Un an après le séisme au Népal : qu’a fait l’UNICEF?

Il y a un an, la terre tremblait au Népal. La violence de ce séisme fut telle qu’elle dévasta les régions centrales et orientales du pays, brisant la vie de millions d’habitants.

© UNICEF/UN017133/Shrestha
© UNICEF/UN017133/Shrestha

Les tremblements de terre qui touchèrent le pays entre les mois d’avril et de mai 2015 ont tué près de 9.000 personnes, dont un tiers d’enfants. Des milliers de personnes furent blessées, des centaines de milliers d’autres privées de biens de première nécessité. En quelques minutes, le séisme transforma les maisons, les centres médicaux et les écoles en un tas poussiéreux de gravats.

Rapidité de l’action de la communauté internationale

L’UNICEF était présent sur le terrain dès le premier jour. Notre organisation est toujours sur la brèche, prête à faire face à d’éventuelles situations d’urgence. Nous disposons en réserve de fournitures de premier secours (eau potable, sanitaires et abris pour les familles qui ont perdu leur maison).
L’appel aux dons lancé par l’UNICEF a été entendu et nous a permis de créer des hôpitaux temporaires, de stopper l’expansion de maladies mortelles et de protéger les enfants de l’exploitation. Les enfants ont également pu retourner à l’école et ont reçu  le soutien psychosocial dont ils avaient besoin pour surmonter les traumatismes causés par ce désastre naturel (le pire qui ait touché le Népal depuis des dizaines d’années). Toutes ces actions ont été rendues possibles grâce à la générosité de nos donateurs.

Voici en détails les actions que nous avons menées au Népal en une année.

WASH

Les systèmes de distribution d’eau ont été détruits lors du tremblement de terre, privant la population d’un accès à l’eau potable.

Grâce à l’UNICEF et à ses collaborateurs, 1,3 million de personnes ont tout de même pu consommer une eau saine, au lendemain du séisme mais également sur le long-terme. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a également permis d’enrayer la progression de la diarrhée et du choléra, qui font des ravages chez les enfants et les groupes vulnérables. 420.000 personnes ont également eu accès à des équipements sanitaires et 9.000 personnes ont bénéficié de kits d’hygiène.

Protection et sécurité des enfants

Lors de telles situations d’urgence, beaucoup d’enfants sont séparés de leur famille. Ils deviennent alors vulnérables à des trafics en tout genre, aux adoptions illégales et à l’exploitation. L’UNICEF a collaboré avec les autorités népalaises afin de prévenir les séparations des familles et d’éviter les placements trop hâtifs d’enfants dans des orphelinats.

©UNICEF/UN017152/Shrestha
©UNICEF/UN017152/Shrestha

Des enfants jouent dans le village de Barpak, situé dans une des zones les plus sinistrées du Népal.

Ainsi, 40.000 enfants non accompagnés ont pu être identifiés et 13.000 d’entre eux ont pu bénéficier d’une aide d’urgence.

Alimentation et nutrition

Avant que cette catastrophe ne se produise, la situation alimentaire du Népal était déjà préoccupante puisque 4 enfants népalais sur 10 souffraient de malnutrition chronique. Lors de la campagne “Semaine de la nutrition infantile”, l’UNICEF, en partenariat avec le gouvernement du Népal et d’autres collaborateurs, a traité plus de 90% des enfants de moins de 5 ans mal nourris et des femmes enceintes dans les districts les plus gravement touchés par le séisme. Les mères et leurs enfants ont bénéficié de bilans de santé, de nourriture et de conseils quant à la manière de s’alimenter en situation de crise.

Education

Lorsque tout s’écroule, l’école fournit aux enfants un environnement stable dans lequel ils peuvent s’épanouir au contact de leurs amis et de leurs professeurs. Le séisme a cependant détruit plus de 35.000 classes d’écoles, privant un million d’enfants de cet espace sécurisant. Plus d’un mois après le tremblement de terre, les enfants ont pu retourner à l’école. L’UNICEF a contribué à la création de 1.793 centres éducatifs temporaires et à la distribution de matériel éducatif à 881.000 enfants. Les adolescents peuvent dorénavant partager à nouveau leurs émotions avec leurs camarades de classe mais aussi discuter des conseils de survie et des possibilités d’action pour le futur.

© UNICEF/UNI199133/Panday
© UNICEF/UNI199133/Panday

Santé

Afin de prévenir une épidémie de rougeole dans les camps improvisés, l’UNICEF a réalisé une campagne de vaccination d’urgence ciblant un demi-million d’enfants de moins de 5 ans. Dans les mois qui ont suivi le désastre, l’UNICEF a également lancé une campagne nationale d’immunisation contre la polio. 3,6 millions d’enfants de moins de 5 ans ont ainsi bénéficié du traitement, préservant le pays du retour de la maladie.  

Soins maternels

Près de 70% des centres d’accouchement ont été détruits dans les régions les plus touchées par la catastrophe. Les femmes enceintes et leurs nouveau-nés n’avaient dès lors plus d’endroit où se réfugier. L’UNICEF a construit 22 abris pouvant accueillir plus de 11.000 femmes enceintes ou allaitantes ainsi que leurs enfants dans lesquels ils ont reçu des soins spécifiques. Lorsque les premiers signes de l’hiver sont apparus, ces centres médicaux ont ouvert leurs portes à davantage de personnes, permettant à des familles entières de se protéger du froid. L’UNICEF y a également distribué des couvertures.

© UNICEF/UN016487/Shrestha
© UNICEF/UN016487/Shrestha

La grand-mère Chinmaya Shrestha réchauffe les pieds de sa petite-fille née il y a trois jours dans le centre médical de l’UNICEF à Gorkha.

Au-delà de l’aide d’urgence

Un an après le séisme, le pays commence à aller de l’avant. Toutefois, il y a encore beaucoup à faire pour que la vie des enfants et de leurs familles reviennent à la normale. Beaucoup d’enfants vivent toujours dans des abris temporaires et se rendent dans des écoles sous tentes. La majorité des infrastructures sanitaires et 80% des structures de santé ont été détruites. Leur reconstruction prendra des années.

Il reste beaucoup de chemin à parcourir et aujourd’hui, plus que jamais, l’UNICEF se tient prêt à affronter de nouveaux désastres.

Il faut préparer le Népal et ses enfants à faire face aux prochaines catastrophes naturelles qui toucheront ce pays dans les années à venir.

L’UNICEF est présent au Népal depuis plus de 40 ans. Grâce à la générosité de nos donateurs, nous serons encore là pour les enfants, aussi longtemps que notre aide sera nécessaire.
Faites un don pour les enfants en détresse