Soudan du Sud : des centaines d’enfants recrutés par les groupes armés

Depuis le début de l'année, plus de 650 enfants ont été recrutés par des groupes armés au Soudan du Sud. Un regain du conflit pourrait mettre des dizaines de milliers d'enfants en grand danger. L'UNICEF appelle à une cessation immédiate du recrutement et à la libération inconditionnelle de tous les enfants par les groupes armés.

© UNICEF/UN028382/Rich
© UNICEF/UN028382/Rich

Le 14 août 2016 au crépuscule, des enfants sont en train de jouer dans un centre de protection des civils près de Bentiu au Soudan du Sud.

Quelque 16.000 enfants ont été recrutés par les groupes armés depuis le début de la crise au Soudan du Sud en décembre 2013, en dépit des engagements politiques des différentes parties au conflit pour mettre fin à cette pratique.

 « Le rêve que nous partagions pour les enfants de ce jeune pays s’est transformé en cauchemar, » a déclaré le directeur adjoint de l’UNICEF, Justin Forsyth, de retour d’une mission à Bentiu et Juba au Soudan du Sud. « A ce stade précaire de la courte histoire du Soudan du Sud, nous craignons une augmentation imminente du recrutement d’enfants. »

En 2015, l’UNICEF a supervisé la libération de 1.775 anciens enfants soldats à travers la plus grande opération de démobilisation d’enfants jamais organisée dans ce pays. La reprise des combats et des recrutements risque d’anéantir les progrès accomplis.

L’UNICEF indique qu’un accès inconditionnel pour toutes les interventions humanitaires à Juba et dans les autres zones du pays est urgemment nécessaire afin de pouvoir fournir l’aide, la protection et l’assistance        auxquelles ont droit tous les enfants.

 « Des entraves à l’action humanitaire auront des conséquences catastrophiques sur les enfants et leurs familles. » prévient Justin Forsyth.

Depuis le début des combats en décembre 2013 :

  • Environ 900.000 enfants ont été déplacés à l’intérieur du pays,
  • Plus de 13.000 enfants ont disparu, ont été séparés de leur famille ou sont non accompagnés,
  • Plus de la moitié des enfants du Soudan du Sud sont déscolarisés – le pays connaît le taux d’enfants déscolarisés le plus élevé au monde.
  • 250.000 enfants sont exposés au risque de malnutrition aiguë sévère.

Les enfants racontent

© UNICEF/UN028380/Rich
© UNICEF/UN028380/Rich

Le 11 août 2016, Gatluak (nom d’emprunt) a été libéré d’un groupe armé à Bentiu, au Soudan du Sud. « J’ai hâte de suivre les cours. Je suis très heureux d’avoir été libéré de l’armée et de pouvoir retourner à l’école,” dit Gatluak. Grâce à l’UNICEF et ses partenaires, il a retrouvé sa tante et son oncle, qui le soutiennent maintenant.

© UNICEF/UN028379/Rich
© UNICEF/UN028379/Rich

Gatkuoth (nom d’emprunt), 15 ans, a été libéré d’un groupe armé. Il fréquente maintenant l’école primaire de Bentiu. Gatkuath a été recruté quand il avait à peine 13 ans. « Je n’ai jamais aimé être un soldat. Ca n’avait rien de positif. J’aimais bien l’argent que l’armée me donnait, mais je n’aimais pas ce que je devais faire avec les armes. J’ai essayé de m’échapper plusieurs fois, mais sans succès. Ils m’ont toujours rattrapé et puni. Je suis très heureux de ne plus être là-bas. Aujourd’hui je vis avec ma tante et plus tard, je veux devenir médecin et aider les gens de mon village, » nous raconte Gatkuoth.

© UNICEF/UN028374/Rich
© UNICEF/UN028374/Rich

Bol (nom d’emprunt) a été libéré d’un groupe armé il y a quelques mois. Aujourd’hui, il est élève de  l’école soutenue par l’UNICEF à Rabkona au Soudan du Sud. L’UNICEF et ses partenaires ont réuni Bol avec sa famille et lui fournissent toujours un soutien psycho-social et des soins médicaux. « J’aimais bien l’armée, mais l’UNICEF m’a obligé de sortir. Dans l’armée, je recevais de la nourriture et un salaire. Aujourd’hui, par contre, j’aime beaucoup aller à l’école. Quelque part, c’est mieux que l’armée. Ma matière préférée, c’est l’anglais et j’aime bien jouer avec mes nouveaux amis. Je veux toujours devenir chef militaire plus tard pour protéger mon peuple. Mais je vais bien étudier d’abord, » raconte Bol.

© UNICEF/UN028372/Rich
© UNICEF/UN028372/Rich

Luny (nom d’emprunt) a 15 ans et vit aujourd’hui dans le site de protection civile à Bentiu au Soudan du Sud. Il a été récemment démobilisé, après être resté 3 ans dans l’armée. Ses parents sont décédés. Il fréquente pour la première fois une école, qui est soutenue par l’UNICEF. « D’un côté, je suis un peu nerveux d’aller à l’école, je n’ai pas de livres ou de stylos, mais d’un autre,  j’ai fort envie d’apprendre. Je suis aussi très content d’être près de ma famille car elle s’occupe de moi. J’ai vu beaucoup de mauvaises choses dans l’armée. »  L’UNICEF continue de lui fournir du soutien psycho-social et l’encourage à aller à l’école.

Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde