Mots-clés

Voici à quoi ressemble la famine – 20 photos sur l’espoir et la survie

Depuis des décennies nous sommes inondés d’images stéréotypées sur la famine. Nous y voyons des familles émaciées sans nom, voix ou histoire – comme si leur vie ne tourne qu’autour de la faim et qu’ils ne connaissent rien d’autre que le désespoir. Où sont les histoires sur leur volonté et persévérance ? Il est temps de vous révéler toutes les facettes de l’histoire.

Momenteel heeft de hongersnood een vernietigend effect op gebieden in Zuid-Soedan en worden ook Somalië, Nigeria en Jemen bedreigd.
© UNICEF/UNI182089/Rich

La famine fait actuellement  des ravages  dans des régions au Soudan du Sud et menace aussi la Somalie, le Nigeria et le Yémen.

22 millions d’enfants ont faim, sont malades, sont déplacés ou ne vont plus à l’école à cause de la guerre, des conflits ou de la sécheresse. 1.4 million d’entre eux sont déjà atteints de malnutrition aiguë sévère et risquent de mourir de faim. Mais les enfants sont également menacés par des maladies évitables, comme le choléra ou la rougeole, qui causent de sérieuses diarrhées et des problèmes de déshydratation.

Par ailleurs, le risque de famine ne se limite pas à ces quatre pays. Tant que des gens sont forcés de fuir la violence, la faim et la soif à l’intérieur et au-delà des frontières, le degré de malnutrition augmentera aussi dans les pays voisins.

Ces 20 photos montrent le courage et la ténacité de ces communautés confrontées à la famine.

Mères déterminées à protéger leurs enfants

“Hier zorgen mensen echt voor onze kinderen,” vertelt ze. “Kijk naar mijn zoon. Hij blaakt weer van gezondheid. ”

A la tombée de la nuit Boko Haram a attaqué le village de Dzam-Dzam dans le nord du Nigeria. Son mari et deux de ses enfants sont décédés. Dès que les tirs de balles se sont arrêtés, elle s’est enfuie à pied avec ses deux autres garçons.

«Nous avons couru, couru, couru, sans regarder en arrière,» se rappelle Dzam-Dzam.

Il n’y avait pas de temps pour faire le deuil. Son fils de trois ans perdait rapidement du poids et son fils de sept ans est tombé grièvement malade. « Il est mort avant qu’on ait pu atteindre la frontière. Mais j’ai continué à avancer. Sur le chemin tout le monde souffrait de la faim et je n’arrivais pas à trouver à manger, ni pour mon fils, ni pour moi. »

Elle a marché sept jours d’affilée sous une chaleur ardente, convaincue de pouvoir sauver son dernier fils en vie.

En fin de compte, Dzam-Dzam est arrivée à un endroit en sécurité au Cameroun, où l’UNICEF traite des enfants atteints de malnutrition aiguë sévère. « Ici les gens prennent vraiment soins de nos enfants, » raconte-elle. « Regardez mon fils. Il rayonne à nouveau de santé. »

Des fermiers travailleurs ne pouvant pas changer la météo

“Voorheen was het makkelijk om hem te voeden. Onze oogst was goed, doordat het voldoende regende, maar dat is niet langer het geval.”

« Je l’allaite, mais j’ai encore deux autres enfants et je me fais du souci pour notre nourriture,» raconte Ayak. A son bras elle porte son fils de 11 mois et elle revient tout juste du marché à Aweil, au Soudan du Sud.

«Avant c’était facile de le nourrir. Notre récolte était bonne, puisqu’il pleuvait assez, mais maintenant ce n’est plus le cas. »

Les conflits et les mauvaises conditions météorologiques ont détruit l’agriculture locale, multiplié les prix de la nourriture par presque 10 et ont provoqué la famine dans plusieurs régions du pays.

De familie van deze jongen verloor twee derden van hun veestapel, maar hij is vastbesloten er alles voor te doen om de laatste dieren in leven te houden.

Deux saisons de pluies ratées ont également maintenu une importante sécheresse en Somalie.

L’herbe desséchait, ce qui empêchait les animaux de paître. La famille de ce garçon a perdu deux tiers de son bétail, mais il est déterminé à tout mettre en œuvre pour maintenir en vie ses dernières bêtes.

Un à un, Eid amène ses moutons à la rivière pour les faire boire aux quelques mares qui restent. Il n’abandonne pas.

Avec une inflation de 800% les clients improvisent

"Ik heb geen geld meer om nog ander voedsel te kopen behalve deze tomaten,” vertelt Aciengkuan.

Ces tomates coûtent une petite fortune. Les années de violence brutale ont détruit l’agriculture, confisqué les sources de revenus des ménages  et il n’y a plus de réserve de nourriture dans le pays. Les denrées journalières sont devenues des produits de luxe.

« Je n’ai plus d’argent pour acheter autre chose à manger, à part ces tomates, » raconte Aciengkuan.

« J’ai quatre enfants. Mon mari n’a pas de travail et n’a pas de source de revenu. La vie est très dure. Actuellement je peux seulement donner un repas par jour à mes enfants, et c’est loin d’être suffisant. »

Les enfants parcourent de longues distances pour un verre d’eau

De jerrycans zijn bijna zo groot als zijzelf, maar ze zet door. Ze brengt ze naar een bron om water te halen voor haar familie.

Les bidons font presque sa taille, mais elle persévère. Elle les amène à une source pour ramener de l’eau à la famille.

Comme beaucoup de sources à Juba, au Soudan du Sud, l’eau arrive non traitée depuis la rivière, ce qui peut avoir de graves conséquences sur la santé des enfants. Lors d’une épidémie de choléra l’année passée, 4.500 personnes ont été contaminées dans cette communauté. 83 personnes sont décédées.

L’UNICEF distribue maintenant des tablettes de chlore pour traiter l’eau et pour protéger les familles.

In Nigeria installeerde UNICEF deze waterpomp, maar het zijn de kinderen die hard werken voor iedere druppel water. Om beurten pompen ze het water op.

Au Nigeria, l’UNICEF a installé cette pompe à eau mais ce sont les enfants qui l’utilisent le plus. Chacun à leur tour, ils pompent l’eau.

Dagelijks hebben meer dan 1000 kinderen een behandeling nodig voor acute waterige diarrhee. Te veel kinderen zijn al overleden.

L’eau potable n’a encore jamais été aussi importante pour les enfants au Yémen qu’aujourd’hui. A cause de la guerre, il n’y a plus d’eau potable dans deux tiers du pays et la moitié des établissements de soins ne sont plus opérationnels. Une situation propice à la propagation de maladies.

A cause d’une épidémie de choléra au Yémen, plus de 65.000 personnes ont été contaminées, un chiffre qui continue à grimper.  Quotidiennement, plus de 1.000 enfants ont besoin d’un traitement contre la diarrhée aiguë. Trop d’enfants sont déjà décédés.

L’UNICEF a envoyé 40 tonnes de médicaments, de sel de réhydratation orale, de liquides intraveineux et d’autre matériel de secours pour soigner 50.000 patients. Nous désinfectons les sources, fournissons de l’eau potable et donnons aux familles les trousses d’hygiène dont elles ont besoin pour arrêter l’épidémie et sauver leurs enfants.

Des enfants qui sont des enfants

Deze jongens stoeien met het water aan de kraan tijdens de speeltijd in Maiduguri, Nigeria.

C’est une donnée universelle: s’ébattre dans de l’eau propre, fraîche lors d’une journée ensoleillée est un pur plaisir.

Ces garçons s’amusent avec l’eau du robinet durant la récréation à Maiduguri, au Nigeria. L’UNICEF y soutient une école qui accueille des enfants ayant fui des violences commises par Boko Haram. En 2017 nos équipes travailleront à fournir de l’eau potable à 1 million d’enfants touchés par la crise.

Des familles en fuite prennent leur propre destin en main pour survivre

“Waar we vandaan komen, is er niets,” vertelt Amina, een moeder van vijf kinderen die in het gebergte woont.

Depuis novembre 2016 plus de 683.000 personnes ont dû quitter leur maison en Somalie suite à la sécheresse, dans l’espoir de trouver de la nourriture, de l’eau, des soins médicaux et une vie meilleure.

« De là où on vient, il n’y a rien, » raconte Amina, mère de cinq enfants qui vit à la montagne. La famille a décidé de partir lorsqu’ils ont vu mourir leurs derniers chameaux et dernières chèvres. Ils ont marché durant deux journées entières avant d’atteindre un camp improvisé en Somalie, où l’UNICEF soutient un centre médical mobile.

Les agents de santé sauvent quotidiennement des vies

"Dit kindje is ernstig ondervoed en gedehydrateerd,” legt Aishat uit. “Umara heeft nog amper energie. Hij lacht niet, speelt niet en ziet er helemaal niet goed uit.

Aishat Abdullahi est un héroïne del’humanitaire. Elle travaille de longues et rudes journées dans une clinique de l’UNICEF au Nigeria. Elle y soigne de jeunes enfants atteints de malnutrition et fait de son mieux pour leur rendre le sourire.

« Cet enfant est atteint de malnutrition et de déshydratation sévère, » explique Aishat. « Umara a encore à peine de l’énergie. Il ne sourit pas, ne joue pas et ne va pas bien du tout. » Aishat montre à la maman d’Umara comment elle peut nourrir son fils avec une alimentation thérapeutique. C’est une pâte à base d’arachide à haute valeur nutritionnelle et qui contient également des vitamines et des minéraux.

« La troisième fois qu’Umara est venu, il avait meilleure mine,» sourit Aishat. « Il jouait et souriait à nouveau et n’avait plus de problèmes de santé. »

Internationale steun is cruciaal bij een voedselcrisis, maar het zijn lokale gezondheidswerkers die alles mogelijk maken.

L’aide internationale est cruciale lors d’une crise alimentaire, mais ce sont les agents de santé locaux qui rendent tout possible. Cette année des équipes dévouées et des bénévoles travaillent au Nigeria afin de soigner 220.190 enfants de la malnutrition aiguë sévère.

Les docteurs travaillent au milieu d’une zone de guerre

Twee jaar oorlog hebben ervoor gezorgd dat er van het gezondheidssysteem in Jemen weinig overblijft. 54% van de gezondheidsinstellingen zijn verwoest, ze zijn niet langer veilig of er is geen personeel meer om ze draaiende te houden.

Deux années de guerre au Yémen y ont dissout le système de santé. 54% des établissements de santé sont détruits, sont insécurisés ou n’ont plus le personnel pour les faire fonctionner. Des salles ravagées comme celle sur la photo signifient que dans tout le pays, toutes les dix minutes un parent perd son enfant suite à une maladie, qui pourtant pourrait être évitée.

Les docteurs locaux font de leur mieux pour combler le vide et l’UNICEF les appuie dans cette démarche. Nous soutenons des cliniques d’urgences, des équipes de santé mobiles et des campagnes de vaccination nationales. Nous offrons des formations à des docteurs et agents de santé, qui distribuent des tonnes de médicaments et sauvent des vies quotidiennement.

Dépistage proactif pour identifier les enfants malades et les soigner

Een van onze handigste hulpmiddelen hierbij is een eenvoudig plastic lint, waarmee de omtrek van de bovenarm wordt gemeten.

Quand un enfant est dénutri, chaque jour compte. Si la malnutrition est diagnostiquée à un stade précoce, les chances de survie et de guérison complète d’un enfant se multiplient. L’UNICEF forme des agents de santé à reconnaître les premiers symptômes liés à la malnutrition. Un des moyens les plus pratiques pour poser le bon diagnostic consiste à utiliser un simple ruban en plastique avec lequel on mesure la circonférence de la partie supérieure du bras. Si un enfant se situe dans la zone rouge, il est atteint de malnutrition aiguë sévère et nous devons agir vite.

Il est temps de dépister toute une génération d’enfants  touchés par la crise alimentaire au Yémen  – actuellement la plus grande du monde. Des attaques menées contre les ports, routes et fabriques ont réduit les stocks locaux de nourriture. Les blocages aériens et maritimes ont fait barrage aux importations. Les parents n’ont plus de nourriture pour leurs familles et un demi-million d’enfants est atteint de malnutrition sévère.

Falmata kraait van plezier. Maar dit is geen babyschommel – ze wordt gewogen in een Nigeriaans gezondheidscentrum.

Falmata pousse des cris de bonheur. Ceci n’est pas une balançoire pour bébé –  elle est pesée dans un centre de soins nigérian. Son bilan de santé démontre qu’elle présente des symptômes de malnutrition mais grâce à une intervention rapide et des soins permanents, sa guérison complète est fort probable.

Des biens de secours qui touchent énormément les enfants

UNICEF heeft een massale interventie op touw gezet om noodhulpgoederen te leveren in heel Jemen.

L’UNICEF a mis en place une énorme intervention pour fournir des secours dans tout le Yémen. En 2016 des équipes locales ont aidé à distribuer les biens suivants:

  • alimentation thérapeutique et lait pour soigner 237.000 enfants.
  • suppléments alimentaires pour 4.1 millions d’enfants.
  • trousses d’hygiène pour plus de 397.000 personnes.
  • vaccins contre la rougeole pour 650.430 enfants et vaccins contre la polio pour 4.8 millions d’enfants.

Chaque  paquet d’alimentation thérapeutique aide un enfant dénutri à guérir. L’UNICEF est le plus grand acheteur de cette pâte qui sauve les vies. Nous achetons 80% du stock mondial.

Des parents qui soignent leurs enfants jusqu’à ce qu’ils guérissent

Deze mama houdt haar ondervoedde zoontje nauwgezet in de gaten. Ze wiegt hem terwijl ze samen wachten op zijn behandeling in Somalië.

Cette maman surveille de près son fils atteint de malnutrition. Elle le berce en attendant son traitement en Somalie. L’UNICEF vient en aide en ce qui concerne  les provisions médicales, mais c’est elle qui prendra soin de son fils jusqu’à ce qu’il guérisse. Elle lui donne tout l’amour et l’affection nécessaires afin de grandir en bonne santé.

Incroyable rétablissement

Een behandeling van vijf weken bracht Salim terug op krachten en toverde opnieuw een glimlach op haar gezicht.

Le rétablissement de Salim de la malnutrition n’est pas un miracle: elle a remonté la pente grâce aux bons soins de sa maman, l’hôpital au Yémen et vos dons à l’UNICEF, qui ont permis de mettre en place un stock d’alimentation thérapeutique et de lait. Un traitement de cinq semaines à remis Salim sur pieds et lui a rendu le sourire.

Vous aussi vous pouvez aider à sauver des enfants

Ensemble nous pouvons sauver des enfants. 1.4 million d’enfants sont atteints de malnutrition sévère au Soudan du Sud, en Somalie, au Nigeria et au Yémen, mais il n’est pas trop tard pour éviter le pire. Nous avons actuellement des équipes sur le terrain dans tous les pays touchés.

Parents et agents de santé font véritablement de leur mieux pour sauver la vie des enfants, et l’UNICEF les complète en leur venant en aide.  Ceci est rendu possible seulement grâce à vos dons. Il y a un besoin urgent de dons pour que nos équipes puissent effectuer des interventions et garantir aux enfants dans les mois à venir de la nourriture, de l’eau, des soins médicaux, de l’éducation  et de la protection.

Sauver un enfant n’a pas de prix : un traitement contre la malnutrition ne coûte pas cher et est très efficace. Faites un don aujourd’hui et sauvez la vie d’un enfant.

Faites un don pour les enfants

FR_web_V