Soudan du Sud : quand des frigos à énergie solaire sauvent des vies

Les vaccins sauvent des vies. Mais pour conserver leurs propriétés protectrices, ils doivent être maintenus à bonne température. Au Soudan du Sud, les coupures de courant sont fréquentes et l’électricité rare. Les températures grimpent souvent jusqu’à 40°C. Les frigos à énergie solaire deviennent alors une alternative avantageuse. Du moins lorsqu’on arrive à les transporter et les installer car la violence omniprésente dans le pays rend les routes extrêmement dangereuses.

Sabir, 5 mois, reçoit un vaccin contre la polio à Wau, au Soudan du Sud. On lui a également administré un vaccin polyvalent contre le tétanos, la diphtérie, l’hépatite, la coqueluche et la grippe.  

Samuel Peter monte sur le toit d’un immeuble abandonné à Akobo et avance prudemment sur les feuilles de tôle ondulée rouillées. De son point d’observation, cet ingénieur en électricité de l’UNICEF dispose d’une vue imprenable sur l’Ethiopie, au-delà de la rivière Pibor. Mais Samuel n’est pas là pour admirer la vue. Il installe des panneaux solaires qui fourniront l’énergie nécessaire à deux frigos ayant un usage bien spécifique : celui de contenir des vaccins destinés à sauver la vie de dizaines de milliers de personnes.

Des enfants talonnés par la mort

Cela fait maintenant 4 ans que le Soudan du Sud est le théâtre d’une guerre civile. Près de 4 millions de personnes ont été déplacées dans le plus jeune état de la planète.

Plus de la moitié des enfants sud-soudanais souffrent des conséquences de ce conflit. Les indicateurs sociaux concernant les mamans et les enfants comptent parmi les plus mauvais au monde.

En 2016, 1 enfant sur 17 n’atteignait pas son premier anniversaire, la plupart du temps en raison de causes qui auraient pu être aisément prévenues.

Un travailleur de santé de l’UNICEF transporte des glacières à vaccins vers un pick-up lors d’une campagne de vaccination en milieu rural. En 2017, l’UNICEF a protégé plus de 1,7 million d’enfants contre la rougeole dans le pays. – © UNICEF/UN070231/Hatcher-Moore

Des vaccins cool

Les frigos que Samuel Peter installe seront un maillon essentiel de la chaîne du froid – l’ensemble des opérations nécessaires pour maintenir les vaccins à température constante et de la manière la plus optimale.

Les vaccins doivent en effet être conservés au frais durant les milliers de kilomètres qui les séparent du lieu de leur fabrication, en Inde par exemple, à celui parfois très éloigné où ils seront administrés.

Les travailleurs de santé de l’UNICEF doivent conserver des milliers de petites fioles de vaccins dans les nouveaux frigos. Ceux-ci permettront de protéger des mamans et des enfants contre la rougeole, la polio, le tétanos et bien d‘autres maladies.

Lorsqu’ils doivent être acheminés dans des zones fort retirées, les vaccins sont placés dans des glacières en polystyrène avec des pains de glace. Ces conteneurs permettent de conserver les vaccins durant sept jours et de toucher des populations très en marge des centres de santé.

“J’aime mon travail. C’est un job qui sauve des vies”, raconte Samuel Peter. “Sans la chaîne du froid, nous ne pourrions pas vacciner les femmes et les enfants ici et l’on recenserait de nombreuses victimes.”

Un gymkhana logistique

Les frigos ont vu le jour en Allemagne. Ils sont ensuite chargés à bord de cargos qui traverseront le canal de Suez avant d’arriver à Mombasa, au Kenya.

De là, ils seront transportés en camion vers le Soudan du Sud. Amener les frigos dans des régions perdues du Soudan du Sud n’est pas une sinécure. La violence complique souvent le voyage et le rend parfois dangereux. Ainsi depuis 2013, quatre chauffeurs et un copilote ont trouvé la mort en cours de route alors qu’ils véhiculaient du matériel pour l’UNICEF.

L’état lamentable des routes – le pays ne compte que 280 km de voies asphaltées – donne des allures de défi à chaque déplacement. Durant la saison sèche, le trajet de 650 km qui sépare Juba de Wau peut prendre jusqu’à une semaine. Alors que dire en saison des pluies ! Il faut compter parfois plus de deux semaines et cela c’est quand le chauffeur arrive à destination. Une distance similaire en Europe, Bruxelles-Zurich par exemple, ne prendrait que 7 heures !

C’est pourquoi le dernier trajet, depuis Juba, la capitale, est souvent effectué par avion.

Ces circonstances compliquent singulièrement les déplacements des ingénieurs. “Les conditions de travail sont parfois surréalistes,” explique Samuel. “Certains endroits sont inaccessibles par voie terrestre. Pour y parvenir, je n’ai d’autre choix que de franchir le fleuve pour entrer en Ethiopie, rouler des heures et ensuite retraverser la frontière pour regagner le Soudan du Sud.”

Malgré ces obstacles, l’ingénieur est déjà parvenu à installer près de 90 frigos au cours de ces dix derniers mois. Ces réfrigérateurs peuvent sauver des millions de vies.

L’UNICEF au Soudan du Sud en 2017

Outre le soutien que nous avons apporté au niveau de la vaccination et de la chaîne du froid dans les zones à hauts risques de choléra, nous avons aussi organisé des campagnes de mobilisation sociale, annoncées dans les rues avec des mégaphones, lors de réunions ou expliquées à la population avec la technique du porte-à-porte. 1.464 volontaires ont ainsi touché quelque 192.300 ménages en les informant comment prévenir le choléra. Des tablettes de purification de l’eau ont également été distribuées lors de ces interventions.

L’UNICEF a également développé une campagne de vaccination pour prévenir une épidémie de rougeole. En 2017, l’UNICEF et ses partenaires ont protégé plus d’1,7 millions d’enfants au Soudan du Sud contre cette maladie.

Plus d’infos sur l’UNICEF au Soudan du Sud
Soutenez les enfants du Soudan du Sud
Restez informé de nos activités en Belgique et dans le monde