L’UNICEF met en garde contre une escalade de la crise alimentaire au Sud-Soudan

Le Soudan du Sud est confronté à des niveaux d'insécurité alimentaire sans précédent. Quelque 2,8 millions de personnes, soit près du quart de la population du pays, ont toujours besoin de l’aide alimentaire d’urgence et au moins 40 000 personnes frôlent une situation catastrophique, mettent en garde aujourd’hui trois agences des Nations Unies.

© UNICEF/UN08217/Holt
Une femme donne du Plumpy Nut à son enfant, pour voir s’il peut avaler des aliments solides dans un hôpital alimentaire à Angui Warup au Soudan du sud. © UNICEF/UN08217/Holt

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) soulignent que ces chiffres sont particulièrement inquiétants car ils montrent une aggravation de la faim au cours de la période consécutive à la récolte alors qu’habituellement celle-ci se traduit par une amélioration de la sécurité alimentaire. Le nombre de personnes en insécurité alimentaire devrait atteindre un pic au cours de la prochaine période de soudure entre avril et juillet 2016 lorsque les disponibilités alimentaires seront réduites. La période de soudure commençant tôt cette année, la période marquée par la faim sera plus longue que les années précédentes.

Les trois agences des Nations Unies notent que la saison sèche qui vient de commencer pourrait apporter des difficultés supplémentaires pour les personnes confrontées aux niveaux les plus graves de faim. Les personnes déplacées du fait du conflit dans l’Etat de l’Unity, qui tirent leurs moyens de subsistance de la pêche et des lis d’eau, sont à court de nourriture du fait de la décrue. Les attaques contre les troupeaux de bétail ont privé de nombreuses personnes de produits d’origine animale essentiels et notamment le lait, qui étaient leur principal moyen de survie pendant la période de soudure 2015. Si l’aide humanitaire ne parvient pas à les atteindre pendant la saison sèche, leur situation sera catastrophique dans les prochains mois.

© UNICEF/UN08219/Hamer
Le nombre de personnes en insécurité alimentaire a augmenté de 80% par rapport à l’année dernière. © UNICEF/UN08219/Hamer

Pour cette raison, les agences de l’ONU appellent à une mise en œuvre rapide de l’accord de paix conclu l’année dernière et à l’accès sans restriction aux zones de conflit afin de livrer des fournitures indispensables dans les zones les plus touchées.

«Les familles ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour survivre, mais elles sont à présent à court d’options», affirme M. Jonathan Veitch, Représentant de l’UNICEF au Sud-Soudan. «Bon nombre de zones où les besoins sont énormes sont hors de portée en raison de la situation sécuritaire. Il est crucial que l’on nous octroie maintenant un accès illimité. Si nous pouvons les atteindre, nous pourrons leur venir en aide».

Aux côtés d’un grand nombre d’organisations internationales et non gouvernementales locales, la FAO, l’UNICEF et le PAM continuent d’offrir des moyens de survie et de subsistance dans des circonstances difficiles.

La FAO prévoit d’aider 2,8 millions de personnes à produire des denrées alimentaires et à protéger leurs bestiaux en 2016, contre 2,4 millions de personnes touchées l’année dernière. Les moyens de subsistance d’urgence offerts par la FAO comprennent des kits de culture, des kits de légumes, du matériel de pêche et des vaccins vétérinaires pour plus de 5 millions de têtes de bétail.

L’UNICEF s’est fixé comme objectif de traiter plus de 165 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë en 2016. L’année dernière, le nombre d’enfants malnutris traités a dépassé 144 000, soit une augmentation de 53 pour cent par rapport à 2014.

Le PAM a distribué de l’aide alimentaire et amélioré la nutrition à quelque 3 millions de personnes à travers le Sud-Soudan en 2015, en collaboration avec 87 ONG partenaires et en recourant à tous les moyens à sa disposition, notamment les parachutages, les barges fluviales, les transferts d’espèces, les achats locaux de vivres et les compléments alimentaires.
Soutenez les enfants du Soudan du Sud