Mission de la Reine Mathilde au Kenya avec l’UNICEF

De 25 au 27 juin, la Reine Mathilde effectue une mission avec UNICEF Belgique au Kenya. Elle est accompagnée d'une délégation de journalistes mais surtout de sa fille, la Princesse Elisabeth qui effectue ainsi sa toute première mission sur le terrain avec l'UNICEF.

La délégation visitera des programmes de développement durable de l’UNICEF mais aussi des actions répondant à diverses situations d’urgence auxquelles le pays est confronté.

En tant que défenseur des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations unies, la Reine en profitera également pour attirer l’attention sur la mise en œuvre des ODD par le renforcement des actions locales de l’UNICEF, au travers des efforts des autorités en faveur des droits de l’enfant et de la femme ainsi que par le rôle actif des jeunes – en tant qu’acteurs du changement – à cet égard.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Le Kenya en quelques chiffres

 

 

Le Kenya occupe actuellement la 179e place sur 228 pays dans l’Indice de Développement Humain (IDH.)
L’I.D.H. mesure le niveau de développement des pays, sans se limiter à leur seul poids économique, comme le PIB par habitant, par exemple. Il intègre des données plus qualitatives telles que la santé, l’espérance de vie, le niveau de vie et le niveau d’éducation.

 

 

Population : 46 millions d’habitants
Mortalité des enfants de moins de 5 ans : 46 pour 1000 naissances vivantes
Nombre annuel de décès d’enfants : 68.882
Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans enregistrés à l’état civil : 67 %
Pourcentage d’enfants de 5 à 17 ans au travail : 26 %
Pourcentage de personnes qui estiment que la violence à l’égard des femmes peut se justifier dans certaines conditions : 42 % (femmes) 36 % (hommes)
Taux de fréquentation scolaire dans le primaire : 85 %
Taux de fréquentation scolaire dans le secondaire supérieur : 36 %
Taux de malnutrition modérée et sévère : 26 %

Jour 1 – 25 juin 2019

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Aujourd’hui, la Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth se rendent dans le deuxième plus grand camp de réfugiés du Kenya, le camp Kakuma dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Soudan du Sud et l’Ouganda. Mère et fille n’ont pas hésité à participer au chargement de l’avion des Nations unies qui les emmene à Kakuma. Des 180.000 personnes qui vivent dans ce camp, près de 60 %  ont moins de 18 ans.

L’avion qui emmène la souveraine et sa fille, transporte des fournitures d’urgence, principalement du matériel scolaire destiné aux centres d’apprentissage provisoires du camp.

Visite du centre de la petite enfance à Kalobeyei

« Fuhara » qui signifie « Joie », est le nom du centre « ami des enfants » aménagé par l’UNICEF et le UNHCR à Kalobeyei près du camp de réfugiés de Kakuma. Là, les enfants réfugiés les plus vulnérables peuvent jouer et se livrer à des activités telles que la danse, la peinture, le chant, l’écriture. Autant de pratiques qui vont aider des centaines d’enfants à surmonter certains traumatismes vécus

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

La reine Mathilde visite une école maternelle et une école primaire. Grâce à l’UNICEF,  80.000 enfants du camp ont accès à l’éducation dans un environnement sain et sûr. Le Fonds pour l’enfance fournit également une aide psychosociale aux enfants qui la nécessitent.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Echanges très décontractés entre les enfants, la Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Visite de l’école primaire de Kalobeyei

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Cette école soutenue par l’UNICEF accueille 3.700 enfants dans sa section primaire et 1.000 enfants dans la section préprimaire. Elle comprend actuellement 18 classes temporaires et 14 classes définitives. L’établissement est également pourvu d’un bloc administratif, de facilités WaSH (notamment des latrines séparées filles/garçons), d’une kitchenette, d’un local de fournitures scolaires, etc

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Découverte d’activités formatives et génératrices de revenus pour de jeunes mamans

Ce programme soutenu par l’UNICEF et la Lutheran World Federation (LWF) permet aux jeunes mamans de finir leurs études et de développer des compétences de vie.

Les frais scolaires de ces jeunes mamans étant pris en charge par l’UNICEF et la LWF, celles-ci peuvent soit poursuivre leurs études ou opter pour des formations en coiffure, confection ou pâtisserie.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh
Les jeunes mamans bénéficient également d’un service de « garderie » pour leurs enfants durant leurs formations. Même si ces mamans proviennent d’horizons très divers, elles ont toute ont commun la résilience et la détermination.


© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

“Lorsque je suis ici, je ne suis pas stressée et je ne pense plus à toutes les choses négatives que j’ai dû endurer. Le côté social et communautaire du programme est fait pour me plaire. Nous sommes toutes de jeunes mamans. Nous partageons nos expériences et nous nous soutenons mutuellement” – explique Elizabeth, une apprentie tailleur.

Leur formation dure de 1 et 3 mois et sera certifiée après des épreuves écrites et pratiques. Ce n’est qu’après avoir réussi ces examens, que les mamans recevront un kit complet qui leur permettra de s’établir à leur compte et de développer des activités génératrices de revenus. Le programme conçu de manière holistique couvre tous les besoins de ces jeunes mamans : formation, développement des compétences, autonomisation, prise en charge des jeunes enfants, renforcement de leur position au sein de la commuanuté et aide psychosociale.

Jour 2 – 26 juin 2019

La Reine Mathilde et sa fille la Princesse Elisabeth visitent aujourd’hui le centre de protection et de développement des enfants à Dagoretti.  Le centre Dagoretti, situé à quelques kilomètres à l’ouest de la capitale Nairobi, benéficie du soutien de l’UNICEF. Il vise à donner une seconde chance aux enfants les plus vulnérables. Ce sont des enfants qui sont souvent exposés à des risques importants, des enfants qui vivent sans leur famille, etc. Le centre va alors favoriser leur réintégration sociale en les rescolarisant, on les réintégrant dans leur famille ou dans leur communauté.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Le « Dagoretti » offre des espaces sécurisés aux enfants et aux adolescents Là, ils reçoivent des repas, suivent des cours de rattrapage scolaire et des formations professionnelles définis en fonction d’une exploration des connaissances et des talents préalable. Les enfants et les ados du centre peuvent également jouer de la musique, pratiquer des sports, jouer du théâtre.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

De par leur parcours personnel, ils ont souvent beaucoup à exprimer. Le personnel du centre les encourage à parler de leurs expériences entre eux et avec des spécialistes afin de les aider à aller de l’avant et à dépasser certaines situations difficiles vécues.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Dans le centre Dagoretti, la Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth ont également rencontré des jeunes mamans et leurs bébés. L’UNICEF soutient ce projet afin que les jeunes mamans puissent également suivre des formations professionnelles, pendant que leurs enfants sont pris en charge dans une garderie.

Visite de la ACAKORO Football Academy à Korogocho

La ACAKORO Football Academy, soutenue par l’UNICEF, recourt au sport pour développer et promouvoir des compétences de vie et soutenir l’éducation des enfants les plus défaforisés de la périphérie de Nairobi.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Les enfants de l’académie suivent des entraînements de football. Leurs frais scolaires sont payés, ils sont suivis par des tuteurs, reçoivent des repas gratuits et des articles de première nécessité qui les aideront à conserver leur dignité. Cette approche holistique les aide à réussir à l’école et à développer leurs talents. Actuellement, l’académie ACAKORO soutient 150 enfants. Il existe 4 équipes de garçons et deux composées de filles. Sous peu l’académie bénéficiera aussi du soutien des « Special Olympics Kenya » afin d’intégrer 10 enfants atteints d’un handicap mental dans son programme de formation. Lors de leur visite, la Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth ont distribué des maillots de nos Diables Rouges !

Jour 3 – 27 juin 2019

Pour leur dernier jour de mission au Kenya, la Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth se rendent dans la région de Kajiado afin de mieux comprendre les contextes communautaires ruraux autour des pratiques néfastes que sont les mutilations génitales féminines et les mariages d’enfants.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Visite d’une école primaire et d’une école secondaire dans une communauté Massaï

De nombreuses écoles des communautés Massaï collaborent étroitement avec le gouvernement, l’UNICEF et d’autres partenaires tels que World Vision afin de protéger les enfants de ces pratiques néfastes, et de les aider à réintégrer leur foyer et/ou l’école. La Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth ont eu l’opportunité d’avoir un échange instructif avec les enfants, les enseignants-sauveteurs et les travailleurs sociaux durant ces visites.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Cet échange a permis de mettre en lumière le double rôle des écoles : offrir d’une part un environnement protégé contre la violence, l’exploitation et les abus et accroître d’autre part l’accès à l’éducation, aux informations sur la santé sexuelle et reproductive, au soutien psychologique et aux services sanitaires.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Visite d’une famille de la communauté Massaï

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Lors de leur rencontre avec une famille Massaï, la Reine et sa fille ont pu constater les défis que ses membres ont à relever et les moyens dont ils disposent pour y faire face. L’UNICEF sensibilise les familles Massaï à certaines pratiques nuisibles telles que le mariage précoce et les mutilations génitales féminines fort répandues dans la communauté. Ce travail a porté ses fruits puisque la famille qui s’entretient avec la souveraine soutient maintenant sa fille en donnant la priorité à son éducation, à ses droits et à son avenir.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

Session de dialogue communautaire au sujet des pratiques néfastes

La Reine Mathilde et la Princesse Elisabeth ont terminé cette troisième journée en participant à une discussion avec une vingtaine de membres de la communauté Massaï, animée par des agents de changement communautaires. Elles ont ainsi eu un aperçu des pratiques néfastes dans le village et dans les communautés environnantes de la région de Kajiado et des interventions actuelles soutenues par l’UNICEF et menées par World Vision pour y remédier.

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

© UNICEF Belgium/Frank Dejongh

 

Comment puis-je aider ?