Nations Unies, en 1972. 

A ses débuts, l’action humanitaire était l’unique mission de l’UNICEF. Aujourd’hui, les urgences représentent toujours une grande partie de ces activités. Les catastrophes naturelles, les conflits armés et l’urgence silencieuse des famines et des maladies continuent de toucher des enfants dans le monde entier, notamment ceux qui ploient déjà sous le fardeau de la pauvreté et de la misère. Depuis sa création, l’UNICEF a toujours répondu présent pour de telles crises.

© UNICEF/UNI199140/Panday
© UNICEF/UNI199140/Panday

Népal, 2015, des agents de santé portent des glacières contenant des vaccins sur un terrain difficile pour atteindre les enfants touchés par le séisme. 

En abattant les barrières séparant l’action huma­nitaire d’urgence du travail de développement durable, l’UNICEF a renforcé les systèmes qui offrent des services critiques aux enfants et aux familles avant, pendant et bien après le déclenchement de crises. Grâce à ce soutien, les communautés sont mieux préparées en cas d’urgence et plus à même de résister lorsqu’une catastrophe survient.
Rien qu’en 2015, l’UNICEF a répondu à 310 situations d’urgence dans 105 pays. Parmi ces interventions figurent les réponses à trois crises humanitaires majeures dans différentes régions du globe : le séisme au Népal, qui a tué 9000 personnes dont un tiers d’enfants; la crise du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, qui a prélevé un lourd tribut et empêché 5 millions d’enfants d’aller à l’école, et le conflit syrien,  qui a poussé des milliers de familles à fuir leur pays, créant une situation catastrophique qui perdure encore aujourd’hui. Malgré les risques élevés pour fournir une aide à l’intérieur du pays, les travailleurs humanitaires ont poursuivi leur travail.

En savoir plus sur l’aide d’urgence de l’UNICEF

Une révolution pour la survie et la santé des enfants

© UNICEF/UNI43217/UNKNOWN
© UNICEF/UNI43217/UNKNOWN

Un agent de santé dans un camion approvisionné par l’UNICEF et équipé d’un appareil de radiographie mobile s’apprête à examiner des enfants susceptibles d’être atteints de tuberculose, au Costa Rica, en 1952.

Lorsque l’UNICEF est devenu une agence permanente des Nations Unies en 1953, il a endossé une responsabilité nouvelle : la protection de la santé des enfants non plus seulement dans un contexte d’urgence humanitaire mais dans un cadre plus large. Dès lors, la vision de l’UNICEF en faveur du bien-être des enfants a cherché à établir des priorités plus ambitieuses intégrant la survie et la santé des enfants à long terme.

© UNICEF/UN04149/INCONNU
© UNICEF/UN04149/INCONNU

En 1960, une infirmière sage-femme pèse un enfant sur une balance fournie par l’UNICEF dans un centre sanitaire dans le nord-ouest du Ghana.

Depuis, quatre mesures simples et efficaces ont permis de réduire de façon spectaculaire la mortalité des nourrissons et des enfants : la surveillance de la croissance, la réhydratation orale, l’allaitement et la vaccination.

L’historique des interventions sanitaires de l’UNICEF montre que l’objectif de la révolution pour la survie des enfants, lancée voilà plus de 30 ans, est atteignable : entre 1990 et 2015, le nombre d’enfants morts avant d’atteindre leur cinquième anniversaire a baissé de plus de 50 % à travers le monde. Toutefois, on estime que 16 000 enfants de moins de cinq ans mouraient encore de causes évitables chaque jour en 2015.

© UNICEF/UN036824/Abubakar
© UNICEF/UN036824/Abubakar

Nigeria, 2016, Un agent de santé marque une fille avec un feutre pour montrer qu’elle a été vaccinée.

Au cours des années à venir, l’UNICEF a pour objectif de combler les lacunes subsistant dans l’accès aux services de santé maternelle et infantile à travers le monde. Pour ce faire, il mettra en œuvre différentes interventions dont des efforts destinés à l’amélioration de l’égalité des sexes, l’investissement dans des technologies innovantes et le renforcement des systèmes de santé locaux et nationaux, parce que chaque enfant a le droit de commencer sa vie en bonne santé et d’avoir une réelle chance de s’épanouir.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: Santé

L’alimentation, pour nourrir les enfants à vie

© UNICEF/UNI41896/INCONNU
© UNICEF/UNI41896/INCONNU

En Grèce, à Athènes, des élèves de l’école élémentaire boivent le lait fourni par l’UNICEF dans des tasses en fer blanc, vers 1951. 

Lorsque l’UNICEF a été fondé pour apporter une aide urgente aux enfants décimés par la guerre, le fonds a rapidement été surnommé  le « laitier de la planète ». À l’origine, pendant les années 1940 et 1950, l’aide alimentaire de l’UNICEF se composait principalement de lait pour les enfants dans les écoles, les cliniques et les camps de réfugiés, tout d’abord en Europe, puis en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Toutefois, les horizons de la toute première organisation internationale exclusivement dédiée aux enfants allaient considérablement s’élargir.

© UNICEF Ethiopia/2016/Ayene
© UNICEF Ethiopia/2016/Ayene

Nebila a deux ans. Elle a reçu du Plumpy’nut, des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi depuis qu’un diagnostic de malnutrition aiguë sévère a été posé chez elle il y a deux semaines. Cette pâte d’arachide nutritionnelle  enrichie de protéines et de vitamines peut aider un enfant comme Nebila qui est gravement sous-alimentée, à se rétablir en quelques semaines.

Au cours de la guerre du Biafra en 1967, l’UNICEF a mis au point une nourriture spéciale pour les enfants trop affaiblis par la dénutrition pour s’alimenter par eux-mêmes. Cette formule, appelée K-Mix-2, a de nouveau été largement utilisée en 1970 pour nourrir des millions d’enfants affectés par la guerre d’indépendance du Bangladesh. Aujourd’hui, des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi constituent le principal élément des nombreuses opérations alimentaires en situation d’urgence de l’UNICEF.

Plus que jamais, une bonne ali­mentation est reconnue dans le monde entier comme un facteur clé du développement durable. Pour aider à concrétiser ces objectifs, les programmes et les partenariats de nutrition de l’UNICEF s’appuient sur une approche axée sur le cycle de vie, car une bonne alimentation commence tôt et ses bénéfices peuvent se mesurer durant toute une vie.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: Nutrition

Vers un accès universel à l’eau, l’assainissement et l’hygiène

© UNICEF/UN03780/SATYAN
© UNICEF/UN03780/SATYAN

Grâce au nouveau robinet installé dans le cadre d’un programme d’approvi­sionnement soutenu par l’UNICEF à Faitabad, en Afghanistan, un enfant rapporte de l’eau chez lui, en 1976.

Le travail essentiel de l’UNICEF sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène (ou EAH) a commencé lorsque l’organisation a incorporé des projets environnementaux à ses programmes, en 1953. Ce secteur a pris de plus en plus d’importance pour l’UNICEF et ses partenaires au cours de la décennie qui a suivi, car l’accent placé sur le développement mondial a mis en exergue les besoins à long terme des enfants vulnérables et de leurs familles.

© UNICEF/UNI120967/LEMOYNE
© UNICEF/UNI120967/LEMOYNE

Deux garçons recueillent de l’eau à l’aide d’une pompe manuelle INDIA Mark II fournie par l’UNICEF dans la province de Laghman, en Afghanistan, en 2000.

À partir de la fin des années 1960, une forte séche­resse en Inde a menacé de déraciner des commu­nautés entières, incapables de s’approvisionner en eau à partir de leurs sources traditionnelles. Pour éviter l’évacuation massive de villageois vers des camps de réfugiés et des communautés débordées, l’UNICEF s’est associé au gouverne­ment indien et à l’OMS en 1975 en vue de développer la pompe à eau INDIA Mark II. Cette pompe manuelle, capable de puiser dans les nappes phréatiques peu profondes, était suffisamment durable pour résister à une utilisation constante et suffisamment simple pour être actionnée par une seule personne, même par des jeunes filles, souvent préposées à la collecte de l’eau. La pompe Mark II est à ce jour la pompe à main la plus utilisée au monde.

© UNICEF/UNI182989/NOORANI
© UNICEF/UNI182989/NOORANI

Une jeune fille s’amuse en buvant à un point d’eau dans un village de la province de Saravane, République démocratique populaire lao, en 2015.

Si parvenir à un accès universel à l’eau et à l’assainissement reste un objectif important, plus de la moitié du budget de l’UNICEF consacré à l’EAH est actuellement utilisé pour des interventions d’urgence. Qu’il soit éloigné d’un conflit ou mis à l’abri d’inondations, un enfant qui n’a pas accès à l’eau et à l’assainisse­ment reste plus exposé au risque de mort et de maladie. En 2015, sur les 70 millions de personnes auxquelles l’UNICEF est venu en aide en matière d’EAH, 45 millions faisaient partie de ménages touchés par une crise.

Aujourd’hui, la migration massive de réfugiés d’Afrique et du Moyen-Orient vers le sud de l’Europe réclame l’expertise EAH de l’UNICEF en situation d’urgence. Celle-ci permet en effet d’offrir une assistance technique à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés le long des principaux itinéraires migratoires. L’UNICEF est directement impliqué dans la fourniture de services EAH dans les pays d’origine des réfugiés et des migrants, y compris l’Iraq, la République arabe syrienne et le Yémen, ainsi que dans les camps de réfugiés en Jordanie et au Liban.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: WaSH

Une approche novatrice pour une éducation de qualité pour tous

© UNICEF/UNI43090/Unknown
© UNICEF/UNI43090/Unknown

Vers 1945 en Grèce: des enfants assis derrière des pupitres écoutent le professeur durant une classe qui se tient à l’extérieur à côté de l’église à Stroumi. Leur école est devenue une étable durant la guerre. 

Pour l’UNICEF, l’éducation d’un enfant est l’un des investissements les plus ambitieux et bénéfiques qu’une société puisse réaliser. C’est au cours des années 1960, la Décennie du développement, que l’UNICEF a élargi ses interventions au-delà de la santé et de l’alimentation en faveur des besoins intellectuels et psychosociaux des enfants. Pour la première fois, l’organisation commençait à fournir des financements et d’autres soutiens à une éducation formelle et non formelle.

L’UNICEF se lançait dans un ambitieux pro­gramme éducatif débutant par la formation des professeurs et l’équipement des salles de classe des nouveaux pays indépendants d’Afrique. La petite enfance et l’adolescence sont deux périodes qui constituent des moments propices pour l’apprentissage et le développement. Les spécialistes de l’UNICEF en ont saisi toute l’importance et ont plaidé en faveur de mesures destinées à offrir aux enfants un meilleur départ dans la vie.

© UNICEF/UNI10359/ESTEY
© UNICEF/UNI10359/ESTEY

Les enfants d’une communauté autochtone dans une école maternelle soutenue par l’UNICEF dans la province éloignée de Lao Cai, au Viet Nam, en 2009.

Entre 1999 et 2014, les progrès substantiels réalisés dans l’accès à l’éducation primaire et au premier cycle du secondaire ont permis à 83 mil­lions d’enfants à travers le monde d’aller eux aussi à l’école. Rien qu’en 2015, l’UNICEF a permis à 7,5 millions d’enfants de 3 à 18 ans d’obtenir une éducation formelle et non formelle de base.

La croissance de la population est toutefois plus rapide que nos progrès : 61 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont toujours pas scolarisés ; et la qualité de l’éducation que des millions d’autres reçoivent à l’école est médiocre. Des enfants continuent d’être privés d’éducation à cause de ce qu’ils sont ou de là où ils vivent. En outre, on continue de sous-estimer l’importance, pour tous, garçons et filles, de l’égalité entre les sexes et de l’inclusion sociale dans l’éducation.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: Education

Prévention, traitement et défense des enfants atteints par le VIH et le SIDA

© UNICEF/UNI42190/NOORANI
© UNICEF/UNI42190/NOORANI

2005. À Port-au-Prince, en Haïti, une fillette déjeune dans un centre d’accueil soutenu par l’UNICEF fournissant des soins et traitements aux enfants atteints du VIH ou ayant perdu leurs parents en raison du SIDA.

L’engagement de l’UNICEF dans la prévention et le traitement du VIH et du SIDA ainsi que dans la mobilisation contre cette maladie a évolué au fil des ans, tout comme la prise de conscience des répercussions sociales et économiques du virus.

Dans les années 1980 et 1990, les financements et les ressources ont augmenté au même rythme que la compréhension de l’ampleur de l’épidémie et des solutions efficaces pour la combattre. À présent, étant donné la viabilité des médi­caments antirétroviraux (ARV) et la possibilité d’éviter la transmission du VIH de la mère à l’enfant en offrant un accès aux traitements, l’UNICEF se concentre plus spécifiquement sur les investissements à long terme dans la prévention. Les enfants et les adolescents ne devraient jamais courir le risque d’être infectés par arrogance, ignorance ou stigmatisation.

© UNICEF/UNI197919/Schermbrucker
© UNICEF/UNI197919/Schermbrucker

Tanzania, 2015 – Bertha vit avec le VIH mais grâce au traitement de l’UNICEF, elle a mis au monde un enfant qui est en bonne santé.

Alors que des millions d’enfants ont pu être préservés du pire, le VIH continue de sévir dans de nombreuses régions du globe. Le SIDA reste la première cause de mortalité des adolescents en Afrique et la deuxième chez les adolescents à travers le monde. Les adolescentes en particulier sont toujours proportionnellement plus touchées par le VIH et le SIDA, notamment en Afrique subsaharienne. L’UNICEF reste inébranlable dans sa lutte contre le VIH et le SIDA pour éviter toute rechute après les progrès durement obtenus et pour parvenir à son objectif ultime : une génération libérée du SIDA.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: VIH/SIDA

Protéger les enfants de la violence, de l’exploitation et des mauvais traitements

© UNICEF/UNI50578/Press
© UNICEF/UNI50578/Press

À Kigali, au Rwanda, après le génocide de 1994, des garçons dans un centre pour enfants non accompagnés soutenu par l’UNICEF.

Durant ses premières décennies d’existence, l’UNICEF s’est surtout concentré sur la protection des enfants de la faim et des maladies ; mais en 1979, l’année internationale de l’enfant a permis d’élargir ce mandat, en mettant en lumière les forces socio-économiques qui peuvent avoir un effet irrémédiablement destructeur sur les jeunes enfants.

L’UNICEF a joué un rôle structurant dans l’élaboration d’engagements mondiaux concernant l’enfance et l’adolescence exclusivement. Ceux-ci stipulent que, même dans des situations de conflit armé, les droits des enfants doivent être respectés, et que leur vie et leur sécurité doivent être protégées.

Mais protéger les enfants des conflits, de la violence, de l’exploitation et des mauvais traitements exige beaucoup plus la mise en place de lois. Déterminés à combattre les menaces constantes qui pèsent sur les droits de l’enfant, l’UNICEF et d’autres organisations ont mené avec succès un plaidoyer pour promouvoir des actions de protec­tion infantile et pour que celles-ci soient intégrées aux Objectifs de Développement Durable adoptés lors de l’Assemblée générale, en 2015.

© UNICEF/UN021637/Georgiev
© UNICEF/UN021637/Georgiev

70 ans après avoir secouru les jeunes réfugiés de la seconde guerre mondiale, l’UNICEF continue à protéger les enfants en situation vulnérable. De cette manière, parmi tant d’autres, 7 décennies après avoir secouru les jeunes réfugiés de la seconde guerre mondiale, l’UNICEF continue à protéger les enfants en situation vulnérable. Aujourd’hui, son action concerne à nouveau des enfants migrants et réfugiés arrivant en Europe, là même où, pour la première fois, l’UNICEF avait déployé ses ressources pour aider des enfants en danger. En particulier, la protection des enfants non accompagnés et leur réunion avec leur famille sont des prior­ités absolues.

Tant que les enfants seront victimes ou devront fuir les conflits, la violence, les mauvais traite­ments et l’exploitation, l’action de l’UNICEF en faveur de leur protection se poursuivra dans chaque région.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: Protection

Veiller à l’inclusion sociale de chaque enfant et garantir ses droits

© UNICEF/UN04118/DANOIS
© UNICEF/UN04118/DANOIS

Deux enfants vietnamiens, devenus aveugles en raison d’une carence en vita­mine A et de mauvaises conditions d’hygiène, apprennent à lire le braille dans une école spécialisée, établie en plein conflit, en 1972.

La notion d’inclusion sociale a initialement été introduite par l’UNICEF dans les années 1960. L’UNICEF s’inquiète de plus en plus de la situation des enfants qui, malgré ses efforts, sont toujours défavorisés et marginalisés en raison de facteurs échappant à leur contrôle. Venir en aide à ces enfants défavorisés constitue une partie essentielle de la mission de l’UNICEF en tant que défenseur mondial des droits de chaque enfant.

Par « chaque enfant », l’UNICEF fait référence aussi bien aux nourrissons qu’aux adolescents, et notamment à ceux nés dans la pauvreté, ou réduits à la misère après avoir perdu un parent ou en raison de préjugés ou de discrimination. Dans le monde, des millions de filles et de garçons voient encore leurs droits bafoués, à cause de ce qu’ils sont ou de là où ils vivent : à cause de leur sexe, leur race, leur religion ou leur handicap, ou parce qu’ils vivent dans des villages retirés ou des bidonvilles. Les inégalités dont ils sont victimes ne se résument pas à la violation de leurs droits et à la mise en péril de l’avenir de chacun d’entre eux. Elles perpétuent le cycle des inégalités de génération en génération.

© UNICEF/UNI162094/LYNCH
© UNICEF/UNI162094/LYNCH

Un garçon né avec un handicap physique suit des cours de première année dans une école amie des enfants soutenue par l’UNICEF, dans la région d’Oio, en Guinée Bissau, en 2014.

C’est pourquoi l’UNICEF est convaincu qu’une approche fondée sur l’équité, intégrant des interventions accélérées pour les enfants les plus délaissés, est non seulement un impératif moral, mais aussi une exigence stratégique. Les prochaines initiatives de l’UNICEF seront guidées par notre capacité à nous adapter à un monde en pleine mutation. Cela signifie mettre l’équité au centre de tous nos programmes et venir en aide aux enfants les plus marginalisés.

Les 7 domaines d’action de l’UNICEF: Inclusion Sociale

Cela fait septante ans que l’UNICEF travaille plus dur que jamais pour garantir que chaque enfant ait une vraie chance dans la vie. Nous avons voulu profiter de cette occasion pour nous retourner vers le passé et tirer les leçons de nos réussites et de nos défis. À présent, le temps est venu de regarder devant nous, avec espoir et détermination, vers un avenir meilleur pour les enfants du monde.

UNICEF Pour chaque enfant de l’espoir 1946-2016
Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde