Attestation fiscale

  • Si le total de vos dons d’une année à UNICEF Belgique égale ou dépasse 40 euros, vous avez droit à une attestation fiscale qui sera envoyée au mois de mars de l’année suivant le ou les dons en question. La déduction fiscale se monte à 45 % de votre don. Selon la législation en vigueur, cet avantage fiscal n’est valable que pour les dons (y compris les HappyPacks) mais pas pour l’achat de cartes de l’UNICEF, ni pour du sponsoring ou l’organisation d’événements.

    Pour plus de précisions sur la réduction d’impôt pour dons, rendez-vous sur le site du Service Public Fédéral FINANCES.

  • Oui ! L’’achat d’’un HappyPack finance un produit concret mais est considéré comme un don. Il entrera donc en ligne de compte pour votre attestation fiscale.
    Ce montant sera additionné à vos dons si vous en avez fait par ailleurs.
    Une attestation fiscale est délivrée pour un montant cumulé de 40€.

  • Pour pouvoir bénéficier d’une attestation fiscale en 2017, vous devez avoir impérativement crédité le compte d’UNICEF Belgique pour le 31/12/2016 au plus tard du montant minimum (en cumulant vos dons) de 40€.

  • Non. Si vous habitez en Belgique, elle est envoyée automatiquement à l’adresse qui est reliée au numéro de compte en banque avec lequel vous avez fait vos dons. Si vous n’habitez pas en Belgique, l’attestation n’est pas envoyée automatiquement. Nous vous demandons de bien vouloir prendre contact avec nos services.
    Merci de nous communiquer ces quelques données afin de faciliter nos recherches :

    – votre nom, adresse et éventuellement ancienne adresse si vous avez déménagé récemment
    – date (même approximative) de votre don
    – votre numéro de compte avec lequel vous avez fait vos dons

  • Mentionnez le montant des dons effectués en 2016 pour lesquels vous avez reçu une attestation fiscale au cadre X, A de votre déclaration d’impôt.

    Plus d’infos sur le site du Service public fédéral FINANCES

  • Les attestations pour vos dons de 2016 vont être envoyées en mars 2017.

  • Si le total de vos dons atteint 40€ cumulés sur l’année vos recevez une attestation fiscale qui vous permet de récupérer 45% de votre don.

Dans mon testament

  • Si vous ne rédigez pas de testament, c’est la loi qui détermine à qui ira votre patrimoine. On appelle cela la dévolution successorale.

    Vous ne rédigez pas de testament et que vous n’avez pas d’héritier (descendant ou autres) ? Alors c’est l’Etat qui héritera de vos biens, en pratique les Communautés et Régions. Vous voyez donc tout de suite l’utilité de rédiger un testament. En prenant vos dispositions c’est vous qui choisissez la destination de vos biens.

  • Les droits ou les frais de succession sont un impôt sur la transmission de votre héritage à vos héritiers. Nous vous conseillons de prendre contact avec votre notaire car les frais de succession divergent d’une région à l’autre. Et ils divergent surtout selon le lien de parenté qui existe ou n’existe pas avec les légataires que vous avez désignés. Sachez que les droits de succession peuvent aller jusqu’à 80% du montant légué. UNICEF Belgique bénéficie de taux réduit quelque soit le montant légué, c’est-à-dire 6,6% en Région bruxelloise, 7% en Région wallonne et 8,5% en Région flamande.

  • Non, il est utile d’écrire un testament à partir du moment où vous avez quelques biens ou économies. Surtout si vous souhaitez choisir à qui iront ces biens. Seul un testament permet de leur donner une destination avec certitude.

  • C’est simple. Vous pouvez prévoir dans votre testament de désigner une personne de confiance qui veillera à ce que le testament du défunt soit exécuté selon vos volontés. C’est ce que l’on appelle un exécutant testamentaire et peut être de votre famille, un ami ou même votre notaire.

    La désignation d’un exécuteur testamentaire n’est pas obligatoire. Si vous ne désignez pas d’exécuteur testamentaire, ce n’est pas votre notaire qui remplira ce rôle.

  • Vous pouvez léguer tous vos droits réels sur des biens mobiliers (argent, titres, pièces d’or, œuvres d’art, etc.…) ou immobiliers (immeubles, maisons, appartements, droit de nue-propriété etc.). Vous pouvez aussi léguer des droits d’auteur.

  • On ne peut pas toujours léguer tous ses biens à qui on veut. Cela dépendra si vous avez de la famille proche ou pas. Si vous avez des enfants ou si votre père ou mère est encore vivant, votre liberté de léguer à un tiers sera limitée à une partie de votre patrimoine. 1/2 , 1/3 ou 1/4 de vos biens pourront être légués à des tiers. Un projet de loi prévoit d’augmenter cette partie disponible et de la porter à la moitié. On appelle cette partie la quotité disponible. La ‘réserve’ est quant à elle la part réservée aux héritiers légaux car elle est réservée à ces héritiers. Par contre si vous n’avez pas de famille, ou si vous avez de lointains cousins ou neveux ou même des frères et sœurs, vous êtes libre de léguer la totalité de vos biens à qui vous voulez.

    Il faut cependant savoir que le conjoint survivant (époux ou épouse) et parfois le cohabitant peut disposer d’un droit d’usufruit sur certains biens et sur le logement conjugal ou familial. Consultez votre notaire à ce propos.

L'UNICEF et mon argent

  • Le testament authentique présente plus de garantie dans la mesure où :

    1) Il sera moins facilement contestable
    2) Il sera rédigé clairement puisque rédigé par un spécialiste, votre notaire
    3) Il sera enregistré comme acte authentique et ne pourra donc pas disparaître
    4) Il sera facilement retrouvé en cas de décès. Car ce type de testament est d’office inscrit au registre central des testaments (sans révéler son contenu bien sûr).

    Le testament olographe ne présente pas ces garanties. C’est pourquoi il est toujours recommandé de faire relire votre testament par un spécialiste, en général un notaire. Et surtout de le déposer chez un notaire pour le faire enregistrer au registre central des testaments. Les risques de perte ou de destruction d’un testament qui ne « plairait » pas sont réels

  • UNICEF Belgique travaille avec 40 collaborateurs fixes et plus de 500 volontaires. Les membres du Conseil d’administration d’UNICEF Belgique sont également des volontaires. UNICEF Belgique peut compter sur le soutien de plusieurs Ambassadeurs et de célébrités. Ils s’engagent pour l’UNICEF de manière totalement bénévole.

    Les collaborateurs d’UNICEF Belgique n’ont pas le statut de fonctionnaire international. Leur rémunération est déterminée selon différents niveaux. Les échelles salariales utilisées s’alignent sur celles du secteur et sont comparables avec les salaires de la fonction publique. Les collaborateurs d’UNICEF Belgique reçoivent un treizième mois et des chèques-repas.

  • La rapidité de transfert sur le terrain de l’argent récolté ne permet pas à UNICEF Belgique d’effectuer des placements financiers.

  • L’UNICEF possède son propre Centre de Recherche en Italie, à Firenze. Dans le cadre de campagnes spécifiques et de travail de plaidoyer, il arrive que l’UNICEF contribue à des recherches réalisées par d’autres ONG, des universités, des institutions, …

  • L’UNICEF a été créé en 1946 comme agence provisoire destinée à fournir de l’aide aux enfants d’Europe et de Chine juste après la deuxième guerre mondiale. De par son statut temporaire, l’UNICEF ne faisait pas partie de la structure normale des Nations Unies. Et cela ne changea pas lorsque l’UNICEF obtint un statut permanent en 1953. Toutes les recettes de l’UNICEF proviennent donc de contributions volontaires. Lorsque des gouvernements donnent de l’argent à l’UNICEF, ils le font au titre de contribution spécifique à l’UNICEF et non comme une sous-partie de leur contribution aux Nations Unies.

  • En 2013, le budget annuel de l’UNICEF (au niveau mondial) s’élevait à 3,584 milliards d’euros. Ces fonds proviennent de contributions volontaires de gouvernements, d’entreprises et de particuliers. Les fonds émanant de particuliers sont récoltés principalement par les 36 Comités nationaux pour l’UNICEF dont fait partie UNICEF Belgique. En 2013, les recettes d’UNICEF Belgique s’élevaient à 21.299.063 millions d’euros.

  • Oui. Outre le soutien général aux programmes et les situations d’urgence, UNICEF Belgique finance des programmes spécifiques de l’UNICEF dans 6 pays partenaires (Burundi, République démocratique du Congo, Guatemala, Inde, Laos et Madagascar). Ces programmes sont choisis sur base de différents critères : les besoins en financement du terrain, l’intérêt du public belge, le lien existant avec la coopération belge, ….

    Pour chacun des pays partenaires, UNICEF Belgique recherche des fonds pour soutenir la réalisation du plan d’action établi par l’UNICEF en faveur des enfants. En fonction du montant dont il dispose, le donateur pourra soutenir l’ensemble ou une partie du plan d’action (de manière individuelle ou avec d’autres donateurs soutenant le même programme).

    UNICEF Belgique peut également soutenir des programmes dans d’autres pays en développement pour autant qu’il dispose d’un don d’au moins 50.000 euros.

  • Le délai de transfert des fonds est réduit au maximum. UNICEF Belgique fait au minimum une fois par mois le bilan des fonds à transférer. Afin de rationaliser les transactions, un montant minimal de 50.000 euros par programme soutenu est requis pour procéder au transfert. En fin d’année, un bilan est établi pour transférer les soldes dus à chaque programme.

    Dans le cadre des situations d’urgence, le bilan et les transferts sont réalisés plus fréquemment avec dans les premiers jours un suivi quotidien.

  • UNICEF Belgique a pour objectif d’allouer au moins 75 % des fonds récoltés à des programmes en faveur des enfants dans les pays en développement et en Belgique.

    Les frais de fonctionnement appliqués par UNICEF Belgique sur les fonds récoltés par l’organisation servent à financer les frais administratifs et les frais de collecte de fonds :

    – les frais administratifs se montent à moins de 5 % des recettes totales d’UNICEF Belgique.
    – les frais de collecte de fonds se montent à moins de 20 % des recettes totales d’UNICEF Belgique.

    Toutes les recettes d’UNICEF Belgique proviennent de dons volontaires.

  • L’UNICEF dispose d’un système de contrôle qui permet une utilisation des fonds dans les règles. Des contrôles sont effectués à la fois au niveau interne mais aussi au niveau externe. Les rapports sur les programmes financés sont consultables ici ou envoyés par courrier. Des visites se font également sur le terrain afin de contrôler les dépenses et l’état d’avancement des programmes. Les paiements sont réalisés en plusieurs phases et font l’objet de contrôles et de suivi.

    UNICEF Belgique est également soumis à un contrôle interne et externe strict quant à ses dépenses et quant aux affectations des moyens disponibles. Les budgets d’UNICEF Belgique sont approuvés par le conseil d’administration et suivi par un comité d’audit interne. Chaque année budgétaire est clôturée par un audit externe ; celui-ci est effectué par un bureau de réviseurs d’entreprises reconnu qui approuve les dépenses et les recettes. Les comptes de résultats et le bilan annuels sont déposés et consultables à la Banque Nationale de Belgique.

  • Votre don – en fonction des souhaits que vous avez exprimés dans votre communication – sera soit affecté au budget des programmes de l’UNICEF dans le monde, soit à un programme ou pays spécifique.

    Cette clé de répartition est basée sur la mortalité infantile de chaque pays (nombre d’enfants qui décèdent avant 5 ans pour 1.000 naissances vivantes), le nombre d’enfants que compte le pays, le PNB, etc.

    Le budget général des programmes de l’UNICEF dans le monde en 2014 est réparti de la manière suivante :
    Region
    Répartition par domaine d’action :
    Outcome

  • L’UNICEF adopte une politique très stricte en matière de dons en nature à cause des nombreux problèmes pratiques et logistiques qui en découlent régulièrement. Chaque cas est analysé séparément, mais en principe l’UNICEF n’accepte pas de dons en nature et donne priorité à toute forme de soutien financier.

  • L’UNICEF ne promeut pas de sponsoring ou de soutien direct en faveur d’enfants individuels car cette démarche peut mettre en péril la vie familiale et communautaire. L’UNICEF soutient des programmes à long terme dans 156 pays. Ces programmes, développés en collaboration avec les autorités, les organisations et les communautés locales, apportent une aide de base destinée à améliorer le bien-être des enfants.
    Voir aussi la page ‘Parrainer un enfant’

  • Si vous êtes un particulier vous retrouverez toutes les façons de soutenir les enfants via l’UNICEF sur cette page.

    La façon la plus efficace sur le long terme est de devenir Marrain ou Parrain. Vous retrouverez toutes les informations ici.

    Les informations concernant les entreprises se trouvent ici.

  • L’UNICEF est financé exclusivement par des contributions volontaires. Celles-ci proviennent de deux grands groupes :
    – les gouvernements et les organisations intergouvernementales
    – les organisations non-gouvernementales, le secteur privé et les particuliers.
    Environ un tiers des revenus annuels de l’UNICEF provient du secteur privé c’est-à-dire des individus et des entreprises. Ces fonds privés sont récoltés par les Comités nationaux pour l’UNICEF (dans les pays riches). UNICEF Belgique est l’un de ces 36 Comités nationaux.

  • Chaque jour 18.000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies ou de problèmes de santé que l’on pourrait éviter tels que la diarrhée, la rougeole, les infections respiratoires aiguës et la malaria. 148 millions d’enfants souffrent de malnutrition et 57 millions d’enfants ne vont pas à l’école … Une situation inacceptable.

    Avec de petits montants, l’UNICEF peut vraiment changer la vie des enfants :

    – Avec 11,5 €, par exemple, l’UNICEF vaccine 50 enfants contre la rougeole, une maladie qui provoque encore chaque année la mort de centaines de milliers d’enfants de moins de cinq ans.
    Avec 56,5 €, l’UNICEF peut acheter 90 sachets de lait thérapeutique pour traiter un enfant victime de malnutrition

    Et ce ne sont là que quelques exemples …

Mon parrainage

  • Jusque début 2012, nous avons utilisé le système des ordres permanents pour le Parrainage. Depuis lors, suite à un changement de lois, nous sommes passés au système des domiciliations européennes SEPA. Votre ordre permanent est toujours valable et il peut rester tel quel pendant encore plusieurs années. Si vous désirez changer quelque chose à votre ordre permanent, vous pouvez le faire via votre HomeBanking ou en contactant votre banque. Actuellement, plus de 53.000 personnes en Belgique soutiennent les enfants via un ordre permanent.

  • L’acronyme SEPA signifie Single Euro Payments Area, une zone de paiement européenne unique. Ce système permet de faire des payements à travers toute l’Europe. Avec la standardisation du système européen, toutes les organisations belges seront obligées de passer à ce système dans les prochaines années.

    Un mandat de domiciliation européenne SEPA est un avis de domiciliation européenne qui permet de faire un versement mensuel à une organisation. Ce système a pour but de protéger le donateur via une procédure de payement très stricte et contrôlée.

    Cette domiciliation est différente des anciennes domiciliations belges puisque le donateur a un droit de remboursement par sa banque jusqu’à 8 semaines après le premier don.

    Vous trouverez plus d’information sur le système SEPA sur le site de SEPA Belgium.

  • Pour modifier votre Parrainage, augmenter ou diminuer le montant, arrêter les versements temporairement ou définitivement, contactez Marijke Frederix au 02/230.59.70.

  • Oui. Si pour une raison ou une autre, vous désirez suspendre votre Parrainage pendant une certaine période, vous pouvez contacter Marijke Frederix au 02/230.59.70.

  • L’UNICEF ne promeut pas de sponsoring ou de soutien direct en faveur d’enfants individuels car cette démarche peut mettre en péril la vie familiale et communautaire. L’UNICEF soutient des programmes à long terme dans 156 pays. Ces programmes, développés en collaboration avec les autorités, les organisations et les communautés locales, apportent une aide de base destinée à améliorer le bien-être des enfants.
    Voir aussi la page ‘Parrainer un enfant’

Nos actions de récolte de fonds

  • Nos recruteurs sont reconnaissables par leurs vêtements sur lesquels figure clairement le nom de l’UNICEF, et munis d’un badge officiel mentionnant leur engagement pour l’UNICEF (voir photos).

    Si vous avez des questions concernant nos actions de récolte de fonds, n’hésitez pas à nous contacter au 02/230.59.70 ou par email (rajouter lien info@unicef.be).

  • Nous utilisons plusieurs canaux pour collecter des fonds auprès des particuliers et des entreprises. L’un d’entre eux est la méthode de dialogue direct. Nos recruteurs sont des étudiants ou travailleurs motivés qui rencontrent les passants dans la rue, dans certains supermarchés, ou se présentent au domicile des gens afin de leur expliquer notre programme de dons mensuels. Nous organisons également des campagnes de récolte de fonds par téléphone.

    La demande de dons mensuels se fait au moyen de formulaires de domiciliations européennes. Il n’y a donc pas de récolte d’argent en espèces.

    La récolte de fonds en rue, porte-à-porte ou par téléphone permet à nos recruteurs de sensibiliser le public à la mission de l’UNICEF. Grâce aux dons réguliers que nous recevons, nous pouvons mener de nombreux projets à long terme et réagir très vite lors de situations d’urgence.

    Parallèlement à cela, nous proposons d’autres moyens de nous aider via des appels aux dons, des listes de naissance, des cadeaux solidaires, etc.

  • L’UNICEF a été créé en 1946 comme agence provisoire destinée à fournir de l’aide aux enfants d’Europe et de Chine juste après la deuxième guerre mondiale. Travaillant selon un statut temporaire au sein des Nations Unies de 1946 à 1952, l’UNICEF n’a obtenu un mandat permanent qu’à partir de 1953. L’obtention de ce mandat fut soumise à une condition lourde de conséquences pour l’organisation : contrairement à bon nombre d’agences onusiennes, l’UNICEF dut depuis cette date récolter lui-même ses fonds de sorte.

    Le travail de l’UNICEF est donc exclusivement financé par des contributions volontaires de gouvernements et des dons privés. Nous avons besoin de vous pour nous aider à atteindre chaque enfant, raison pour laquelle nous organisons des actions de récolte de fonds.