Mots-clés

Un message d’espoir des enfants syriens après 6 ans de conflit

La guerre en Syrie est entrée dans sa septième année. Cela fait six longues années que les enfants ne connaissent que la guerre. Pour ce triste anniversaire, les enfants de Damas ont écrit une chanson qui contient un message d’espoir pour le monde entier. Ils n’ont qu’une seule demande : qu'on leur rende leur enfance.

© UNICEF/UN055716
© UNICEF/UN055716

« Je retournerai chez moi, l’amour reviendra », chante la voix mélodieuse d’Ansam, une petite fille syrienne née aveugle. Ayant toute leur vie devant eux, les enfants de Syrie peuvent encore s’imaginer un avenir. Qui ne peut être que plus radieux. Comme le chante Ansam : « tout ce que nous traversons prendra fin ».

Ansam est accompagnée d’un chœur d’une quarantaine d’enfants. Ces 22 filles et 18 garçons viennent tous d’un refuge pour familles déplacées près de Damas soutenu par l’UNICEF. Ils font partie des 3 millions d’enfants déplacés en Syrie qui ont été forcés de quitter leur maison à cause des combats.

Il y a quelques mois à peine, ces mêmes enfants qui sont maintenant en train de chanter et de danser, vivaient un cauchemar. Durant leur courte vie, ils ont été témoins d’énormément de violence et d’angoisse. Ces mêmes enfants ont dû fuir leur maison, beaucoup d’entre eux jusqu’à sept fois. Ils ont perdu des amis, des membres de leur famille, leur école et un sens d’appartenance. Aujourd’hui, ils diffusent un message d’amour et d’espoir loin du refuge qui est maintenant leur maison.

© UNICEF/UN055717
© UNICEF/UN055717

Un village à la campagne autour de Damas sert de toile de fond pour le video-clip. Le village est entièrement détruit à cause du conflit. Au milieu des débris, les enfants chantent leur touchant message d’espoir.

Habillés de vêtements colorés, avec des roses et des seaux de peinture en main, les enfants ont ramené la vie dans le village détruit ; ils forment un contraste avec les ruines sombres et les voitures brûlées. Ils dessinent des soleils et des fleurs sur les murs des bâtiments délabrés. Ils symbolisent la résilience des enfants de Syrie.

Les enfants ont chanté de tout leur cœur la chanson qu’ils ont répétée pendant des semaines et qui a été offerte par Zade Dirani aux enfants de Syrie. Cette chanson est un message au monde pour un avenir meilleur dans une Syrie en paix. Zade Dirani a offert la chanson à l’UNICEF pour marquer les six ans de conflit en Syrie. Le pianiste jordano-américain est également ambassadeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord.

« La musique a la capacité incroyable de réunir les gens et d’aider à garder l’espoir, » raconte Zade Dirani. « Nous devons écouter l’appel des enfants – qui représentent la voix de millions d’enfants comme eux qui ont tant perdu. Tout ce qu’ils demandent c’est que leur enfance leur soit restituée, et que la guerre, dont ils ne sont pas à l’origine, se termine pour qu’ils puissent finalement vivre en paix. »

Le projet Awtar

© UNICEF/UN055719
© UNICEF/UN055719

Le projet a été lancé il y a quelques mois en collaboration avec Awtar, un groupe de musique de Damas, la capitale. Le groupe utilise la musique, l’art et le dessin comme des outils créatifs pour apporter un soutien psychosocial pour les enfants en Syrie.

Des équipés de musiciens et de professeurs d’art se sont rendues dans 16 refuges abritant des familles déplacées à l’intérieur du pays à Damas et dans les alentours de la ville, afin d’introduire l’art dans la vie de ces enfants. Les équipes ont passé des heures avec les enfants pour leur apprendre à chanter, à jouer des instruments et à écrire des chansons inspirées par leur vie. Le groupe a produit 21 chansons avec des messages d’espoir, de résilience et de détermination, inspirées par les enfants eux-mêmes.

Le projet fait partie d’un programme de l’UNICEF qui vise à donner un soutien psychosocial aux enfants pour les aider à gérer les horreurs auxquelles ils ont été exposés.

“Au début du projet, nous étions inspirés par notre responsabilité à l’égard des enfants de notre pays, » raconte Amir Karajouli, un membre de l’équipe Awtar. « Mais quand nous avons appris à connaître ces enfants, nous nous sommes mis à considérer davantage ces enfants comme des partenaires pour construire un bel avenir, loin de la désespérance et du conflit. »

Les équipes ont également appris aux enfants à dessiner comme un moyen de partager leurs expériences avec leurs paires, de construire leur confiance en soi, de s’exprimer et de faire naître leur espoir pour l’avenir.

« J’ai dessiné des enfants qui jouent sur les balançoires, car quand cette guerre sera finie, je veux rentrer à la maison et jouer avec mes amis comme avant, » raconte Mouna, 12 ans, pendant qu’elle montre son dessin.

Son amie Aya, 11 ans, ajoute : « j’aime beaucoup quand les instructeurs nous disent de dessiner tout ce qui nous vient à l’esprit. Parfois je dessine des choses joyeuses, parfois des choses tristes. Ça dépend de comment je me sens. »

Quand l’équipe de musiciens et de professeurs d’art sont présents dans le refuge, le calme règne. En jouant, chantant et peignant, les enfants retrouvent les moments de leur enfance et sont comme envoutés par la musique.

« Nous étions habitués aux tirs d’artillerie et aux bombardements. Maintenant on entend de la musique et des chansons, » nous raconte une petite fille, exprimant ainsi l’espoir que le programme a apporté dans la vie de tant d’enfants. Leur détermination inspirante montre leur incroyable résilience. A chaque fois que les enfants sourient, il y a de l’espoir.

Dans toute la Syrie, l’UNICEF travaille avec des enfants pour leur fournir du soutien psychosocial, pour rendre aux enfants un semblant de normalité et pour leur faire retrouver leur enfance.

Faites un don pour les enfants syriens