Rentrée des classes en Belgique – quelques défis importants

Ca y est, c’est bientôt la rentrée pour plus d’1.6 millions d’enfants scolarisés dans l’enseignement maternel, primaire et secondaire en Belgique. L’occasion pour UNICEF Belgique d’attirer l’attention sur quelques défis importants : inégalités scolaires, pénurie d’enseignants, manque de ressources, harcèlement, etc.

Lutter contre les inégalités scolaires

La Belgique fait plus mal que les autres pays riches en matière d’inégalités scolaires. Depuis les années 2000, les grandes enquêtes internationales (PISA, UNICEF) montrent que la Belgique est en tête du peloton en termes d’inégalités à l’école. On voit aussi que la situation se dégrade dans le temps. Quand on regarde depuis 2000 jusqu’aux dernières estimations de 2015, on note que la situation ne s’améliore pas. Ce n’est pas que la Belgique n’a rien fait – pensons au Pacte pour un Enseignement d’Excellence ou au M-Decreet -mais d’autres pays ont déjà mené depuis plusieurs années de vastes réformes qui ont porté leurs fruits dans la durée.

Soutenir les enseignants

L’idée est maintenant installée que les enseignants sont le socle de l’éducation. Compte tenu de leur importance dans la vie des enfants, ils doivent de toute urgence être mieux soutenus. Le niveau de rémunération joue bien sûr un rôle important. Mais la qualité de l’emploi revêt tout autant d’importance. Il faut véritablement porter le début de la carrière des enseignants, mettre en place un mentorat spécialement dédié à l’accompagnement de ces jeunes profs, former les enseignants de manière continue, également dans l’approche de la diversité. Mais le métier d’enseignant doit aussi être rendu plus attrayant pour les jeunes qui aspirent à la profession et qui sont plus nombreux que les enseignants actuels[1].

Investir dès le début

La phase la plus importante du développement humain a lieu durant les premières années de la vie, c’est pourquoi la petite enfance doit être au cœur des priorités liées à l’éducation. L’on sait aujourd’hui que les inégalités commencent à se dessiner bien avant l’école primaire. Beaucoup d’enfants ne peuvent pas rattraper le retard ainsi accumulé. Ce n’est cependant pas une fatalité. Les choses peuvent se passer autrement : des études sur le sujet affirment que des services préscolaires de qualité et une petite enfance préservée peuvent changer la donne. Il faut donc miser massivement sur des services de qualité pour les petits, renforcer l’accueil (notamment les crèches) et l’enseignement maternel de qualité pour tous les enfants.

Lutter contre le harcèlement

Aucun enfant ne devrait avoir peur d’aller à l’école. Le harcèlement scolaire, dont le cyberharcèlement, touche en Belgique près de 20% des élèves interrogés qui se sentent harcelés chaque semaine[2].  Il est indispensable de lutter contre les violences en milieu scolaire, notamment contre le harcèlement et le cyberharcèlement.

L’année 2019 célèbre le trentième anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, adoptée le 20 novembre 1989, qui constitue la plus grande promesse jamais faite aux enfants : tous les enfants doivent avoir les mêmes chances d’apprendre, de survivre, de grandir, de participer aux décisions qui les concernent, sans être victimes de discrimination ou d’exclusion. Dès lors qu’un enfant ne dispose pas des mêmes chances que les autres, ses droits sont bafoués.

[1] OCDE, L’enseignement à la loupe 2018/22 (juin)

[2] UNICEF, Report Card 15, Un départ dans la vie marqué par les injustices. Inégalités scolaires chez les enfants dans les pays riches, 2018